Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°29

Décembre 2005

Alternatives

EcoZAC de Rungis, un vrai projet écologique pour Paris

Décembre 2005




Dans la capitale, diverses friches seront prochainement aménagées, notamment dans le nord et l’est de Paris. Ces aménagements qui font au mieux appel à la HQE (Haute Qualité Environnementale) sont estampillés « développement durable », concept détourné de son sens par les industriels les plus polluants. De plus, les normes de HQE françaises ne sont pas strictes, et ont de larges fourchettes permettant de niveler les réalisations par le bas.



Pour les trois hectares de la ZAC (zone d’aménagement concerté) de Rungis dans le 13ème arrondissement de Paris, il était prévu la création de parkings, l’ouverture de voies automobiles traversières pour « désenclaver » le sud de Paris et seulement une crèche en HQE et des immeubles d’habitation

orientés sans prendre en compte l’ensoleillement. Pour aller plus loin dans cette démarche, l’association des Amis de l’EcoZAC de la Place de Rungis s’est créée pour inciter la Mairie de l’arrondissement à mettre en application les objectifs de

développement durable et à réaliser un projet exemplaire, comme ceux de Londres (BedZED) ou de Fribourg, Allemagne (Quartier Vauban).

En quatre mois les « Ecozacs » ont réussi à faire évoluer le consensus vers beaucoup plus d’exigences. Même si le projet est déjà arrêté dans ses fonctions, il est encore temps de poser des questions par exemple sur l’orientation des façades, la limitation des places de parking en sous-sol et d’inciter à l’installation d’une chaufferie bois. Certaines associations de riverains du 13ème ont rejoint la ligne de l’EcoZAC , et des hommes politiques commencent à tendre l’oreille : Yves Contassot – qui a décidé d’en faire son projet phare – ou encore Denis Baupin. Dès le printemps 2006, la Mairie du 13ème lancera les appels d’offres pour l’attribution des différents « lots ». Jusqu’à présent, la volonté municipale est loin d’être acquise : la concertation sur le développement durable, finalement acceptée par la Mairie, se réduit à une seule réunion de travail de deux heures !

L’EcoZAC peut devenir la plus importante vitrine bioclimatique urbaine de France, en cohérence avec le PLU (Plan de Logement et d´Urbanisme) théoriquement très ambitieux en matière d´écologie. Enfin un exemple concret de bureaux et

d’habitations à faible consommation énergétique.

En matière de transports, cette ZAC a des atouts : évacuation des déchets du chantier par la ligne ferroviaire qui fait le tour de Paris. Ces 40 000 m2 de logements et bureaux seront à 100 mètres du futur tramway des Maréchaux, alors que des lignes de bus, de métro et de RER permettent déjà de relier le site à pied ou à vélo en quelques minutes.

Atteindre les objectifs de réduction des émissions des gaz à effet de serre auxquels s’est engagé le gouvernement français, signifie que toutes les nouvelles constructions doivent intégrer les principes des économies d’énergie. Les bâtiments de l’EcoZAC auront pour objectif de produire sur l’année plus d’énergie qu’ils n’en consomment : utilisation maximale des surfaces de toits pour implanter des panneaux solaires pour l’eau chaude et l’électricité, chauffage d’appoint via une chaufferie aux granulés de bois.

Le chantier formera divers corps de métiers aux techniques des énergies renouvelables. Une fois l’EcoZAC réalisée, elle hébergera des installateurs solaires et un centre de formation aux énergies renouvelables.

L’EcoZAC demande que des matériaux sains et respectueux de l’environnement tout au long de leur cycle de vie soient utilisés. Le site sera équipé d’un dispositif de collecte d’eau de pluie et de traitement des eaux usées. Les déchets seront collectés séparément et le compost obtenu par la transformation sur place des déchets biodégradables servira à fertiliser les jardins.

Les quartiers de BedZED et de Fribourg montrent que cet objectif est réaliste. Une plate-forme d’objectifs concrets a été rédigée, elle est soutenue par cinq associations nationales (Negawatt, Greenpeace, le CLER, Wise-Paris et le Réseau Sortir du Nucléaire) et une association de quartier (L’association des Peupliers).
Soutien !

Soutenez cette démarche et signez la pétition destinée aux maires du 13ème et de Paris : www.ecozacderungis.org

Exemples concrets de quartiers écologiques déjà réalisés :

- Grande-Bretagne, BEDZed (Beddington Zero Energy Developpment) : www.bedzed.org.uk

- Allemagne (quartier Vauban-Fribourg) : www.solarregion.freiburg.de

Fonds de solidarité :

Dans le cadre de son fonds de solidarité, le Réseau "Sortir du nucléaire" a décidé d’apporter une aide financière de 3000 euros à ce projet.

