Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Blayais : Arrêt automatique du réacteur 4




23 juillet 2018


Le 23 juillet 2018, le réacteur 4 de la centrale du Blayais s’est arrêté automatiquement. Ce dispositif de protection du réacteur se déclenche tout seul dès qu’une situation anormale est détectée par les unités de d’acquisition et de traitement pour la protection (UATP*) situées dans les armoires de commande. Mais sur le coup l’exploitant n’avait aucune idée du problème qui a engendré cet arrêt. Reconnecté 2 jours plus tard, les analyses conduites ont permis d’identifier le problème : "un aléas technique survenu sur la caisse d’huile de la turbine".


La turbine, appartenant au circuit secondaire, est entrainé par la vapeur produite dans les générateurs de vapeur et transforme cette énergie en énergie mécanique. Un incident très similaire s’est produit sur ce même réacteur il y a tout juste 5 mois. Le 25 février 2018, le réacteur 4 du Blayais s’est arrêté automatiquement en raison d’un problème sur le circuit secondaire. Mais cette fois c’était le système de graissage de l’alternateur qui était en cause.

Plus récemment, le 25 avril, ce même réacteur était arrêté en raison d’un problème en zone nucléaire. Deux jours plus tard, le 27 avril, les équipes ont vidangé un circuit crucial - le circuit d’injection de sécurité [1] - du réacteur 3 alors qu’elles n’auraient pas dû. Elles ont réalisé cette opération sans tenir compte de l’état de fonctionnement du réacteur. Une autre erreur a été commise sur un circuit fondamental, cette fois sur le réacteur 1 : le circuit de contrôle volumétrique et chimique. Ce circuit sert entre autres à maintenir un niveau d’eau suffisant dans le circuit primaire pour assurer le refroidissement du cœur du réacteur. L’erreur a été commise lors d’une opération de maintenance en 2016 mais n’a été découverte que le 10 juillet 2018. Les problèmes s’enchainent sur le site nucléaire et se ressemblent, mais ne se limitent pas à un seul réacteur.

Ce que dit EDF :

  • Arrêt automatique du réacteur de l’unité de production n°4 de la centrale nucléaire du Blayais - Le 23/07/18

Le 23 juillet 2018 à 16h56, l’unité de production n°4 de la centrale nucléaire du Blayais s’est arrêtée automatiquement, conformément aux dispositifs de sûreté et de protection du réacteur.

Les équipes d’exploitation de la centrale nucléaire de Blayais procèdent aux contrôles et interventions qui permettront de déterminer l’origine exacte de l’événement et de redémarrer l’unité de production n°4 dans les meilleurs délais.

Cet arrêt n’a aucun impact sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement et fait l’objet d’échanges réguliers avec l’Autorité de sûreté nucléaire.

Les unités de production n°2 et 3 sont connectées au réseau électrique. L’unité de production n°1 est actuellement à l’arrêt pour maintenance programmée et renouvellement du combustible.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-blayais/actualites/arret-automatique-du-reacteur-de-l-unite-de-production-ndeg4-de-la-centrale-nucleaire-du-blayais

  • Reconnexion au réseau de l’unité de production n°4 - Le 25/07/2018

L’unité de production n°4 de la centrale nucléaire du Blayais a été reconnectée au réseau électrique cette nuit à 3h30. Elle s’était arrêtée automatiquement et conformément aux dispositifs de sûreté et de protection du réacteur lundi 23 juillet à 17h30.

Après analyse, cet événement a été causé par un aléa technique survenu sur la caisse à huile de la turbine située en salle des machines. Les équipes de la centrale nucléaire de Blayais ont procédé aux interventions qui ont permis de redémarrer l’unité de production n°4 dans les meilleurs délais, en toute sûreté et sécurité.

Cet arrêt n’a eu aucun impact sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement et a fait l’objet d’échanges avec l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).

Les unités de production n°2, 3 et 4 sont connectées au réseau électrique. L’unité de production n°1 est actuellement à l’arrêt pour maintenance programmée et renouvellement du combustible.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-blayais/actualites/reconnexion-au-reseau-de-l-unite-de-production-ndeg4


* : Les UATP (unités d’acquisition et de traitement pour la protection) sont situées dans les armoires de commande qui déclenchent l’arrêt automatique du réacteur en cas d’incident ou d’accident. II existe quatre UATP identiques qui font partie du système de protection du réacteur. https://www.asn.fr/Lexique/A/Armoire-de-commande-d-arret-automatique-UATP


[1Le circuit d’injection de sécurité (RIS) permet, en cas d’accident causant une brèche importante au niveau du circuit primaire du réacteur, d’introduire de l’eau borée sous pression dans celui-ci. Le but de cette manœuvre est d’étouffer la réaction nucléaire et d’assurer le refroidissement du cœur. https://www.asn.fr/Lexique/C/Circuit-d-injection-de-securite