Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Mars 2013 / TF1

VIDEO - Manifestations antinucléaires au Japon, deux ans après Fukushima



Edité par A.Ga. (D’après AFP) le 10 mars 2013 à 14h59

VIDEO - Manifestations antinucléaires au Japon, deux ans après Fukushima

Environnement Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dimanche au Japon en demandant au gouvernement nippon de renoncer à l’énergie nucléaire, à la veille du 2e anniversaire du tsunami qui avait provoqué une catastrophe à la centrale de Fukushima. "Sayonara (au revoir), énergie nucléaire". Voici notamment ce qu’on pouvait lire sur les pancartes des dizaines de milliers de manifestants qui ont défilé ce dimanche au Japon pour exiger l’abandon rapide de l’énergie nucléaire, à la veille du deuxième anniversaire du déclenchement de la catastrophe de Fukushima.

A Tokyo, les manifestants se sont rassemblés dans un grand parc du centre pour écouter des concerts ou des discours sonorisés grâce à de l’électricité solaire. Ils ont ensuite défilé en direction du Parlement, en passant par le quartier des ministères, dans le but de remettre une pétition aux députés demandant au Premier ministre japonais Shinzo Abe, au pouvoir depuis les législatives de décembre, le démantèlement de toutes les centrales nucléaires du pays. D’autres manifestations se sont tenues dans la capitale et le reste du pays.

Celui qui avait promis d’abandonner le nucléaire

Selon les médias locaux, quelque 150 événements étaient prévus au total entre samedi et lundi. Samedi, des milliers de personnes avaient défilé à Tokyo, dont des résidents de la région de Fukushima (nord-est du Japon) et des personnalités parmi lesquelles le prix Nobel de littérature Kenzaburo Oe. Seuls deux des 50 réacteurs de l’archipel nippon sont actuellement en fonctionnement, le parc nucléaire faisant l’objet de vérifications de sécurité poussées depuis l’accident de Fukushima.

M. Abe, dont le Parti Libéral-Démocrate (droite) a de proches relations avec les milieux d’affaires, prône le redémarrage des réacteurs dont la sécurité aura été établie. Le gouvernement de centre-gauche sortant, dirigé par Yoshihiko Noda et battu dans les urnes en décembre, avait promis pour sa part d’abandonner l’énergie nucléaire d’ici à la fin des années 2030.

"Reconstruire une belle ville"

Dans de nombreuses communes touchées par le tsunami, les habitants vêtus de noir ont assisté dimanche à des cérémonies de commémoration. A Rikuzentakata, où près de 1.600 personnes ont péri et 217 sont portées disparues, le maire Futoshi Toba a redit son engagement à reconstruire la ville. "Nous allons reconstruire une belle ville qui fera la fierté du pays et dont les habitants vivront heureux et confortablement", a-t-il assuré.

Ces manifestations interviennent à la veille du deuxième anniversaire du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 qui ont fait près de 19.000 morts et disparus dans la région du Tohoku (nord-est) et entraîné un accident nucléaire majeur à la centrale Fukushima Daiichi. Cette catastrophe nucléaire a représenté le pire désastre pour le secteur depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986. Elle a entraîné le rejet massif de radiations et poussé quelque 160.000 personnes à abandonner leur domicile.

> Voir la source


Thèmes
Fukushima