Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Arrêtés liberticides adoptés en vue d’une rencontre à Bure : s’organiser contre un projet dangereux et imposé devient un délit !



Communiqué du 2 mars 2018



Alors que doit se tenir ce week-end à Bure une rencontre prévue de longue date entre comités d’opposant.e.s à CIGÉO venus de toute la France, la préfète de la Meuse a adopté jeudi à 23 h une série d’arrêtés liberticides.



À compter du 2 mars et jusqu’au 5 mars, il est interdit de manifester à Bure, Mandres-en-Barrois et dans les villages limitrophes. Il est également interdit de circuler en voiture et stationner (sauf pour les véhicules des résident.e.s) à Bure et Mandres-en-Barrois, et de circuler à pied sur un chemin menant au Bois Lejus.

S’organiser contre un projet dangereux et imposé est donc devenu un acte légalement répréhensible ! 

Cette atteinte grave à la liberté de réunion et à la liberté d’aller et venir va faire l’objet d’un recours qui va être déposé aujourd’hui.

Au-delà des militant.e.s, cet arrêté vient également perturber la vie quotidienne de toutes les personnes des villages concernés qui avaient prévu de recevoir la visite d’amis ou de membres de leur famille.



Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement ce dispositif démesuré d’intimidation et de criminalisation des militant.e.s. Par ailleurs, ce texte véhicule les pires clichés et fantasmes sur les opposant.e.s, caricaturé.e.s comme des terroristes en puissance. 


Au vu de telles méthodes, dans la continuité de l’expulsion du Bois Lejus la semaine passée, le « dialogue » évoqué par le gouvernement avec « l’opposition légale » devient un terme hypocrite vidé de tout sens. Et quel sens a encore le terme d’ « opposition légale » alors que l’interdiction de circulation ferait basculer dans l’illégalité n’importe quelle personne qui se rendrait à Bure pour ce week-end de coordination ?

Contact presse :

Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Alors que doit se tenir ce week-end à Bure une rencontre prévue de longue date entre comités d’opposant.e.s à CIGÉO venus de toute la France, la préfète de la Meuse a adopté jeudi à 23 h une série d’arrêtés liberticides.



À compter du 2 mars et jusqu’au 5 mars, il est interdit de manifester à Bure, Mandres-en-Barrois et dans les villages limitrophes. Il est également interdit de circuler en voiture et stationner (sauf pour les véhicules des résident.e.s) à Bure et Mandres-en-Barrois, et de circuler à pied sur un chemin menant au Bois Lejus.

S’organiser contre un projet dangereux et imposé est donc devenu un acte légalement répréhensible ! 

Cette atteinte grave à la liberté de réunion et à la liberté d’aller et venir va faire l’objet d’un recours qui va être déposé aujourd’hui.

Au-delà des militant.e.s, cet arrêté vient également perturber la vie quotidienne de toutes les personnes des villages concernés qui avaient prévu de recevoir la visite d’amis ou de membres de leur famille.



Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce fermement ce dispositif démesuré d’intimidation et de criminalisation des militant.e.s. Par ailleurs, ce texte véhicule les pires clichés et fantasmes sur les opposant.e.s, caricaturé.e.s comme des terroristes en puissance. 


Au vu de telles méthodes, dans la continuité de l’expulsion du Bois Lejus la semaine passée, le « dialogue » évoqué par le gouvernement avec « l’opposition légale » devient un terme hypocrite vidé de tout sens. Et quel sens a encore le terme d’ « opposition légale » alors que l’interdiction de circulation ferait basculer dans l’illégalité n’importe quelle personne qui se rendrait à Bure pour ce week-end de coordination ?

Contact presse :

Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23





Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !





Thèmes
Nucléaire et démocratie Bure - CIGEO