Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Bugey : Pollution de l’eau au tritium




22 décembre 2017


Mi décembre 2017, un problème sur une vanne a rendu inopérant le circuit de remplissage des réservoirs qui collectent les effluents du site. L’eau a été déversée dans un bassin de secours, mais une pollution au tritium (isotope radioactif) de la nappe phréatique a par la suite été détectée. Cette eau contaminée se déverse directement dans le Rhône. Si l’exploitant argue que le seuil reste inférieur aux limites fixées et tente de minimiser les conséquences de cette contamination pour l’homme et pour l’environnement, il n’en reste pas moins qu’il y a eu pollution. L’évènement a d’ailleurs été déclaré comme significatif pour l’environnement le 22 décembre auprès de l’Autorité de sûreté nucléaire.


Ce que dit EDF :

Le 22/12/2017

Déclaration d’un événement significatif environnement

Le 13 décembre 2017, les équipes de la centrale du Bugey détectent la présence d’eau dans un bassin de rétention de secours destiné à recueillir des effluents en cas de défaillance d’un réservoir d’eaux résiduaires avant rejet au Rhône. Les investigations montrent un dysfonctionnement sur une vanne (clapet dit anti retour) qui a rendu inopérant le circuit de remplissage des réservoirs.

Dans le même temps, des opérations de pompage sont réalisées pour vidanger la rétention de secours de l’intégralité de l’eau déversée et une surveillance des piézomètres [1] situés à proximité de cette rétention est engagée comme le prévoit la procédure.

Le 21 décembre, les résultats d’analyse des prélèvements d’eau montrent une faible présence de tritium dans l’un des puits de contrôle (670Bq /litre au 21/12).

Ce marquage n’a aucun impact sur l’environnement ni sur la population. Les teneurs en tritium sont très largement inférieures au seuil de potabilité défini par l’OMS (10 000 Bq / litre d’eau).

Cette eau ne fait l’objet d’aucun usage direct, ni pour l’eau potable, ni pour les besoins agricoles et l’eau souterraine rejoint naturellement le Rhône où elle est diluée.

Conformément à la réglementation la centrale du Bugey déclare à l’autorité de sûreté nucléaire un événement significatif environnement ce vendredi 22 décembre.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-bugey/actualites/declaration-d-un-evenement-significatif-environnement-0

Qu’est-ce que le tritium ?

Isotope radioactif de l’hydrogène, le tritium est connu sous trois formes dans l’environnement : une forme liquide (eau tritiée ou HTO), une forme gazeuse dite HT et une forme organique dite OBT.

Naturellement présent dans l’environnement par l’action des rayonnements cosmiques sur les atomes d’azote, le tritium est également l’un des principaux radionucléides émis par les réacteurs nucléaires, des installations de traitement du combustible nucléaire usé, les industries ou laboratoires utilisant ce radionucléide et les installations de gestion des déchets. Symbole : H3 [2]

Le tritium a une demie-vie de 12 ans, ce qui lui laisse largement le temps d’aller s’infiltrer un peu partout une fois rejeté dans l’environnement.


[1Puits de contrôle permettant de faire des prélèvements dans la nappe phréatique