Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°45

Avril 2010

Focus

Le centre nucléaire de Cadarache : Quels dangers ?

Avril 2010




Cadarache, au nord-est d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) fait régulièrement parler de lui : découverte de 30kg de plutonium en trop dans une installation en cours de démantèlement, de 10kg d’uranium enrichi supérieur à la limite autorisée dans une autre, projet de réacteur ITER…. Le risque d’accident y est important, et pour cause…



Cadarache est un centre nucléaire de 1600 hectares qui compte 19 Installations Nucléaires de Base (INB) dont une classée Secrète-Propulsion Nucléaire (INBS-PN) : réacteurs de recherche, installations d’étude de combustibles, conditionnement des déchets, sites d’entreposage de matières fissiles, de déchets radioactifs, centre d’essais pour la propulsion nucléaire (sous-marins et porte-avions) et projets nucléaires en cours (réacteur RJH, ITER…)
Cadarache, ce sont déjà 36000 m3 de déchets radioactifs, dont des centaines de tonnes de déchets hautement radioactifs (thorium, plutonium…) mal conditionnés et stockés dans des tranchées probablement en train de contaminer sols et nappe phréatique.

Cadarache, quels dangers ?

- Risque radiologique : des matières radioactives peuvent atteindre l’organisme humain par irradiation externe (exposition à des rayonnements radioactifs) ou interne (inhalation d’air contaminé ou ingestion d’aliments contaminés).
- Risque chimique et toxicologique : le centre de Cadarache peut rejeter, en situation accidentelle, des substances toxiques (acide fluorhydrique, aérosols de sodium….).
- Risque incendie et explosion : des matières inflammables (sodium, solvants, gaz divers) sont utilisées dans les différentes installations.
- Risque sismique : Cadarache est situé sur la faille d’Aix-en-Provence-Durance, la plus active de France, et à proximité d’une autre, celle de la Trévaresse, qui a généré le plus grave séisme jamais enregistré en France il y a un siècle (1909, intensité 9).

Le centre de Cadarache est soumis à un Plan Particulier d’Intervention (PPI). Mais il ne concerne que les sept communes se trouvant dans un rayon de 5 kilomètres autour de Cadarache (1). En cas d’alerte, il est conseillé de se calfeutrer dans sa maison, de la rendre la plus étanche possible, et d’écouter la radio… Au fait, vous connaissez quel son émettra la sirène en cas d’alerte ? Vous l’entendrez au milieu de la nuit ? Vous avez une radio qui marche avec des piles ?
Il y a les fameux comprimés d’iode que les pouvoirs publics sont censés avoir distribués aux populations résidant dans ce petit périmètre (2). Ce comprimé ne protège que de l’iode radioactif et n’a strictement aucun effet sur la contamination par les nombreux autres éléments radioactifs rejetés (cesiums, strontium…). Et il faut pouvoir la prendre plusieurs heures avant l’arrivée d’un nuage d’iode radioactif !

Que faire face à ces dangers ?

Il est urgent d’assainir et de dénucléariser le centre de Cadarache. Un séisme ou un grave accident pourraient transformer pour des milliers d’années la Provence en zone interdite, vidée de ses habitants.

En attendant une reconversion du site, nous demandons l’installation de stations de surveillance de la radioactivité, gérées par un laboratoire indépendant (la CRIIRA (3) bien sûr). Une balise atmosphérique ainsi que des études ponctuelles sur des échantillons de sol, eau de pluie, végétaux, etc. permettraient de détecter toute anomalie en temps réel.

Le nucléaire, fission et fusion (ITER), est une énergie du passé, une impasse dont il faut sortir de toute urgence.
Aidez-nous à financer l’achat d’un détecteur gamma

Notre association Médiane désire acheter un détecteur gamma portatif (ou "scintillomètre") afin de faire diverses mesures dans notre environnement proche. Nous avons déjà obtenu 2000 € de subvention par le Conseil Régional. Il nous faut trouver le reste du financement… (devis 5 318 €). Nous faisons donc appel à tous pour que ce projet puisse voir le jour (chèque à envoyer à l’ordre de Médiane).
Antoine Calandra

Association Médiane
MCA, rue Résini, 84120 Pertuis
a-mediane@orange.fr
tél : 04 90 07 50 68 / 04 90 08 00 64

Notes :

1 : Commune de Saint-Paul-lez-Durance (13) et une partie des territoires de Beaumont-de-Pertuis (84), Vinon-sur-Verdon (04), Ginasservis (83), Rians (83), Jouques (13) et Corbières (04). Une brochure d’information doit être à la disposition des habitants dans ces mairies.

