Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Petite propagande entre amis

WNE, 1er salon mondial de la filière nucléaire




Du 14 au 16 octobre, alors que les parlementaires débattaient de l’avenir énergétique du pays, la France accueillait le « World Nuclear Exhibition », premier salon international de la filière nucléaire, au Bourget, près de Paris. Non contente d’avoir déjà contaminé de nombreuses régions du globe, l’industrie nucléaire française a tenté, à cette occasion d’exporter son modèle industriel mortifère. Au côté des militants d’Île-de-France et d’autres organisations nationales, une série d’action a été organisée à Paris pour dénoncer ce salon indécent.


Samedi 11 octobre - manifestation à Paris contre le salon qui tue !

Les militants des collectifs locaux Sortir du nucléaire Paris, du Collectif citoyen d’Information sur la Radioactivité et le Nucléaire (CIREN, 77), du Réseau "Sortir du nucléaire", d’ATTAC France et des Amis de la Terre se sont retrouvés le samedi 11 octobre à Paris, pour manifester contre la tenue de ce "salon qui tue" et affirmer haut et fort qu’il ne peut y avoir de transition énergétique sans sortie du nucléaire.

Après une conférence de presse à la bourse du travail, la manifestation a commencé par un happening mettant en scène le lobby nucléaire (personnalisé notamment par la marionnette Édouard de Fission) et l’arrivée des participants (industriels, élus complaisants...) au World Nuclear Exhibition. La fête est cependant troublée par un "léger accident" à la centrale nucléaire de Nogent... Alors que le public gisant à terre est recouvert d’une immense bâche frappée de l’inscription "Le nucléaire tue l’avenir", les industriels s’enfuient vite très loin, cela ne les regarde plus ! Retrouvez des extraits du happening dans l’émission "Comme un bruit qui court" du samedi 18 octobre

Le cortège est ensuite parti en musique défiler dans les rues, avant de revenir vers 16h place de la République pour une convergence avec les manifestations contre le TAFTA et les gaz de schiste.

D’autres photos ici


Dimanche 12 octobre, promenade décorative au Bourget

Témoignage
Comme nous l’avions annoncé nous avons fait ce jour "la promenade" décoration du site. Après 30minutes de déco nous avons eu droit à deux camionnettes de police de l’air et des frontières comme comité d’accueil. Ils ont contrôlé et photographié nos cartes d’identité. Ils ont constitué un dossier avec un exemplaire de chaque auto-collants. La BAC avait été prévenue pour interpeller de dangereux activistes mais devant l’absurdité de la situation, ils ont annulé. Nous sommes resté-e-s très pacifistes et très pédagogiques. Ils étaient un peu étonnés de ne pas avoir eu déjà des groupes autour du site et nous ont demandé le programme pour la semaine. Nous avons dit que nous ignorions les interventions des uns et des autres. Une chose est sûre quand il s’agit du nucléaire l’Etat policier est actif et les marchands de nucléaire bien protégés .


Comité d’accueil, tractage et collage

Avant et pendant le salon, des tractages et collages massifs ont été organisés partout dans Paris et autour du Bourget, ciblant aussi bien les exposants que les alentours du Bourget, pour informer la population et faire pression sur les organisateurs et les entreprises participants au salon.

Pendant le salon, les participants attendant leur navette spécialement affrétée par le WNE ont eu droit à des comités d’accueil matinaux. Mobilisation qui nous a valu la présence des caméras du Grand Journal de Canal+, et dont les images ont été commentées en direct par Ségolène Royale dans l’émission du 16 octobre.


Actions des copains

Nous avons été destinataire de communiqués indiquant que des compagnons de lutte s’étaient activés à mouvementer le train-train quotidien de l’industrie nucléaire. Dans l’ouest de la France, le 13 et le 16 octobre, les manchettes pour les Unes du journal Ouest-France de plusieurs Maisons de la Presse et tabacs ont été détournées et le 17 octobre, le voyage de participants au salon en route pour une visite touristique des installations nucléaires du Cotentin a été perturbé.

Voir les communiqués et photos ici

Le 14 octobre, ce sont dix militants de Greenpeace qui ont réussi à accrocher une banderole de 35 mètres de long avec le message "La foire aux mauvaises affaires" sur l’entrée du bâtiment accueillant le WNE, malgré le dispositif de surveillance mis en place. Rapidement délogés, ils ont ensuite été placés en garde à vue mais très vite relâchés.


Le WNE au Petit Journal sur Canal +

Canal + Petit Journal du 15/10/2014

WNE, Le salon mondial des dinosaures, sur France Inter

Antoine Chao, journaliste pour l’émission Comme un bruit qui court sur France Inter nous a suivi pendant notre mobilisation. Il donne la parole à des militants et experts indépendants et montre clairement pourquoi ce 1er salon mondial du nucléaire est bien Le salon mondial des dinosaures ! À écouter ou ré-écouter d’urgence !

