Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Réacteur EPR : un fiasco monumental

Graves anomalies sur les soupapes de sûreté de l’EPR de Flamanville : le Réseau "Sortir du nucléaire" demande l’abandon du chantier.

11 juin 2015 |




Médiapart vient de rendre publics des documents internes de l’IRSN attestant de nouvelles et graves anomalies sur les soupapes de sûreté en plus de celles sur les fonds de cuve du réacteur EPR en construction à Flamanville.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", les autorités se doivent d’en prendre acte immédiatement en arrêtant définitivement le chantier. Une poursuite des travaux serait non seulement absurde, les problèmes sur les cuves d’Areva ne pouvant être résolus, mais criminelle : il est inacceptable que l’on continue d’envisager la mise en service d’un réacteur dont les défaillances multiples peuvent avoir des conséquences graves.

Non content d’être un gouffre financier, l’EPR est s’avère encore moins "sûr" que les réacteurs du parc existant. Alors que les Français sont déjà condamnés à payer pour le sauvetage d’Areva, il est inacceptable que ce chantier continue à engloutir un euro de plus.

Médiapart vient de rendre publics des documents internes de l’IRSN attestant de nouvelles et graves anomalies sur les soupapes de sûreté en plus de celles sur les fonds de cuve du réacteur EPR en construction à Flamanville.

Pour le Réseau "Sortir du nucléaire", les autorités se doivent d’en prendre acte immédiatement en arrêtant définitivement le chantier. Une poursuite des travaux serait non seulement absurde, les problèmes sur les cuves d’Areva ne pouvant être résolus, mais criminelle : il est inacceptable que l’on continue d’envisager la mise en service d’un réacteur dont les défaillances multiples peuvent avoir des conséquences graves.

Non content d’être un gouffre financier, l’EPR est s’avère encore moins "sûr" que les réacteurs du parc existant. Alors que les Français sont déjà condamnés à payer pour le sauvetage d’Areva, il est inacceptable que ce chantier continue à engloutir un euro de plus.