Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

Image / illustration
France : Cruas-Meysse : Violation d’une conduite à tenir prévue par les spécifications techniques d’exploitation




28 septembre 2015


Le 28 septembre 2015, le réacteur n° 3 était en phase de redémarrage à la suite d’un arrêt pour maintenance et rechargement en combustible. Vers 23h45, à la suite d’un essai de fermeture permettant de vérifier son bon fonctionnement, les équipes de conduite du réacteur ont remis une vanne du circuit d’injection de sécurité en position ouverte. A la fin de ce mouvement d’ouverture, une protection contre les surchauffes du moteur électrique de la vanne s’est déclenchée et a mis hors service le moteur.


Ce que dit EDF :

Indisponibilité d’une vanne sur un circuit de secours de l’unité de production n° 3
Publié le 02/10/2015

Le 28 septembre, l’unité de production n° 3 de la centrale EDF de Cruas - Meysse est en arrêt programmé pour renouvellement de combustible et maintenance.

Dans le cadre de cet arrêt, les techniciens effectuent un essai validant la manoeuvrabilité des vannes sur un circuit de secours.

Lors de l’essai, les équipes détectent un défaut de manoeuvrabilité sur l’une des vannes.

Le 29 septembre, les techniciens réalisent un diagnostic complet mettant en évidence un défaut matériel situé dans la cellule électrique qui commande la vanne.

Les équipes de maintenance procèdent au remplacement de la partie défectueuse.

Les tests réalisés à l’issue confirment la manoeuvrabilité de la vanne.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement.

L’indisponibilité de cette vanne a conduit la direction de la centrale à déclarer, jeudi 1er octobre, cet événement à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/actualites

Ce que dit l’ASN :

Non-respect d’une conduite à tenir prévue par les spécifications techniques d’exploitation
09/10/2015

 Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 1er octobre 2015, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif au non-respect de la conduite à tenir prévue par les spécifications techniques d’exploitation en cas d’indisponibilité partielle du circuit d’injection de sécurité compte tenu de la détection tardive du coincement en position ouverte d’une vanne de ce circuit.

Sur les réacteurs exploités par EDF, le circuit d’injection de sécurité permet en cas de brèche dans le circuit primaire principal de maintenir le refroidissement du cœur du réacteur en réinjectant de l’eau dans ce circuit. Ce circuit est constitué de 2 voies redondantes et indépendantes. En cas d’indisponibilité de l’une de ces deux voies lors des opérations de redémarrage, les spécifications techniques d’exploitation du réacteur imposent de baisser la pression et la température du circuit primaire sous 1 heure.

Le 28 septembre 2015 le réacteur n° 3 du CNPE de Cruas-Meysse était en phase de redémarrage à la suite d’un arrêt pour maintenance et rechargement en combustible. Vers 23h45, à la suite d’un essai de fermeture permettant de vérifier son bon fonctionnement, les équipes de conduite du réacteur ont remis une vanne du circuit d’injection de sécurité en position ouverte. A la fin de ce mouvement d’ouverture, une protection contre les surchauffes du moteur électrique de la vanne s’est déclenchée et a mis hors service le moteur.

Après avoir remis en service le moteur de la vanne vers minuit, les équipes de conduite du réacteur ont considéré que la vanne était en état de marche. Elles ont néanmoins fait appel à un technicien d’astreinte pour approfondir le diagnostic. Cependant, malgré les doutes émis par ce technicien, les équipes de conduite ont finalement confirmé, avec l’appui de l’ingénieur sûreté d’astreinte, la disponibilité de la vanne.

Dans la journée du 29 septembre 2015, le service de maintenance en charge des matériels électriques a approfondi son analyse et confirmé l’existence d’un doute sur le bon fonctionnement de la vanne :

  • vers 18h, les équipes de conduite ont considéré la vanne indisponible et amorcé le repli du réacteur en application des spécifications techniques d’exploitation ;
  • vers 23h, un diagnostic approfondi a révélé que la vanne était bloquée en raison du dysfonctionnement du relai électrique qui commande l’arrêt des ordres d’ouverture.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

http://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-d-une-conduite-a-tenir-prevue-par-les-specifications-techniques-d-exploitation2