Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

Image / illustration
France : Cruas-Meysse : Mise hors service du circuit de refroidissement de la piscine de désactivation du réacteur 2




1er décembre 2015


Le matin du mardi 1er décembre 2015, à la fin des opérations de rechargement du combustible du réacteur 2, les équipes d’exploitation du réacteur ont constaté que la température de la piscine de désactivation était basse (14°C) et en diminution et ont modifié la configuration du circuit de traitement et de réfrigération des eaux de piscines pour y remédier. Le lendemain, à la suite d’une interrogation de l’ingénieur sûreté vis-à-vis de l’augmentation de la température de la piscine de désactivation, les équipes d’exploitation du réacteur ont contrôlé la configuration du circuit de refroidissement mise en place la veille et découvert qu’une vanne était dans la mauvaise position, ce qui rendait inopérant le refroidissement de la piscine.


Ce que dit EDF :

Elévation de la température de la piscine de stockage du combustible sans dépasser les limites autorisées
Publié le 21/12/2015

Le 2 décembre 2015, l’unité de production n° 2 est à l’arrêt programmé pour renouvellement du combustible et réalisation d’opérations de maintenance et de contrôle.

Dans le cadre de la surveillance de l’installation, les équipes de la centrale détectent une augmentation de la température de la piscine de stockage du combustible*.

Aussitôt, les opérateurs réalisent une analyse approfondie qui confirme que les limites autorisées dans les spécifications techniques d’exploitation n’ont pas été dépassées.

L’origine de cette élévation de température est due à une position inadaptée d’une vanne du circuit de réfrigération. Depuis le 1er décembre celle-ci était fermée au lieu d’être ouverte.

Dès la détection de l’écart, cette vanne est immédiatement ouverte. La température de la piscine descend alors progressivement.

Cet écart a été déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le 7 décembre 2015 au niveau 0 de l’échelle INES.

Le 18 décembre 2015, après analyses complémentaires et échanges avec l’ASN, la direction de la centrale a reclasser cet événement au niveau 1 de l’échelle INES.

* la piscine de stockage du combustible se trouve dans le bâtiment combustible attenant au bâtiment réacteur. Sont entreposés dans cette piscine les assemblages usés en attente de transfert vers la filière de retraitement.

https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/actualites?page=1

Ce que dit l’ASN :

Mise hors service du circuit de refroidissement de la piscine de désactivation du réacteur 2
29/12/2015

 Centrale nucléaire de Cruas-Meysse - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 7 décembre 2015, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à l’arrêt du refroidissement de la piscine de désactivation du réacteur 2 pendant environ 29 heures à la suite d’une erreur lors d’une opération de mise en configuration du circuit de refroidissement.

Sur les réacteurs exploités par EDF les éléments combustibles sont entreposés dans des piscines, lorsqu’ils ne sont pas utilisés ou dans l’attente de leur évacuation pour retraitement. Les éléments combustibles usés produisant de la chaleur, ces piscines sont refroidies en permanence par le circuit de traitement et de réfrigération des eaux de piscines.

Les spécifications techniques d’exploitation des réacteurs imposent que la température de l’eau des piscines de désactivation soit maintenue entre 10°C et 50°C et, dans la configuration du réacteur 2 au moment de l’incident, que les circuits de refroidissement soient en service en permanence en dehors du temps strictement nécessaire aux manœuvres d’exploitation.

Le matin du mardi 1er décembre 2015, à la fin des opérations de rechargement du combustible du réacteur 2, les équipes d’exploitation du réacteur ont constaté que la température de la piscine de désactivation était basse (14°C) et en diminution et ont modifié la configuration du circuit de traitement et de réfrigération des eaux de piscines pour y remédier.

Le lendemain, à la suite d’une interrogation de l’ingénieur sûreté vis-à-vis de l’augmentation de la température de la piscine de désactivation, les équipes d’exploitation du réacteur ont contrôlé la configuration du circuit de refroidissement mise en place la veille et découvert qu’une vanne était dans la mauvaise position, ce qui rendait inopérant le refroidissement de la piscine.

Dès la détection de cet écart la vanne a été rouverte, ce qui a permis de restaurer le refroidissement de la piscine. La température maximale atteinte par l’eau de la piscine lors de cet incident a été de 36,6°C. Cet écart a néanmoins conduit à interrompre le refroidissement de la piscine de désactivation du réacteur pendant environ 29 heures, ce qui n’est pas autorisé par les spécifications techniques d’exploitation du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

http://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Mise-hors-service-du-circuit-de-refroidissement-de-la-piscine-de-desactivation-du-reacteur-2