2 : Si vous habitez plus loin, vous pouvez tenter d’aller dans une pharmacie pour réclamer une boite…

3 : Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, www.criirad.org

Cadarache est un centre nucléaire de 1600 hectares qui compte 19 Installations Nucléaires de Base (INB) dont une classée Secrète-Propulsion Nucléaire (INBS-PN) : réacteurs de recherche, installations d’étude de combustibles, conditionnement des déchets, sites d’entreposage de matières fissiles, de déchets radioactifs, centre d’essais pour la propulsion nucléaire (sous-marins et porte-avions) et projets nucléaires en cours (réacteur RJH, ITER…)
Cadarache, ce sont déjà 36000 m3 de déchets radioactifs, dont des centaines de tonnes de déchets hautement radioactifs (thorium, plutonium…) mal conditionnés et stockés dans des tranchées probablement en train de contaminer sols et nappe phréatique.

Cadarache, quels dangers ?

- Risque radiologique : des matières radioactives peuvent atteindre l’organisme humain par irradiation externe (exposition à des rayonnements radioactifs) ou interne (inhalation d’air contaminé ou ingestion d’aliments contaminés).
- Risque chimique et toxicologique : le centre de Cadarache peut rejeter, en situation accidentelle, des substances toxiques (acide fluorhydrique, aérosols de sodium….).
- Risque incendie et explosion : des matières inflammables (sodium, solvants, gaz divers) sont utilisées dans les différentes installations.
- Risque sismique : Cadarache est situé sur la faille d’Aix-en-Provence-Durance, la plus active de France, et à proximité d’une autre, celle de la Trévaresse, qui a généré le plus grave séisme jamais enregistré en France il y a un siècle (1909, intensité 9).

Le centre de Cadarache est soumis à un Plan Particulier d’Intervention (PPI). Mais il ne concerne que les sept communes se trouvant dans un rayon de 5 kilomètres autour de Cadarache (1). En cas d’alerte, il est conseillé de se calfeutrer dans sa maison, de la rendre la plus étanche possible, et d’écouter la radio… Au fait, vous connaissez quel son émettra la sirène en cas d’alerte ? Vous l’entendrez au milieu de la nuit ? Vous avez une radio qui marche avec des piles ?
Il y a les fameux comprimés d’iode que les pouvoirs publics sont censés avoir distribués aux populations résidant dans ce petit périmètre (2). Ce comprimé ne protège que de l’iode radioactif et n’a strictement aucun effet sur la contamination par les nombreux autres éléments radioactifs rejetés (cesiums, strontium…). Et il faut pouvoir la prendre plusieurs heures avant l’arrivée d’un nuage d’iode radioactif !

Que faire face à ces dangers ?

Il est urgent d’assainir et de dénucléariser le centre de Cadarache. Un séisme ou un grave accident pourraient transformer pour des milliers d’années la Provence en zone interdite, vidée de ses habitants.

En attendant une reconversion du site, nous demandons l’installation de stations de surveillance de la radioactivité, gérées par un laboratoire indépendant (la CRIIRA (3) bien sûr). Une balise atmosphérique ainsi que des études ponctuelles sur des échantillons de sol, eau de pluie, végétaux, etc. permettraient de détecter toute anomalie en temps réel.

Le nucléaire, fission et fusion (ITER), est une énergie du passé, une impasse dont il faut sortir de toute urgence.
Aidez-nous à financer l’achat d’un détecteur gamma

Notre association Médiane désire acheter un détecteur gamma portatif (ou "scintillomètre") afin de faire diverses mesures dans notre environnement proche. Nous avons déjà obtenu 2000 € de subvention par le Conseil Régional. Il nous faut trouver le reste du financement… (devis 5 318 €). Nous faisons donc appel à tous pour que ce projet puisse voir le jour (chèque à envoyer à l’ordre de Médiane).
Antoine Calandra

Association Médiane
MCA, rue Résini, 84120 Pertuis
a-mediane@orange.fr
tél : 04 90 07 50 68 / 04 90 08 00 64

Notes :

1 : Commune de Saint-Paul-lez-Durance (13) et une partie des territoires de Beaumont-de-Pertuis (84), Vinon-sur-Verdon (04), Ginasservis (83), Rians (83), Jouques (13) et Corbières (04). Une brochure d’information doit être à la disposition des habitants dans ces mairies.

2 : Si vous habitez plus loin, vous pouvez tenter d’aller dans une pharmacie pour réclamer une boite…

3 : Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, www.criirad.org



Thèmes
ITER