Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°29

Décembre 2005

Solidarité

Le défi des "Forestiers sans frontières"

Décembre 2005




Ils étaient une poignée, au mois de septembre 2003, de forestiers de métier témoins des dégâts occasionnés par la sécheresse au Sahel et en particulier au Mali. La rencontre de ces forestiers avec une communauté touareg a suscité une prise de conscience commune : la perte progressive du patrimoine arboré dans un milieu qui constitue le principal élément de survie de la population.



L’arbre c’est la vie

Suite à de multiples rencontres locales, un projet communautaire de restauration du couvert végétal a été initié autour de l’école d’ECHAG au nord-est du MALI. Il s’agit de freiner la dégradation du maigre couvert existant, de créer une pépinière et surtout de sensibiliser la population sur l’importance de préserver son milieu naturel.

Pompe solaire autonome et fours solaires

En 2005, "Forestiers sans Frontières" a permis la réalisation d’une clôture et d’un mur en banco (brique en terre locale) matérialisant ainsi la future pépinière et la cour d’école, soit un investissement de 5180 euros. Demain, F.S.F espère mettre en place un parc arboré d’1,5 hectare composé d’arbres et arbustes locaux (acacias, jujubier, caroubier…) et envisager un pôle de maraîchage (forte carence

alimentaire des enfants).

Pour cela, la mise en place d’une pompe solaire " autonome " est à l’étude, dans l’attente de trouver les fonds nécessaires pour son installation prévue en 2006. Parallèlement, la mise en place progressive de fours solaires fabriqués dans la région (cuisine scolaire… et solaire), permettrait à moyen terme de réaliser une économie minimum de 120 tonnes de bois/an pour cette communauté de 500 habitants (soit 6 heures de ramassage de bois / jour par femme).

Le Réseau “Sortir du nucléaire” s’est joint dernièrement à cette entreprise inspirée par une charte :

- en aucun cas compromettre l’équilibre fragile des minorités ethniques et autres populations locales par le biais d’une quelconque propagande culturelle sur les vertus du matérialisme occidental.

- être partenaire avec des microstructures pour une meilleure diffusion des connaissances de

chacun.

- éviter le sponsoring financier de certaines entreprises à large échelle et associations dans le souci de préserver une certaine

éthique à l’association.

- développer le savoir-faire des populations locales en

diffusant les informations nécessaires, dans le souci de préserver et développer les

ressources naturelles de

certaines régions en proie à la désertification.

Merci au Réseau "Sortir du nucléaire" pour le chèque de 500 euros dans le cadre de son fonds de solidarité.
Fonds de solidarité : votre soutien financier est indispensable

Depuis sa création en 2003 et grâce à vos dons, le fonds de solidarité “Sortir du nucléaire” a permis de financer :

- Tsampa Equita (aide à l’installation d’une micro centrale hydraulique en Himalaya) : 2000 €

- Enfants Belarus de Tchernobyl : 1 000 €

- Frais d’avocat suite à un blocage d’un transport nucléaire : 1 084 €

- Association peuples agricoles (formation à l’installation de cuiseurs solaires à Madagascar) : 500 €

- Sources & rivières du Limousin (recours juridiques contre la COGEMA/mines d’uranium) : 1 000 € (voir article pages 28-29).

- Bolivia Inti (installation de cuiseurs solaires dans les pays du tiers-monde) : 2 000 €

- Frais d’avocat d’Eugène Riguidel (opposition au transport de plutonium US) : 343 €.

- Aide d’urgence de 2000 € (remboursée depuis) à l’association Crilan (près de centre du retraitement de La Hague) suite à un procès contre la COGEMA.

- Un soutien de 1500 € à un projet mené en Inde par la Fondation SACCER suite à la catastrophe du Tsunami : formation professionnelle gratuite pour des femmes pauvres du Tamil Nadu destinée à leur permettre d’acquérir une autonomie financière.

- Un soutien de 1500 € à la Criirad pour la création au Bélarus d’un laboratoire indépendant, destiné à poursuivre les recherches sur les conséquences, sur la santé des populations locales de la catastrophe de Tchernobyl. Ce laboratoire sera dirigé par le Professeur Bandajevsky (médecin et chercheur), et par son épouse, le docteur Galina Bandazhevskaya, médecin pédiatre et cardiologue.

Et dernièrement :

- Soutien financier de 500 € à Forestiers sans Frontières (lire ci-dessus).

- Aide au projet de quartier écologique ECOZAC à Paris (lire page 39).

