Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Le 30 septembre, manifestons à St Lô contre l’EPR !

Communiqué du 27 septembre 2017



Alors que l’Autorité de sûreté nucléaire pourrait valider la mise en service de la cuve de l’EPR de Flamanville malgré des défauts attestés, le Réseau “Sortir du nucléaire“ appelle à rejoindre la manifestation organisée par la Coordination Antinucléaire Ouest à St-Lô le 30 septembre. Rendez-vous à 14h30 sur la place de la Mairie.



Une procédure de validation inacceptable

D’ici à la fin novembre, l’ASN semble déterminée à rendre un avis positif sur l’état de la cuve de l’EPR de Flamanville, alors même que la fabrication de cet équipement n’est pas conforme aux règles de l’art et que ses propriétés en termes de résistance thermique et physique sont très inférieures à ce que spécifient les textes. Aucune mesure de surveillance ne permettrait de compenser cette entorse aux règles les plus élémentaires de la sûreté nucléaire.

L’ASN est-elle complice des industriels, ou a-t-elle fait l’objet de pressions de leur part, la validation de cette cuve étant une condition nécessaire au rachat d’Areva NP par EDF ? Quoi qu’il en soit, plutôt que de se montrer rigoureuse et conforme à sa mission, elle va indiquer à EDF et Areva comment contourner les règles de sûreté pour déposer un dossier de dérogation ! Voilà qui crée un dangereux précédent pour l’ensemble du parc nucléaire, augmentant d’autant le risque d’accident. Alors que les réacteurs français étaient initialement censés fonctionner 30 ans, d’ici quelques années, une quinzaine d’entre eux atteindront 40 ans de fonctionnement, durée au-delà de laquelle la bonne tenue de certains équipements n’est pas acquise : là encore, l’ASN manifestera-t-elle une inacceptable indulgence ?

Non à la mise en service de l’EPR !

Depuis cet été, cet inadmissible projet de décision soulève une indignation légitime et largement partagée, comme le montrent les plus de 38 000 signatures pour la pétition lancée par le Réseau “Sortir du nucléaire“ contre l’homologation de la cuve et l’immense majorité des contributions critiques parmi les 13 000 et quelques recueillies par l’ASN dans le cadre de sa consultation.

Le 30 septembre 2017, la Coordination Antinucléaire Ouest appelle à un grand rassemblement à St-Lô pour protester contre cette mise en service programmée de la cuve de l’EPR et contre la prolongation imminente des vieux réacteurs. Rendez-vous est donné à 14h30 sur la place de la Mairie. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ soutient cette mobilisation ; il invite également celles et ceux qui ne peuvent s’y rendre à rejoindre les actions organisées devant des divisions régionales de l’ASN (notamment à Lyon).

Ce défaut de la cuve ne constitue qu’une des facettes d’un réacteur dangereux et hors de prix qui aurait dû être abandonné depuis longtemps. Mettre en service l’EPR de Flamanville, c’est accepter des décennies de production de déchets radioactifs ingérables et freiner la mise en œuvre de la transition énergétique. Les autorités n’ont pas le droit d’imposer ce fardeau aux générations futures !

En savoir plus sur la manifestation : http://www.can-ouest.org/

Contact presse :

Martial Chateau - 06 45 30 74 66

Une procédure de validation inacceptable

D’ici à la fin novembre, l’ASN semble déterminée à rendre un avis positif sur l’état de la cuve de l’EPR de Flamanville, alors même que la fabrication de cet équipement n’est pas conforme aux règles de l’art et que ses propriétés en termes de résistance thermique et physique sont très inférieures à ce que spécifient les textes. Aucune mesure de surveillance ne permettrait de compenser cette entorse aux règles les plus élémentaires de la sûreté nucléaire.

L’ASN est-elle complice des industriels, ou a-t-elle fait l’objet de pressions de leur part, la validation de cette cuve étant une condition nécessaire au rachat d’Areva NP par EDF ? Quoi qu’il en soit, plutôt que de se montrer rigoureuse et conforme à sa mission, elle va indiquer à EDF et Areva comment contourner les règles de sûreté pour déposer un dossier de dérogation ! Voilà qui crée un dangereux précédent pour l’ensemble du parc nucléaire, augmentant d’autant le risque d’accident. Alors que les réacteurs français étaient initialement censés fonctionner 30 ans, d’ici quelques années, une quinzaine d’entre eux atteindront 40 ans de fonctionnement, durée au-delà de laquelle la bonne tenue de certains équipements n’est pas acquise : là encore, l’ASN manifestera-t-elle une inacceptable indulgence ?

Non à la mise en service de l’EPR !

Depuis cet été, cet inadmissible projet de décision soulève une indignation légitime et largement partagée, comme le montrent les plus de 38 000 signatures pour la pétition lancée par le Réseau “Sortir du nucléaire“ contre l’homologation de la cuve et l’immense majorité des contributions critiques parmi les 13 000 et quelques recueillies par l’ASN dans le cadre de sa consultation.

Le 30 septembre 2017, la Coordination Antinucléaire Ouest appelle à un grand rassemblement à St-Lô pour protester contre cette mise en service programmée de la cuve de l’EPR et contre la prolongation imminente des vieux réacteurs. Rendez-vous est donné à 14h30 sur la place de la Mairie. Le Réseau “Sortir du nucléaire“ soutient cette mobilisation ; il invite également celles et ceux qui ne peuvent s’y rendre à rejoindre les actions organisées devant des divisions régionales de l’ASN (notamment à Lyon).

Ce défaut de la cuve ne constitue qu’une des facettes d’un réacteur dangereux et hors de prix qui aurait dû être abandonné depuis longtemps. Mettre en service l’EPR de Flamanville, c’est accepter des décennies de production de déchets radioactifs ingérables et freiner la mise en œuvre de la transition énergétique. Les autorités n’ont pas le droit d’imposer ce fardeau aux générations futures !

En savoir plus sur la manifestation : http://www.can-ouest.org/

Contact presse :

Martial Chateau - 06 45 30 74 66




Non à l’EPR de Flamanville

L’EPR (Réacteur Pressurisé Européen) est souvent présenté comme l’avenir de la filière nucléaire. En réalité, il concentre les principales failles de l’industrie nucléaire. Retards, coûts colossaux, risques en matière de sûreté… Interpellons l’Autorité de sûreté nucléaire pour qu’elle ne valide pas la cuve défectueuse de l’EPR !






Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !





Thèmes
Luttes et actions EPR