MP3 - 12.3 Mo
Extrait de l’émission "Comme un bruit qui court" du 18/10/14 (France Inter)

Du 14 au 16 octobre, alors que les parlementaires débattaient de l’avenir énergétique du pays, la France accueillait le « World Nuclear Exhibition », premier salon international de la filière nucléaire, au Bourget, près de Paris. Non contente d’avoir déjà contaminé de nombreuses régions du globe, l’industrie nucléaire française a tenté, à cette occasion d’exporter son modèle industriel mortifère. Au côté des militants d’Île-de-France et d’autres organisations nationales, une série d’action a été organisée à Paris pour dénoncer ce salon indécent.


Samedi 11 octobre - manifestation à Paris contre le salon qui tue !

Les militants des collectifs locaux Sortir du nucléaire Paris, du Collectif citoyen d’Information sur la Radioactivité et le Nucléaire (CIREN, 77), du Réseau "Sortir du nucléaire", d’ATTAC France et des Amis de la Terre se sont retrouvés le samedi 11 octobre à Paris, pour manifester contre la tenue de ce "salon qui tue" et affirmer haut et fort qu’il ne peut y avoir de transition énergétique sans sortie du nucléaire.

Après une conférence de presse à la bourse du travail, la manifestation a commencé par un happening mettant en scène le lobby nucléaire (personnalisé notamment par la marionnette Édouard de Fission) et l’arrivée des participants (industriels, élus complaisants...) au World Nuclear Exhibition. La fête est cependant troublée par un "léger accident" à la centrale nucléaire de Nogent... Alors que le public gisant à terre est recouvert d’une immense bâche frappée de l’inscription "Le nucléaire tue l’avenir", les industriels s’enfuient vite très loin, cela ne les regarde plus ! Retrouvez des extraits du happening dans l’émission "Comme un bruit qui court" du samedi 18 octobre

Le cortège est ensuite parti en musique défiler dans les rues, avant de revenir vers 16h place de la République pour une convergence avec les manifestations contre le TAFTA et les gaz de schiste.

D’autres photos ici


Dimanche 12 octobre, promenade décorative au Bourget

Témoignage
Comme nous l’avions annoncé nous avons fait ce jour "la promenade" décoration du site. Après 30minutes de déco nous avons eu droit à deux camionnettes de police de l’air et des frontières comme comité d’accueil. Ils ont contrôlé et photographié nos cartes d’identité. Ils ont constitué un dossier avec un exemplaire de chaque auto-collants. La BAC avait été prévenue pour interpeller de dangereux activistes mais devant l’absurdité de la situation, ils ont annulé. Nous sommes resté-e-s très pacifistes et très pédagogiques. Ils étaient un peu étonnés de ne pas avoir eu déjà des groupes autour du site et nous ont demandé le programme pour la semaine. Nous avons dit que nous ignorions les interventions des uns et des autres. Une chose est sûre quand il s’agit du nucléaire l’Etat policier est actif et les marchands de nucléaire bien protégés .


Comité d’accueil, tractage et collage

Avant et pendant le salon, des tractages et collages massifs ont été organisés partout dans Paris et autour du Bourget, ciblant aussi bien les exposants que les alentours du Bourget, pour informer la population et faire pression sur les organisateurs et les entreprises participants au salon.

Pendant le salon, les participants attendant leur navette spécialement affrétée par le WNE ont eu droit à des comités d’accueil matinaux. Mobilisation qui nous a valu la présence des caméras du Grand Journal de Canal+, et dont les images ont été commentées en direct par Ségolène Royale dans l’émission du 16 octobre.


Actions des copains

Nous avons été destinataire de communiqués indiquant que des compagnons de lutte s’étaient activés à mouvementer le train-train quotidien de l’industrie nucléaire. Dans l’ouest de la France, le 13 et le 16 octobre, les manchettes pour les Unes du journal Ouest-France de plusieurs Maisons de la Presse et tabacs ont été détournées et le 17 octobre, le voyage de participants au salon en route pour une visite touristique des installations nucléaires du Cotentin a été perturbé.

Voir les communiqués et photos ici

Le 14 octobre, ce sont dix militants de Greenpeace qui ont réussi à accrocher une banderole de 35 mètres de long avec le message "La foire aux mauvaises affaires" sur l’entrée du bâtiment accueillant le WNE, malgré le dispositif de surveillance mis en place. Rapidement délogés, ils ont ensuite été placés en garde à vue mais très vite relâchés.


Le WNE au Petit Journal sur Canal +

Canal + Petit Journal du 15/10/2014

WNE, Le salon mondial des dinosaures, sur France Inter

Antoine Chao, journaliste pour l’émission Comme un bruit qui court sur France Inter nous a suivi pendant notre mobilisation. Il donne la parole à des militants et experts indépendants et montre clairement pourquoi ce 1er salon mondial du nucléaire est bien Le salon mondial des dinosaures ! À écouter ou ré-écouter d’urgence !

MP3 - 12.3 Mo
Extrait de l’émission "Comme un bruit qui court" du 18/10/14 (France Inter)