Pour aider à financer ces deux derniers projets et constituer un fonds pour les prochains projets, merci d’envoyer votre don (déductible à 66 % de vos impôts) à : Réseau "Sortir du nucléaire" 9, rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04 - Chèque à l’ordre de "Sortir du nucléaire" - Mention au dos : "Fonds de solidarité".
Christophe Salas

Forestiers sans frontières

Maison forestière de Poppaghja

20224 Albertacce

06-17-75-97-63 ou 06-09-91-85-90

Mail : forestiersansfrontieres@caramail.com

L’arbre c’est la vie

Suite à de multiples rencontres locales, un projet communautaire de restauration du couvert végétal a été initié autour de l’école d’ECHAG au nord-est du MALI. Il s’agit de freiner la dégradation du maigre couvert existant, de créer une pépinière et surtout de sensibiliser la population sur l’importance de préserver son milieu naturel.

Pompe solaire autonome et fours solaires

En 2005, "Forestiers sans Frontières" a permis la réalisation d’une clôture et d’un mur en banco (brique en terre locale) matérialisant ainsi la future pépinière et la cour d’école, soit un investissement de 5180 euros. Demain, F.S.F espère mettre en place un parc arboré d’1,5 hectare composé d’arbres et arbustes locaux (acacias, jujubier, caroubier…) et envisager un pôle de maraîchage (forte carence

alimentaire des enfants).

Pour cela, la mise en place d’une pompe solaire " autonome " est à l’étude, dans l’attente de trouver les fonds nécessaires pour son installation prévue en 2006. Parallèlement, la mise en place progressive de fours solaires fabriqués dans la région (cuisine scolaire… et solaire), permettrait à moyen terme de réaliser une économie minimum de 120 tonnes de bois/an pour cette communauté de 500 habitants (soit 6 heures de ramassage de bois / jour par femme).

Le Réseau “Sortir du nucléaire” s’est joint dernièrement à cette entreprise inspirée par une charte :

- en aucun cas compromettre l’équilibre fragile des minorités ethniques et autres populations locales par le biais d’une quelconque propagande culturelle sur les vertus du matérialisme occidental.

- être partenaire avec des microstructures pour une meilleure diffusion des connaissances de

chacun.

- éviter le sponsoring financier de certaines entreprises à large échelle et associations dans le souci de préserver une certaine

éthique à l’association.

- développer le savoir-faire des populations locales en

diffusant les informations nécessaires, dans le souci de préserver et développer les

ressources naturelles de

certaines régions en proie à la désertification.

Merci au Réseau "Sortir du nucléaire" pour le chèque de 500 euros dans le cadre de son fonds de solidarité.
Fonds de solidarité : votre soutien financier est indispensable

Depuis sa création en 2003 et grâce à vos dons, le fonds de solidarité “Sortir du nucléaire” a permis de financer :

- Tsampa Equita (aide à l’installation d’une micro centrale hydraulique en Himalaya) : 2000 €

- Enfants Belarus de Tchernobyl : 1 000 €

- Frais d’avocat suite à un blocage d’un transport nucléaire : 1 084 €

- Association peuples agricoles (formation à l’installation de cuiseurs solaires à Madagascar) : 500 €

- Sources & rivières du Limousin (recours juridiques contre la COGEMA/mines d’uranium) : 1 000 € (voir article pages 28-29).

- Bolivia Inti (installation de cuiseurs solaires dans les pays du tiers-monde) : 2 000 €

- Frais d’avocat d’Eugène Riguidel (opposition au transport de plutonium US) : 343 €.

- Aide d’urgence de 2000 € (remboursée depuis) à l’association Crilan (près de centre du retraitement de La Hague) suite à un procès contre la COGEMA.

- Un soutien de 1500 € à un projet mené en Inde par la Fondation SACCER suite à la catastrophe du Tsunami : formation professionnelle gratuite pour des femmes pauvres du Tamil Nadu destinée à leur permettre d’acquérir une autonomie financière.

- Un soutien de 1500 € à la Criirad pour la création au Bélarus d’un laboratoire indépendant, destiné à poursuivre les recherches sur les conséquences, sur la santé des populations locales de la catastrophe de Tchernobyl. Ce laboratoire sera dirigé par le Professeur Bandajevsky (médecin et chercheur), et par son épouse, le docteur Galina Bandazhevskaya, médecin pédiatre et cardiologue.

Et dernièrement :

- Soutien financier de 500 € à Forestiers sans Frontières (lire ci-dessus).

- Aide au projet de quartier écologique ECOZAC à Paris (lire page 39).

Pour aider à financer ces deux derniers projets et constituer un fonds pour les prochains projets, merci d’envoyer votre don (déductible à 66 % de vos impôts) à : Réseau "Sortir du nucléaire" 9, rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04 - Chèque à l’ordre de "Sortir du nucléaire" - Mention au dos : "Fonds de solidarité".
Christophe Salas

Forestiers sans frontières

Maison forestière de Poppaghja

20224 Albertacce

06-17-75-97-63 ou 06-09-91-85-90

Mail : forestiersansfrontieres@caramail.com



Thèmes
Energies renouvelables