Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Bugey : Opérations de redémarrage du réacteur 5 sans que tous les contrôles ne soient effectués




23 juin 2017


Le 19 juin 2017, alors que les opérations de redémarrage du réacteur 5 sont en cours, l’exploitant se rend compte qu’un capteur de pression de vapeur situé à l’entrée de la turbine ne fonctionne pas. Ce contrôle aurait du être réalisé avant d’enclencher les opérations de redémarrage. L’évènement a été classé au niveau 1. Cette information n’a été communiquée qu’après la séance plénière de la Commission locale d’information du 21 juin, dans laquelle les fuites de l’enceinte de confinement et l’incendie du toit du bâtiment des auxiliaires nucléaires ont été abordées.


Alors que la Commission locale d’information s’est réunie le 21 juin 2017 et que de très sérieux incidents et défaillances concernant le réacteur 5 ont été abordés lors de cette séance (incendie sur le toit du bâtiment des auxiliaires nucléaires du 19 juin, fuites de l’enceinte de confinement du réacteur 5), l’exploitant a attendu le surlendemain (23 juin) pour communiquer sur un incident qui est pourtant arrivé avant, le 19 juin.

Ce que dit EDF :

Le 23/06/17

Contrôle tardif d’un capteur de mesure sur l’unité de production n°5

Le 19 juin 2017, les équipes de la centrale de Bugey procèdent à des opérations de redémarrage de l’unité de production n°5, suite à un arrêt programmé pour maintenance.

Lors de contrôles sur l’un des capteurs de pression de la vapeur situés à l’entrée de la turbine, en zone non-nucléaire des installations, les résultats établissent la nécessité de dépanner le matériel. Le capteur est donc immédiatement remplacé.

Toutefois, les règles d’exploitation stipulent que ce capteur aurait dû être remplacé la veille, afin de valider un jalon dans le processus de redémarrage.

Cet évènement n’a eu aucune conséquence pour la sécurité des personnes ni pour la sûreté des installations. Il a été déclaré le 21 juin 2017 par la direction de la centrale du Bugey à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-bugey/actualites/controle-tardif-d-un-capteur-de-mesure-sur-l-unite-de-production-ndeg5

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-bugey/actualites/retour-sur-la-commission-locale-d-information-du-21-juin


Ce que dit l’ASN :

Le 28/06/2017

Non-respect des règles générales d’exploitation relatives à l’indisponibilité d’un capteur participant au système de protection du réacteur 5

Centrale nucléaire du Bugey - Réacteurs de 900 MWe - EDF

Le 21 juin 2017, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif pour la sûreté relatif à la détection tardive de l’indisponibilité d’un capteur de mesure de pression de la vapeur alimentant la turbine du réacteur 5 de la centrale nucléaire du Bugey.

Sur les réacteurs de la centrale nucléaire du Bugey, plusieurs capteurs surveillent en permanence les paramètres de fonctionnement de la turbine dont la pression de la vapeur qui l’alimente. Les informations délivrées par ces capteurs sont utilisées à la fois par les systèmes de régulation permettant le pilotage du réacteur et également par les systèmes de protection du cœur du réacteur. Une évolution anormale de ces paramètres peut alors conduire à activer le signal d’arrêt automatique du réacteur.

Le réacteur 5 de la centrale nucléaire du Bugey est à l’arrêt pour maintenance programmée et rechargement en combustible depuis le 27 août 2015.

Le 19 juin 2017, EDF a détecté que l’un des capteurs de mesure de pression de la vapeur à l’entrée de la turbine du réacteur 5 fournissait des indications erronées. En procédant au diagnostic pour rechercher la cause de cette indisponibilité, EDF a identifié un mauvais réglage de ce capteur.

Ce capteur de mesure de pression de la vapeur à l’entrée de la turbine est utilisé notamment par le système de protection du réacteur. Dans le cadre des opérations de redémarrage, ce capteur aurait dû être opérationnel à compter du 17 juin 2017, date à laquelle une nouvelle étape dans le processus de redémarrage a été validée par les équipes de la centrale nucléaire du Bugey. Compte-tenu de l’indisponibilité du capteur, cette étape n’aurait pas dû être validée par EDF.

Toutefois, dans la mesure où le réacteur était dans un état où la turbine n’est pas encore alimentée en vapeur, l’indisponibilité du capteur n’a pas eu d’impact sur les installations.

Dès la détection de l’écart, EDF a procédé au remplacement du capteur.

Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation.

Eu égard à la détection tardive de cette indisponibilité, EDF a classé cet évènement au niveau 1 de l’échelle internationale des événements nucléaires INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Non-respect-des-regles-generales-d-exploitation23