Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°30

Mars 2006

Action

Votre Réseau "Sortir du nucléaire" à l’international, une sacrée dynamique !

Mars 2006




Fin février 1997 à Lüneburg dans le nord de l’Allemagne, Jean-Yvon Landrac et moi-même participions à une grande conférence antinucléaire internationale. Les participants, après 2 jours et demi d’exposés et discours, étaient quelque peu engourdis et saturés quand notre tour vint de leur présenter la France nucléaire et surtout antinucléaire.



D’entrée, on leur annonça : “Très bien, vous êtes actuellement gavés de mots. Eh bien nous, on va vous gaver d’images !”. 200 diapos projetées au pas de course (après une brève mise en contexte) de diverses actions de terrain contre le nucléaire en France. Les gens sont ébahis et “scotchés”. La somnolence est dissipée. Et ils commentent : “Comment ? Ça existe vraiment, tout cela que vous nous montrez ? Pourtant, nos autorités présentent toujours la France comme étant le pays du nucléaire heureux. Vous ne vous doutez pas à quel point il est important et urgent que vous fassiez savoir à tous partout qu’en France aussi la résistance existe ; et même, qu’elle est active et créative”.

Effectivement, la France (aussi antinucléaire) est la plupart du temps tournée sur elle-même et pense rarement à aller faire savoir ailleurs ce qu’elle fait de valable chez elle. Pourtant, les militants des autres pays sont très demandeurs de contacts et d’échanges pour contrer les propagandes et mensonges officiels. Car AREVA, pendant ce temps, marque des points dans les pays où le nucléaire semble encore un mirage envisageable.

Saluons ici l’excellent travail bénévole de Jean-Yvon (germanophone et anglophone) qui depuis des années tisse des liens au-delà des frontières pour le Réseau “Sortir du nucléaire”.

En 2005, nous avions intensifié ce travail :
- Nous avons fait traduire et imprimer une première plaquette de présentation du Réseau en anglais. Ce document est téléchargeable sur le site : www.sortirdunucleaire.fr
- Deux groupes de traducteurs sont maintenant en fonction et accomplissent un très bon travail. Un groupe français-anglais qui rassemble une vingtaine de personnes et un groupe équivalent français-allemand avec une dizaine de personnes.
- Ceci nous a permis d’ouvrir une petite section anglophone sur le site du Réseau (www.sortirdunucleaire.fr) ; et bientôt une section germanophone. Que tous ces bénévoles soient ici grandement remerciés !
- Nous développons par ailleurs un système d’échanges par invités spéciaux (antinucléaires) lors d’événements spécifiques. Nous avons ainsi accueilli Kumar d’Inde, Gerd de Finlande, Léo de Slovénie. Et inversement, nous "apparaissons" chez eux pour réunions publiques (Allemagne, Slovénie), prises de parole lors de leurs manifs (Allemagne), exposés entre militants sur la situation dans nos pays respectifs (Allemagne, Angleterre, Belgique, Hollande, Finlande), conférences (Alle-magne, Autriche, Corée, Ukraine)… ou lors d’opération de soutiens pour protéger des militants menacés (Russie). Sans compter bien sûr les échanges électroniques. Nous sommes enfin représentés au Conseil Mondial d’Abolition 2000.
- Nous continuons à travailler autour des transports et des déchets nucléaires à l’international, tout particulièrement avec l’Allemagne, mais aussi avec d’autres pays européens tels que l’Angleterre (la France ayant servi jusqu’en 2005 de plaque tournante pour les déchets allemands en partance pour l’Angleterre).
- Actuellement, nous invitons largement à l’international pour le Rassemblement prévu à Cherbourg les 15-16 Avril 2006.
- Et la pétition “Un million d’Européens exigent l’abandon du nucléaire” est relancée de plus belle en 2006 par le nouveau soutien très actif de grandes ONG européennes (Amis de la Terre Europe, Bund - Allemagne, Global 2000 - Autriche…).
La France antinucléaire a bien fait sa part (plus de 135 000 signatures déjà) mais nous voulons donner un dernier coup de collier pour aller au-delà des 150 000… Qui ne connaît pas des gens – un peu plus loin de la scène militante – qui n’ont pas encore signé ? Demandez-nous des exemplaires de cette pétition ou signez directement sur le site : www.sortirdunucleaire.fr
Nous espérons clore cette pétition (avec le million de signatures atteint) en octobre 2006 et faire une grande action commune à Bruxelles.
Cette pétition constitue une occasion exceptionnelle pour s’exprimer en tant qu’Européens antinucléaires et développer les contacts à ce niveau.
Le Traité Euratom (qui favorise au maximum le nucléaire à travers l’Europe) “fêtera” ses 50 ans à la fin mars 2007 ; et nous voulons que ce soit la dernière année de son existence.

Nous préparons des Rencontres internationales antinucléaires d’été (échanges interculturels et militants dans un esprit de fête) qui auront lieu en Dordogne du 13 au 20 août 2006. Précisions à venir… mais déjà, pensez à réserver vos dates.

A l’ère des transnationales, de la globalisation et des problèmes mondialisés, sachons bâtir des ponts par-delà les frontières. Et rejoindre cette famille internationale qui espère urgemment un monde où l’accumulation de pouvoirs, d’argent et d’objets multiples ne constituera plus le but ultime et la valeur suprême.
Un monde où les manières les plus imbéciles de produire de l’énergie et de se défendre (le nucléaire civil et militaire) auront été définitivement rejetées par tous.
Agissons ensemble en ce sens avec force et détermination.