Envoyez votre don au

Réseau "Sortir du nucléaire" 9 rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04

(Chèque à l’ordre de "Sortir du nucléaire" - Mention au dos : "Fonds de solidarité").
François Rouable

(Sortir du nucléaire Paris)

Pour les trois hectares de la ZAC (zone d’aménagement concerté) de Rungis dans le 13ème arrondissement de Paris, il était prévu la création de parkings, l’ouverture de voies automobiles traversières pour « désenclaver » le sud de Paris et seulement une crèche en HQE et des immeubles d’habitation

orientés sans prendre en compte l’ensoleillement. Pour aller plus loin dans cette démarche, l’association des Amis de l’EcoZAC de la Place de Rungis s’est créée pour inciter la Mairie de l’arrondissement à mettre en application les objectifs de

développement durable et à réaliser un projet exemplaire, comme ceux de Londres (BedZED) ou de Fribourg, Allemagne (Quartier Vauban).

En quatre mois les « Ecozacs » ont réussi à faire évoluer le consensus vers beaucoup plus d’exigences. Même si le projet est déjà arrêté dans ses fonctions, il est encore temps de poser des questions par exemple sur l’orientation des façades, la limitation des places de parking en sous-sol et d’inciter à l’installation d’une chaufferie bois. Certaines associations de riverains du 13ème ont rejoint la ligne de l’EcoZAC , et des hommes politiques commencent à tendre l’oreille : Yves Contassot – qui a décidé d’en faire son projet phare – ou encore Denis Baupin. Dès le printemps 2006, la Mairie du 13ème lancera les appels d’offres pour l’attribution des différents « lots ». Jusqu’à présent, la volonté municipale est loin d’être acquise : la concertation sur le développement durable, finalement acceptée par la Mairie, se réduit à une seule réunion de travail de deux heures !

L’EcoZAC peut devenir la plus importante vitrine bioclimatique urbaine de France, en cohérence avec le PLU (Plan de Logement et d´Urbanisme) théoriquement très ambitieux en matière d´écologie. Enfin un exemple concret de bureaux et

d’habitations à faible consommation énergétique.

En matière de transports, cette ZAC a des atouts : évacuation des déchets du chantier par la ligne ferroviaire qui fait le tour de Paris. Ces 40 000 m2 de logements et bureaux seront à 100 mètres du futur tramway des Maréchaux, alors que des lignes de bus, de métro et de RER permettent déjà de relier le site à pied ou à vélo en quelques minutes.

Atteindre les objectifs de réduction des émissions des gaz à effet de serre auxquels s’est engagé le gouvernement français, signifie que toutes les nouvelles constructions doivent intégrer les principes des économies d’énergie. Les bâtiments de l’EcoZAC auront pour objectif de produire sur l’année plus d’énergie qu’ils n’en consomment : utilisation maximale des surfaces de toits pour implanter des panneaux solaires pour l’eau chaude et l’électricité, chauffage d’appoint via une chaufferie aux granulés de bois.

Le chantier formera divers corps de métiers aux techniques des énergies renouvelables. Une fois l’EcoZAC réalisée, elle hébergera des installateurs solaires et un centre de formation aux énergies renouvelables.

L’EcoZAC demande que des matériaux sains et respectueux de l’environnement tout au long de leur cycle de vie soient utilisés. Le site sera équipé d’un dispositif de collecte d’eau de pluie et de traitement des eaux usées. Les déchets seront collectés séparément et le compost obtenu par la transformation sur place des déchets biodégradables servira à fertiliser les jardins.

Les quartiers de BedZED et de Fribourg montrent que cet objectif est réaliste. Une plate-forme d’objectifs concrets a été rédigée, elle est soutenue par cinq associations nationales (Negawatt, Greenpeace, le CLER, Wise-Paris et le Réseau Sortir du Nucléaire) et une association de quartier (L’association des Peupliers).
Soutien !

Soutenez cette démarche et signez la pétition destinée aux maires du 13ème et de Paris : www.ecozacderungis.org

Exemples concrets de quartiers écologiques déjà réalisés :

- Grande-Bretagne, BEDZed (Beddington Zero Energy Developpment) : www.bedzed.org.uk

- Allemagne (quartier Vauban-Fribourg) : www.solarregion.freiburg.de

Fonds de solidarité :

Dans le cadre de son fonds de solidarité, le Réseau "Sortir du nucléaire" a décidé d’apporter une aide financière de 3000 euros à ce projet.

Envoyez votre don au

Réseau "Sortir du nucléaire" 9 rue Dumenge 69317 Lyon Cedex 04

(Chèque à l’ordre de "Sortir du nucléaire" - Mention au dos : "Fonds de solidarité").
François Rouable

(Sortir du nucléaire Paris)



Thèmes
Energies renouvelables Habitat écologique