Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Cruas : Des essais en zone nucléaire plus compliqués que prévus




23 octobre 2017


Lorsque des essais sont réalisés sur des systèmes nucléaires, il est nécessaire de débrancher certains matériels participant à la sûreté. Ces essais sont donc encadrés par des règles strictes, qui fixent les durées autorisées et les procédures à mettre en place. Ces règles d’exploitation n’ont pas été respectées à Cruas. Les essais qui se déroulaient en zone nucléaire, sur le système d’injection de bore du réacteur 3, ont été plus compliqués que prévu. Le circuit d’injection de sécurité a été mis partiellement hors service sans raison valable, le test n’ayant pu être réalisé à cause d’erreurs de planning et d’incompréhensions entre les différents acteurs.


Ce que dit EDF :

Le 23/10/17

Dépassement d’un délai fixé par les règles générales d’exploitation sur l’unité de production n°3

Depuis le 14 octobre 2017, l’unité de production n°3 de la centrale EDF de Cruas-Meysse est en arrêt programmé pour renouveler une partie de son combustible et réaliser des opérations de maintenance.

Le 17 octobre, des essais doivent être réalisés sur le système d’injection de sécurité [1] situé dans le circuit primaire (partie nucléaire de l’installation).

Avant et pendant la réalisation de ces tests programmés, certains matériels sont consignés et rendus indisponibles, pour un temps fixé par les règles générales d’exploitation.

Des solutions sont mises en œuvre pour parer à l’indisponibilité de ces matériels et garantir la sûreté. Elles sont assorties d’un délai fixé par les règles générales d’exploitation, que les équipes en charge des essais doivent impérativement respecter.

Or les essais n’ont pu être terminés dans le temps imparti et les matériels sont restés indisponibles au-delà du délai fixé par les règles d’exploitation.

Le non-respect de cette règle d’exploitation représente un écart et a amené la direction de la centrale à déclarer cet événement comme significatif pour la sûreté, le vendredi 20 octobre, à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7. Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-cruas-meysse/actualites/depassement-d-un-delai-fixe-par-les-regles-generales-d-exploitation-sur-l-unite-de-production-ndeg3


Ce que dit l’ASN :

Le 03/11/17

Non-respect des spécifications techniques d’exploitation (STE)

Le 20 octobre 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) un événement significatif pour la sûreté relatif à une indisponibilité du système d’injection de sécurité.

Sur les réacteurs exploités par EDF, le circuit d’injection de sécurité permet, en cas de brèche dans le circuit primaire principal, de maintenir le refroidissement du cœur du réacteur en réinjectant de l’eau dans ce circuit. Ce circuit est constitué de deux voies redondantes et indépendantes. En cas d’indisponibilité de l’une de ces deux voies, les spécifications techniques d’exploitation du réacteur imposent de baisser la pression et la température du circuit primaire sous 1 heure.

Le 17 octobre 2017, le réacteur 3 de la centrale nucléaire de Cruas-Meysse était en phase d’arrêt pour maintenance et renouvellement en combustible.

À 3h47, le système d’injection de sécurité a été partiellement consigné afin de permettre la réalisation d’un essai d’étanchéité d’une portion de ce circuit qui traverse l’enceinte de confinement.

À la suite d’erreurs dans le planning des équipes et d’incompréhensions entre différents acteurs, la direction de la centrale nucléaire a constaté à 9h30 qu’aucune équipe n’était en mesure de réaliser l’essai d’étanchéité prévu et a levé à 10h42 la consignation du circuit d’injection de sécurité.

Entre 3h47 et 10h42, le circuit d’injection de sécurité a donc été mis partiellement hors service sans raison valable puisque le test programmé n’a pas été réalisé, ce qui n’est pas autorisé par les spécifications techniques d’exploitation du réacteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur les installations, sur l’environnement ou sur les travailleurs.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-des-specifications-techniques-d-exploitation-STE3


[1Ce circuit permettrait, en cas d’incident d’exploitation, de refroidir le cœur du réacteur et d’injecter du bore, produit qui limite la réaction nucléaire