Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°66

Août 2015

Nous avons lu...

Août 2015




Les retombées

J-P Andrevon, Éd. Le passager clandestin, 2014, 108 p., 7 €. À commander sur http://boutique.sortirdunucleaire.org ou en envoyant un chèque de 12 € (port compris) au Réseau "Sortir du nucléaire", 9 rue Dumenge, 69317 Lyon Cedex 04.

Jean-Pierre Andrevon est une grande plume de la littérature d’anticipation française, également auteur d’autres récits d’anticipation en rapport avec le nucléaire ou le changement climatique, et compagnon de route de la revue écologiste "La gueule ouverte".

L’éditeur dévoile l’histoire de façon très juste (chose pas si fréquente), alors laissons-lui simplement la parole : "On ne sait ni où, ni comment, ni pourquoi, mais c’est arrivé. Ces quelques individus épars se sont trouvés dans le brouillard lourd et épais, et se serrent les coudes en attendant d’en savoir plus. Plus sur ce qui s’est passé. Plus sur la réalité des radiations qui les entourent. Plus sur l’avenir du pays. Du monde. Et encore plus sur leur chance de survie. Au bout de leur errance dans la campagne française, certaines réponses ne vont pas tarder à surgir." Une nouvelle finement ciselée, qui évoque avec style et sobriété la "gestion" par l’État d’une situation d’accident ou attaque nucléaire. À lire !

On ne saurait trop recommander les autres titres le l’excellente collection Dyschroniques aux éditions Le Passager Clandestin (qui publie également la col- lection "Désobéir à...", dont "Désobéir au nucléaire").

Xavier Rabilloud


Anne Lauvergeon, le pouvoir à tout prix

Jean-Loui Pérez, Éd. du Seuil, 2014, 304 p., 21 €, à commander en librairie..

L’auteur nous livre un ouvrage d’investigation politique bien documenté qui éclaire les zones d’ombres d’une femme qui a incarné la filière nucléaire française durant une décennie.

Proche collaboratrice de François Mitterrand, Anne Lauvergeon a ensuite fondé et dirigé Areva, réhabilitant le nucléaire dans l’opinion publique par des campagnes de communication autant spectaculaires que mensongères.

Une bonne moitié du livre est consacrée à des révélations sur l’affaire Uramin, notamment les refus répétés de la patronne incontestée d’Areva d’écouter les nombreuses alertes de certains de ses collaborateurs.

Seule femme à être parvenue à un tel niveau dans l’univers très masculin des hautes sphères politico-industrielles, Atomic Anne a partagé toutes les dérives habituelles de ses acteurs : goût du pouvoir, ambition démesurée, culte de la personnalité, certitude d’impunité face aux échecs, etc.

Avec ou sans Anne Lauvergeon à sa tête, l’industrie nucléaire française n’avait de toutes façons aucun autre avenir que celui d’un monumental fiasco. Le cas Areva devrait servir d’exemple dans le monde pour démontrer l’absurdité politique, financière, écologique de l’énergie nucléaire.

Sophie Morel


Demain, Fukushima

Michèle Sis, Éd. L’Harmattan, 2015, 212 p. 19,5 €, à commander en librairie..

Stéphane, ingénieur nucléaire dans une centrale du sud de la France, découvre, en mars 2011, l’horreur de la catastrophe de Fukushima. Ne sachant que croire des informations qui circulent, il décide d’aller, avec son compagnon, sur place, pour voir la situation par lui-même. Crise du couple et réveil brutal devant le danger nucléaire vont le transformer radicalement au cours d’une longue divagation en zone contaminée.

Le retour sera difficile et la rencontre avec sa mère, ses sœurs, depuis longtemps anti-nucléaires, ne va pas lui apporter de réconfort. Il s’investit dans des réunions de préparations d’une chaine anti-nucléaire prévue tout au long de la vallée du Rhône. Lorsqu’un accident à lieu à la centrale du Tricastin, il décide de s’y rendre au plus vite... mais il ne pourra y pénétrer, ayant démissionné entre temps.

L’histoire permet à l’auteur de dénoncer les mensonges qui circulent aussi bien côté français que japonais sur l’accident de Fukushima, mais aussi sur les "incidents" à répétition dans les réacteurs français. Malgré quelques maladresses, un roman pour sortir de suite du nucléaire.

