Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

Image / illustration
France : Orano Tricastin : La nouvelle usine de conversion d’uranium abîmée par un coup de vent




21 mars 2018


Il aura suffit de quelques coups de vent pour endommager la nouvelle usine de conversion d’uranium du site Orano Tricastin. Alors que sa construction est quasiment achevée, la couverture métallique du bâtiment doit être remise en état. Elle n’a pas résisté aux rafales ayant soufflées dans la nuit du 21 mars 2018 sur le site.


C’est dans cette usine de conversion située au nord du site qu’ont lieu les transformations chimiques permettant d’obtenir l’hexafluorure d’uranium (UF6) à partir du minerai d’uranium en vue de son enrichissement, de son entreposage, ou pour la fabrication du combustible nucléaire [1]. Heureusement l’atelier en question ne contenait pas encore de matière radioactive, étant encore en phase d’essais de qualification. Mais cela conduit à se poser de sérieuses questions quant à la gestion de ce site industriel axé sur le combustible nucléaire exploité par Orano (ex Areva). La semaine passée, l’ASN pointait du doigt une gestion calamiteuse des déchets nucléaires dans 2 usines du même site et plusieurs entorses à la réglementation, dénonçant un manque de culture de sûreté de l’exploitant. Les problèmes de sûreté sur ce site ne sont malheureusement pas récents. Les appréciations de l’Autorité de sûreté nucléaire en 2016 sur ces installations de conversion étaient déjà mauvaises : évènements récurrents qui conduisent à des pertes de confinement de matières dangereuses et radioactives, encadrement des interventions sur les équipements insuffisants, gestion des alarmes et des situations anormales défaillantes... Le manque de rigueur dans l’exploitation de ces installations et une culture lacunaire de la sûreté étaient déjà décriées par l’ASN qui attendait d’Orano une vigilance accrue en la matière (voir les appréciations ASN 2016 des installations de conversion). Les derniers évènements démontrent que la situation ne semble pas vraiment avoir changée. Mais comme toujours, il faut décoder la communication bien lissée de l’exploitant pour se rendre compte de ce qu’il s’y passe réellement.

Photo : ledauphine.com [2]

Ce que dit Orano :

Le 21/03/2018

Dégradation de la couverture métallique d’un bâtiment en fin de construction

Suite aux très fortes rafales de vent survenues cette nuit, une partie du bardage extérieur en tôle d’un bâtiment en chantier a été endommagé au nord du site Orano Tricastin. Cet évènement est sans conséquence sur la sécurité des salariés et la sûreté des équipements.

Par mesure de précaution, et au regard des conditions météorologiques, un périmètre de sécurité interne pour assurer la sécurité du personnel a été mis en place dès cette nuit à l’extérieur du bâtiment, au niveau du chantier de la nouvelle usine de conversion. Cet atelier actuellement en phase d’essais de qualification ne comporte aucune matière.

Des travaux de remise en conformité seront réalisés dès que les conditions météorologiques le permettront.

http://www.orano.group/FR/home-210/dgradation-de-la-couverture-mtallique-dun-btiment-en-fin-de-construction.html