Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

Image / illustration
France : Flamanville : Ecart aux règles d’exploitation sur l’unité de production n° 2




29 août 2015


Le 29 août 2015, à 23 heures, lors de contrôles, les équipes de la centrale ont identifié que le volume d’eau contenu dans le réservoir dit "PTR" était inférieur au volume requis par les règles d’exploitation, et ce depuis 4 heures du matin.


Ce que dit EDF :

Ecart aux règles d’exploitation sur l’unité de production n° 2
Publié le 03/09/2015

Depuis le 22 août 2015, l’unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Flamanville est en arrêt dans le cadre d’une maintenance programmée.

Le 29 août 2015, à 23 heures, lors de contrôles, les équipes de la centrale ont identifié que le volume d’eau contenu dans le réservoir dit "PTR"* était inférieur au volume requis par les règles d’exploitation, et ce depuis 4 heures du matin.

Cette situation fait suite à l’utilisation d’une partie de l’eau présente dans ce réservoir pour réaliser des opérations de maintenance.

L’insuffisance du volume d’eau dans ce réservoir s’explique par un défaut dans la préparation de l’activité de maintenance.

Le 30 août, le niveau d’eau requis a été rétabli.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement.

Cependant, compte-tenu du temps qui s’est écoulé entre l’origine de la situation et sa remise en conformité, la direction de la centrale de Flamanville a déclaré cet événement à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le 1er septembre, au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

* le réservoir dit "PTR", d’un volume de 3.000 m3 et rempli en eau borée, se situe en zone nucléaire. Il permet de réaliser des appoints éventuels dans le circuit principal de l’unité de production numéro 2.

https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-nucleaire-de-flamanville/actualites ?

Ce que dit l’ASN :

Non respect du volume minimal d’eau contenu dans le réservoir du système de refroidissement et de purification de l’eau des piscines
08/09/2015

 Centrale nucléaire de Flamanville - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 1er septembre 2015, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif à la détection tardive, le 29 août 2015, d’une diminution du volume d’eau contenu dans le réservoir du système de refroidissement et de purification de l’eau des piscines, en deçà du volume minimal fixé par les règles générales d’exploitation (RGE).

Les RGE sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées.

Le système de traitement et de refroidissement des piscines (PTR) assure le refroidissement, la purification, le remplissage, la vidange et le maintien du niveau de deux piscines, l’une destinée à l’entreposage du combustible dans le bâtiment du combustible, et l’autre située dans le bâtiment du réacteur. Le système PTR peut également être utilisé pour suppléer le système de refroidissement du réacteur à l’arrêt (RRA) en cas de perte totale de ce système lors d’une période d’arrêt pour rechargement. Le réservoir du système PTR a une capacité d’environ 3000 m³.

Le 29 août 2015, le réacteur 2 du CNPE de Flamanville était à l’arrêt et le remplissage en eau du compartiment de transfert du combustible entre le bâtiment réacteur et le bâtiment combustible était en cours, à partir du réservoir du système PTR. Le 29 août à 23h00, EDF a détecté que le niveau de ce réservoir était légèrement inférieur au niveau requis par les RGE depuis 4h30 du matin. Les RGE imposent, dans cette situation, de retrouver sous 8 heures un niveau supérieur au niveau minimal requis par les RGE. Dans la mesure où le délai de détection de cet écart s’avère supérieur au délai de remise en conformité fixé par les RGE, sa détection est considérée comme tardive. Toutefois, en cas de nécessité, le système PTR serait resté en mesure de contribuer au refroidissement suffisant du réacteur.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement. Toutefois, en raison du caractère tardif de sa détection, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

http://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-du-volume-minimal-d-eau-contenu