Obtenir une estimation approximative consensuelle du nombre d’emplois actuels liés aux énergies renouvelables à l’échelle mondiale, européenne ou française est relativement simple. Tel n’est pas du tout le cas pour les emplois liés au nucléaire.

Emplois dans les énergies renouvelables en Europe en 2013 :

1,179 millions d’emplois d’après REN21, Renewables 2013 Global status report, p 53.

1,166 millions d’emplois d’après l’IRENA (Agence Internationale de l’Énergie Renouvelable), Renewable energy and jobs, 2013, p 21. C’est ce second chiffre - le moins élevé - que nous avons retenu pour notre calcul.

Emplois dans le nucléaire en Europe :

Selon une note d’avril 2012 de l’ENEF - le Forum Européen de l’Énergie Nucléaire, un organisme rattaché à la Commission européenne (UE 27) -,
"Un chiffre habituel indique que le secteur nucléaire emploie aujourd’hui, directement et indirectement, 500 000 personnes dans l’Union européenne." (Source : European Union, European Nuclear Energy Forum (ENEF), working group "Opportunities", Socio-Economic role of Nuclear Energy to Growth and Jobs in the EU for time horizon 2020-2050, 4 avril 2012)

Comme indiqué en p 9 de cette note, ce chiffre est en fait une simple extrapolation (une règle de 3...) à partir du nombre d’emplois dans le secteur nucléaire en France estimé par une étude du cabinet PricewaterhouseCoopers pour le compte... d’Areva (ce que se garde évidemment de préciser la note de l’ENEF).

Comme le notait judicieusement le journaliste Ivan du Roy dans son article "L’emploi dans l’industrie nucléaire : les mystifications du PDG d’EDF" :

"Précisons que PwC a plusieurs fois été mis à l’index pour ne pas avoir détecté des fraudes massives (lors de la construction d’un oléoduc en Russie par exemple) ou des risques financiers conduisant à des faillites bancaires. C’est également ce cabinet qui n’a pas vu que 55 milliards d’euros trainaient dans une banque allemande (c’est PwC qui avait audité la banque allemande, Hypo Real Estate, où était « caché » ces 55 milliards). Bref, de quoi s’interroger sur sa rigueur professionnelle, d’autant que le commanditaire de l’étude est l’un des principaux acteurs de la filière nucléaire française."

Autrement dit, la seule source sur laquelle s’appuie un organisme officiel de l’Union européenne dédié à l’énergie nucléaire pour évaluer le nombre d’emplois dans ce secteur est une étude réalisée non pas à l’échelle européenne mais à celle d’un seul pays (la France), le plus nucléarisé au monde, pour le compte et avec le financement du constructeur de centrales nucléaires Areva, par un cabinet de conseil dont l’honnêteté et la rigueur ont été gravement mis en cause dans d’autres contextes.

Nous avons donc jugé plus pertinent de nous baser sur une autre source : le rapport au Sénat de deux parlementaires notoirement pro-nucléaire, Christian Bataille et feu Robert Galley (qui a travaillé plus de dix ans pour le Commissariat à l’Énergie Atomique). En 1999, ils ont estimé que le nucléaire représentait 120 000 emplois directs et indirects en France. Le programme nucléaire français étant dans l’ensemble gelé depuis cette date et les ventes à l’export carrément chétives, tout incite à considérer que ce chiffre n’a pas augmenté depuis. (Source : Rapport sur l’aval du cycle nucléaire, Tome II : les coûts de l’électricité, Christian Bataille et Robert Galley, 1999, p 46)

L’ENEF extrapole 250 000 emplois directs et 250 000 emplois indirects pour l’UE dans le nucléaire en se basant sur les chiffres de PwC (125 000 emplois directs et 115 000 emplois indirects). Appliquant la même méthode que l’ENEF, en nous basant sur les 120 000 emplois directs et indirects estimés par Bataille et Galley et en supposant raisonnablement que ce chiffre est demeuré à peu près constant depuis 1999, nous obtenons 250 000 emplois directs et indirects dans le nucléaire à l’échelle de l’Union européenne.

1 166 000 / 250 000 = 4,664 fois plus d’emplois dans les énergies renouvelables que dans le nucléaire en 2013 dans l’Union européenne.

Il est intéressant de noter qu’à partir de ces chiffres, on peut également constater que, à quantité égale d’électricité produite, les énergies renouvelables créent 6 fois plus d’emplois que le nucléaire.

En effet, en 2011, l’UE des 27 générait :
* 27,6 % de l’électricité produite (soit 906,8 TWh) avec du nucléaire
* 21,3 % (soit 699,5 TWh) avec les renouvelables
(source : EU Energy statistical pocketbook 2013, p.165)

ce qui représente un taux d’emploi comparé de :
* 250 000 / 906,8 = 275 emplois/TWh pour le nucléaire
* 1 166 000 / 699,5 = 1666 emplois/TWh pour les renouvelables

1666 / 275 = 6,06 fois plus d’emplois/TWh avec les renouvelables qu’avec le nucléaire