Faire un don

Des accidents nucléaires partout

France : Civaux : Même à l’arrêt, les fuites continuent

Pas de production d’électricité mais des rejets dans l’environnement supérieurs aux seuils autorisés




2 septembre 2022


Les 2 réacteurs nucléaires de la centrale de Civaux (Nouvelle-Aquitaine) sont arrêtés depuis fin 2021 pour fissures de tuyaux et corrosion. Mais les rejets de polluants dans l’environnement ne se sont pas arrêtés pour autant. Le site a dépassé durant l’été 2022 la limite maximale autorisée à l’année pour les fuites de liquides de refroidissement.


Ces fluides, couramment utilisés dans les centrales nucléaires pour éviter la surchauffe de l’air, de l’eau et des équipements, sont composés de différents types de substances. Leurs effets sur l’environnement et leur durée de vie varient en fonction de leur composition, mais EDF ne précise jamais quel fluide il utilise dans ses installations. De ce fait, impossible d’estimer de manière fine les conséquences environnementales et les effets à long terme de ces fuites. Mais dès qu’ils sont soumis à une pression normale, tous ces liquides de refroidissement deviennent des gaz à effet de serre dont le pouvoir de réchauffement global (PRG) n’a rien de négligeable. Par exemple, 1 kg de fluide de type HFC-134a vaut 3710 kgeqCO2 à l’horizon de 20 ans.

Source : "Certains gaz à effet de serre des centrales nucléaires", Bernard Laponche, octobre 2020, Global Chance.

Au 1er août 2022, le site nucléaire de Civaux a déclaré aux autorités un évènement significatif [1] pour l’environnement du fait d’avoir dépassé le seuil maximal annuel autorisé fixé à 100 kg : la centrale a déjà totalisé plus de 120 kg de fuites liquides de refroidissement depuis le début de l’année. Le public lui ne sera informé qu’un mois plus tard, par un communiqué plus que discret. Les réacteurs de Civaux ne produisent pas d’électricité  [2] , mais pour autant tout n’est pas arrêté dans la centrale : le combustible usé a besoin d’être refroidit en permanence. La chaleur dégagée dans certains locaux est telle que sans refroidissement, ni le personnel ni les équipements ne pourraient résister aux températures. La consommation d’eau, d’électricité et de nombreuses substances, dont les fluides frigorigènes, se poursuivent, et les fuites avec. Le communiqué de l’exploitant nucléaire ne donne aucun détail quant aux incidents qui ont généré ces rejets dans l’environnement. Ni pourquoi, ni quand. Ni comment se fait-il que la limite ait été dépassée. L’industriel surveille-t-il suffisamment ses équipements ? Fait-il tout ce qu’il peut pour limiter les impacts négatifs de ses activités sur l’environnement ? Et si c’est le cas, ce qu’il peut est-ce aujourd’hui suffisant, étant donnée l’urgence climatique qui presse tout un chacun d’agir autant qu’il le peut et même de repousser ses limites ?

Ce que dit EDF :

Dépassement du seuil de 100 kg de perte cumulée de fluide frigorigène depuis le 1er janvier 2022

Le 02/09/2022

Le calcul annuel du cumul de perte de fluide frigorigène sur les installations a donné un résultat de 120,14 kg depuis le 1er janvier 2022. Ce dépassement du seuil de 100 kg, issu du cumul des pertes de plusieurs groupes froids de la centrale, a fait l’objet le 1er août 2022 d’une déclaration à l’Autorité de sûreté nucléaire d’un événement significatif environnement.

https://www.edf.fr/la-centrale-nucleaire-de-civaux/les-actualites-de-la-centrale-nucleaire-de-civaux/evenements-significatifs-aout-2022


[1Événements significatifs : incidents ou accidents présentant une importance particulière en matière, notamment, de conséquences réelles ou potentielles sur les travailleurs, le public, les patients ou l’environnement. https://www.asn.fr/Lexique/E/Evenement-significatif

[2Le 21 octobre 2021, à la suite de la réalisation de contrôles par ultrasons programmés lors de la deuxième visite décennale du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Civaux (réacteur de 1450 MWe), EDF a informé l’ASN de la détection d’indications au niveau de soudures des coudes des tuyauteries d’injection de sécurité du circuit primaire principal du réacteur.

Le réacteur 2 de la centrale de Civaux étant alors le seul réacteur de 1450 MWe à ne pas avoir encore réalisé de tels contrôles, EDF a mis celui-ci à l’arrêt en novembre 2021 pour les réaliser de manière anticipée par rapport à la date prévue initialement pour sa seconde visite décennale. Ces contrôles ont confirmé la présence d’indications similaires à celles du réacteur 1. https://www.asn.fr/l-asn-informe/actualites/phenomene-de-corrosion-sous-contrainte-detecte-sur-certains-reacteurs


La surveillance des installations nucléaires au quotidien ? C’est grâce à vos dons que nous pouvons la mener !
Pour surveiller au jour le jour les incidents dans les installations nucléaires, les décrypter et dénoncer les risques permanents qui sont trop souvent minimisés - voire cachés par les exploitants, nous mobilisons tout au long de l’année des moyens humains et techniques.
Pour continuer ce travail de lanceur d’alerte et donner, au plus proche de leur survenue, des informations sur les inquiétants dysfonctionnements d’un parc nucléaire vieillissant, nous avons besoin de votre soutien financier !

Faire un don



Installation(s) concernée(s)

Civaux

Nombre d'événements enregistrés dans notre base de données sur cette installation
73