“Le pays que je préfère, c’est la Terre entière”. Mais… une Terre vivable !

André Larivière
Permanent chargé des actions
et des relations internationales
Mail : andre.lariviere@sortirdunucleaire.fr
Tel. 04 71 76 36 40

D’entrée, on leur annonça : “Très bien, vous êtes actuellement gavés de mots. Eh bien nous, on va vous gaver d’images !”. 200 diapos projetées au pas de course (après une brève mise en contexte) de diverses actions de terrain contre le nucléaire en France. Les gens sont ébahis et “scotchés”. La somnolence est dissipée. Et ils commentent : “Comment ? Ça existe vraiment, tout cela que vous nous montrez ? Pourtant, nos autorités présentent toujours la France comme étant le pays du nucléaire heureux. Vous ne vous doutez pas à quel point il est important et urgent que vous fassiez savoir à tous partout qu’en France aussi la résistance existe ; et même, qu’elle est active et créative”.

Effectivement, la France (aussi antinucléaire) est la plupart du temps tournée sur elle-même et pense rarement à aller faire savoir ailleurs ce qu’elle fait de valable chez elle. Pourtant, les militants des autres pays sont très demandeurs de contacts et d’échanges pour contrer les propagandes et mensonges officiels. Car AREVA, pendant ce temps, marque des points dans les pays où le nucléaire semble encore un mirage envisageable.

Saluons ici l’excellent travail bénévole de Jean-Yvon (germanophone et anglophone) qui depuis des années tisse des liens au-delà des frontières pour le Réseau “Sortir du nucléaire”.

En 2005, nous avions intensifié ce travail :
- Nous avons fait traduire et imprimer une première plaquette de présentation du Réseau en anglais. Ce document est téléchargeable sur le site : www.sortirdunucleaire.fr
- Deux groupes de traducteurs sont maintenant en fonction et accomplissent un très bon travail. Un groupe français-anglais qui rassemble une vingtaine de personnes et un groupe équivalent français-allemand avec une dizaine de personnes.
- Ceci nous a permis d’ouvrir une petite section anglophone sur le site du Réseau (www.sortirdunucleaire.fr) ; et bientôt une section germanophone. Que tous ces bénévoles soient ici grandement remerciés !
- Nous développons par ailleurs un système d’échanges par invités spéciaux (antinucléaires) lors d’événements spécifiques. Nous avons ainsi accueilli Kumar d’Inde, Gerd de Finlande, Léo de Slovénie. Et inversement, nous "apparaissons" chez eux pour réunions publiques (Allemagne, Slovénie), prises de parole lors de leurs manifs (Allemagne), exposés entre militants sur la situation dans nos pays respectifs (Allemagne, Angleterre, Belgique, Hollande, Finlande), conférences (Alle-magne, Autriche, Corée, Ukraine)… ou lors d’opération de soutiens pour protéger des militants menacés (Russie). Sans compter bien sûr les échanges électroniques. Nous sommes enfin représentés au Conseil Mondial d’Abolition 2000.
- Nous continuons à travailler autour des transports et des déchets nucléaires à l’international, tout particulièrement avec l’Allemagne, mais aussi avec d’autres pays européens tels que l’Angleterre (la France ayant servi jusqu’en 2005 de plaque tournante pour les déchets allemands en partance pour l’Angleterre).
- Actuellement, nous invitons largement à l’international pour le Rassemblement prévu à Cherbourg les 15-16 Avril 2006.
- Et la pétition “Un million d’Européens exigent l’abandon du nucléaire” est relancée de plus belle en 2006 par le nouveau soutien très actif de grandes ONG européennes (Amis de la Terre Europe, Bund - Allemagne, Global 2000 - Autriche…).
La France antinucléaire a bien fait sa part (plus de 135 000 signatures déjà) mais nous voulons donner un dernier coup de collier pour aller au-delà des 150 000… Qui ne connaît pas des gens – un peu plus loin de la scène militante – qui n’ont pas encore signé ? Demandez-nous des exemplaires de cette pétition ou signez directement sur le site : www.sortirdunucleaire.fr
Nous espérons clore cette pétition (avec le million de signatures atteint) en octobre 2006 et faire une grande action commune à Bruxelles.
Cette pétition constitue une occasion exceptionnelle pour s’exprimer en tant qu’Européens antinucléaires et développer les contacts à ce niveau.
Le Traité Euratom (qui favorise au maximum le nucléaire à travers l’Europe) “fêtera” ses 50 ans à la fin mars 2007 ; et nous voulons que ce soit la dernière année de son existence.

Nous préparons des Rencontres internationales antinucléaires d’été (échanges interculturels et militants dans un esprit de fête) qui auront lieu en Dordogne du 13 au 20 août 2006. Précisions à venir… mais déjà, pensez à réserver vos dates.

A l’ère des transnationales, de la globalisation et des problèmes mondialisés, sachons bâtir des ponts par-delà les frontières. Et rejoindre cette famille internationale qui espère urgemment un monde où l’accumulation de pouvoirs, d’argent et d’objets multiples ne constituera plus le but ultime et la valeur suprême.
Un monde où les manières les plus imbéciles de produire de l’énergie et de se défendre (le nucléaire civil et militaire) auront été définitivement rejetées par tous.
Agissons ensemble en ce sens avec force et détermination.

“Le pays que je préfère, c’est la Terre entière”. Mais… une Terre vivable !

André Larivière
Permanent chargé des actions
et des relations internationales
Mail : andre.lariviere@sortirdunucleaire.fr
Tel. 04 71 76 36 40



Thèmes
Luttes et actions