Michel Bernard

Les retombées

J-P Andrevon, Éd. Le passager clandestin, 2014, 108 p., 7 €. À commander sur http://boutique.sortirdunucleaire.org ou en envoyant un chèque de 12 € (port compris) au Réseau "Sortir du nucléaire", 9 rue Dumenge, 69317 Lyon Cedex 04.

Jean-Pierre Andrevon est une grande plume de la littérature d’anticipation française, également auteur d’autres récits d’anticipation en rapport avec le nucléaire ou le changement climatique, et compagnon de route de la revue écologiste "La gueule ouverte".

L’éditeur dévoile l’histoire de façon très juste (chose pas si fréquente), alors laissons-lui simplement la parole : "On ne sait ni où, ni comment, ni pourquoi, mais c’est arrivé. Ces quelques individus épars se sont trouvés dans le brouillard lourd et épais, et se serrent les coudes en attendant d’en savoir plus. Plus sur ce qui s’est passé. Plus sur la réalité des radiations qui les entourent. Plus sur l’avenir du pays. Du monde. Et encore plus sur leur chance de survie. Au bout de leur errance dans la campagne française, certaines réponses ne vont pas tarder à surgir." Une nouvelle finement ciselée, qui évoque avec style et sobriété la "gestion" par l’État d’une situation d’accident ou attaque nucléaire. À lire !

On ne saurait trop recommander les autres titres le l’excellente collection Dyschroniques aux éditions Le Passager Clandestin (qui publie également la col- lection "Désobéir à...", dont "Désobéir au nucléaire").

Xavier Rabilloud


Anne Lauvergeon, le pouvoir à tout prix

Jean-Loui Pérez, Éd. du Seuil, 2014, 304 p., 21 €, à commander en librairie..

L’auteur nous livre un ouvrage d’investigation politique bien documenté qui éclaire les zones d’ombres d’une femme qui a incarné la filière nucléaire française durant une décennie.

Proche collaboratrice de François Mitterrand, Anne Lauvergeon a ensuite fondé et dirigé Areva, réhabilitant le nucléaire dans l’opinion publique par des campagnes de communication autant spectaculaires que mensongères.

Une bonne moitié du livre est consacrée à des révélations sur l’affaire Uramin, notamment les refus répétés de la patronne incontestée d’Areva d’écouter les nombreuses alertes de certains de ses collaborateurs.

Seule femme à être parvenue à un tel niveau dans l’univers très masculin des hautes sphères politico-industrielles, Atomic Anne a partagé toutes les dérives habituelles de ses acteurs : goût du pouvoir, ambition démesurée, culte de la personnalité, certitude d’impunité face aux échecs, etc.

Avec ou sans Anne Lauvergeon à sa tête, l’industrie nucléaire française n’avait de toutes façons aucun autre avenir que celui d’un monumental fiasco. Le cas Areva devrait servir d’exemple dans le monde pour démontrer l’absurdité politique, financière, écologique de l’énergie nucléaire.

Sophie Morel


Demain, Fukushima

Michèle Sis, Éd. L’Harmattan, 2015, 212 p. 19,5 €, à commander en librairie..

Stéphane, ingénieur nucléaire dans une centrale du sud de la France, découvre, en mars 2011, l’horreur de la catastrophe de Fukushima. Ne sachant que croire des informations qui circulent, il décide d’aller, avec son compagnon, sur place, pour voir la situation par lui-même. Crise du couple et réveil brutal devant le danger nucléaire vont le transformer radicalement au cours d’une longue divagation en zone contaminée.

Le retour sera difficile et la rencontre avec sa mère, ses sœurs, depuis longtemps anti-nucléaires, ne va pas lui apporter de réconfort. Il s’investit dans des réunions de préparations d’une chaine anti-nucléaire prévue tout au long de la vallée du Rhône. Lorsqu’un accident à lieu à la centrale du Tricastin, il décide de s’y rendre au plus vite... mais il ne pourra y pénétrer, ayant démissionné entre temps.

L’histoire permet à l’auteur de dénoncer les mensonges qui circulent aussi bien côté français que japonais sur l’accident de Fukushima, mais aussi sur les "incidents" à répétition dans les réacteurs français. Malgré quelques maladresses, un roman pour sortir de suite du nucléaire.

Michel Bernard