Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Cattenom : L’alarme de surveillance de l’activité du réacteur 4 désactivée durant 1h30 par erreur




19 septembre 2017


Durant 30 minutes selon l’exploitant, mais 1h30 selon l’ASN, une alarme de surveillance du flux des neutrons émis par le cœur du réacteur 4 de Cattenom a été désactivée par erreur dans la nuit du 13 au 14 septembre 2017. Plusieurs activités se déroulaient en parallèle, et apparemment il y aurait eu un défaut de coordination et l’utilisation d’une procédure inadaptée. Si l’activité du réacteur s’était emballée, l’exploitant n’aurait pas pu réagir avec la célérité nécessaire lors d’un accident majeur. L’évènement a été classé au niveau 1. L’avis de l’ASN sur l’incident nous en apprend bien plus que ce qu’en a dit EDF.


Cette fois-ci, l’exploitant de la centrale de Cattenom a communiqué sur l’évènement directement sur son fil d’actualités en ligne, il n’a pas été nécessaire d’attendre la parution hebdomadaire de sa lettre d’information externe. Cependant, il est intéressant de mettre en parallèle les informations communiquées par l’exploitant avec celles livrées par l’Autorité de sûreté nucléaire.

Ce que dit EDF :

Le 19/09/17

Indisponibilité d’une alarme de surveillance

Le 14 septembre 2017, peu après minuit, une alarme de surveillance de l’activité dégagée par le combustible du réacteur a été indisponible durant 28 minutes, sur l’unité de production n°4 actuellement à l’arrêt programmé.

Cette indisponibilité a été provoquée par le déroulement en simultané de plusieurs activités réalisées lors d’un essai sur du matériel.

Elle n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations. Cette anomalie a été déclarée le 19 septembre 2017 à l’Autorité de Sûreté Nucléaire comme évènement significatif sûreté de niveau 1, sur l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-cattenom/actualites/indisponibilite-d-une-alarme-de-surveillance


Ce que dit l’ASN :

  • Le 22/09/17

Non-respect des spécifications techniques d’exploitation

Le 19 septembre 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un évènement significatif pour la sûreté, concernant l’indisponibilité d’une alarme de surveillance du réacteur.

Les spécifications techniques d’exploitation imposent à l’exploitant de surveiller en permanence le flux des neutrons émis par le cœur du réacteur afin de pouvoir contrôler toute augmentation intempestive de celui-ci. Il dispose pour cela de moyens de mesures et d’alarmes.

Le 13 septembre 2017, dans le cadre des activités prévues au cours du redémarrage du réacteur 4, suite à son arrêt pour maintenance, l’exploitant réalise un essai périodique sur les instruments de mesure de la puissance du cœur du réacteur. Au cours de cette opération, en raison d’un défaut de coordination avec une autre activité réalisée en parallèle, une alarme de surveillance du flux de neutron est rendue inopérante durant trente minutes.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’installation. Cependant, même s’il existe d’autres moyens de surveillance et d’alarme, cette situation aurait conduit à retarder l’action des opérateurs en cas d’évolution du flux de neutron.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES).

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-des-specifications-techniques-d-exploitation54

  • Le 28/09/17

Non-respect des spécifications techniques d’exploitation

Le 12 septembre 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un évènement significatif pour la sûreté, concernant l’indisponibilité d’une alarme de surveillance du réacteur.

Les spécifications techniques d’exploitation imposent à l’exploitant de surveiller en permanence le flux des neutrons émis par le cœur du réacteur afin de pouvoir contrôler toute augmentation intempestive de celui-ci. Il dispose pour cela de moyens de mesures et d’alarmes.

Le 11 septembre 2017, dans le cadre des activités prévues au cours du redémarrage du réacteur 4, suite à son arrêt pour maintenance, l’exploitant procède au réglage des seuils d’alarmes associées aux mesures du flux de neutron. Au cours de cette opération, l’utilisation d’une procédure inadaptée a conduit à rendre l’alarme de surveillance du flux de neutron inopérante durant environ une heure trente.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’installation. Cependant, même s’il existe d’autres moyens de surveillance et d’alarme, cette situation aurait conduit à retarder l’action des opérateurs en cas d’évolution du flux de neutron.

En raison du non-respect des spécifications techniques d’exploitation, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires (INES).

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-des-specifications-techniques-d-exploitation55