Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°42

Mai 2009

En bref !

Vite, des nouvelles !

Mai 2009




La Chine, leader mondial des énergies propres

Qu’il s’agisse de production d’éoliennes, de panneaux solaires et maintenant de batteries pour voitures électriques (voire de voitures électriques elles-mêmes), la Chine est désormais le leader mondial toutes catégories. Elle devrait profiter ainsi au premier chef des plans de relance "verts" des Etats-Unis, de l’Europe et du Japon.

Côté éolien, les fabricants chinois de composants pour éoliennes sont désormais les leaders mondiaux : ils ont fourni plus de 56% des équipements mondiaux fin 2007. La Chine veut, d’ici 2010, plus que doubler sa production d’énergie éolienne par rapport aux 12 GW installés à la fin 2008, ce qui ferait d’elle le numéro 2 mondial derrière les Etats-Unis, devant l’Allemagne et l’Espagne.

Pour ce qui concerne le solaire, la Chine est déjà le numéro un, et de nouveaux producteurs se lancent sans arrêt sur ce marché. Le pays est devenu premier producteur mondial de modules photovoltaïques dès 2007 avec une production de 1,18 GW.

BE Chine numéro 59 (13.03.2009)
Ambassade de France en Chine / ADIT
www.bulletins-electroniques.com/actualites/58182.htm


Des éoliennes productrices d’eau potable, à partir de l’air

Partant du principe que l’air est toujours chargé d’eau, l’entreprise Dutch Rainmaker, originaire de la région de la Frise aux Pays-Bas, a créé une éolienne capable de produire de l’eau potable à partir de l’air.

La totalité de l’énergie créée par les pales de l’éolienne est consacrée à la production d’eau. La turbine actionne un compresseur relié à un système frigorifique installé dans le pylône. Un ventilateur aspire l’air par le bas et l’amène à traverser ce système, entraînant la condensation de l’eau présente dans l’air. Les gouttes d’eau produites coulent alors le long des parois et sont stockées dans un réservoir. L’eau ainsi recueillie peut être utilisée comme eau potable ou d’irrigation.

Une éolienne de ce type a déjà été construite à Wetsalt (Harlingen) afin de vérifier la quantité d’eau produite. Le prototype produit environ 500 litres d’eau par jour, mais une installation plus imposante est déjà à l’étude et pourra produire de 7 à 8 m3 d’eau par jour. Dans les régions arides du globe, cela pourrait devenir une solution au manque d’eau, en sachant que si aux Pays-Bas l’utilisation moyenne d’eau par jour et par habitant est de l’ordre de 140 litres, elle n’est par contre que de 20 litres dans les régions où l’eau est plus rare. Une seule éolienne serait alors suffisante pour alimenter un village de 2000 habitants. Cependant, l’éolienne de Dutch Rainmaker n’est pas adaptée par exemple aux conditions extrêmes du Sahara, car l’air y est tout simplement trop aride.

L’entreprise a aussi créé une autre version de son éolienne, qui produit également de l’eau potable mais cette fois à partir d’eau salée ou polluée.
Cette dernière est pompée et réchauffée par un échangeur de chaleur actionné grâce aux pales de l’éolienne. La vapeur ainsi créée est ensuite refroidie, produisant de l’eau pure qui coule vers un réservoir de stockage. Le rendement de ce système atteint 50 à 60 m3 d’eau par jour, soit beaucoup plus que le premier type d’éolienne.

Source : http://www.enerzine.com/
BE Pays-Bas numéro 31 (22.12.2008)
Ambassade de France aux Pays-Bas / ADIT


Lignes électriques à très haute tension et santé

C’est une première, le tribunal de Tulle à condamné RTE, le réseau de transport d’électricité (filiale d’EDF), à verser près de 400 000 euros à une famille d’éleveurs pour le préjudice “direct, matériel et certain” subi par son élevage. Au début des années 1990, la ligne électrique de 225 000 volts qui surplombe l’exploitation passe à 400 000 volts. Les problèmes des animaux ne cessent de s’aggraver : hémorragies, ulcères, avortements, myopathie, arthrite, cannibalisme… Située à 50 m de la ligne, la porcherie doit être abandonnée. La famille qui souffre également de problèmes de santé, finit par porter plainte et obtient pour la première fois un jugement favorable. Les associations qui luttent contre les nouveaux projets de lignes THT espèrent que ce jugement fera jurisprudence et recommandent un éloignement des constructions à au moins 400 mètres des lignes.

Coordination Stop THT
Tel. 06 85 80 91 93 - www.stop-tht.org


Insolite : Une ville chauffée au crématorium

L’idée peut paraître saugrenue et ne manquera pas d’en choquer plus d’un. Les maisons de la ville suédoise d’Halmstad seront bientôt chauffées grâce à la chaleur du crématorium local. Les fours sont alimentés en énergie pour atteindre de très hautes températures (1000°C). Cette chaleur sera évacuée et réintroduite dans le circuit de chauffage municipal. La majorité des 55 000 citoyens de cette ville ont accepté l’idée et le système devrait être mis en place en 2010. Le conseil régional de Timesade, dans le nord de l’Angleterre, étudie un projet similaire et a déjà obtenu l’accord de plusieurs
pasteurs.


Areva suspend sa publicité “L’énergie au sens propre”

L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) a obtenu du groupe nucléaire Areva qu’il suspende sa signature publicitaire “L’énergie au sens propre”.

L’ARPP (anciennement BVP) avait été saisie le 23 décembre 2008 par les Verts, qui dénonçaient cette signature comme étant “conçue pour tromper le public en lui faisant croire que l’énergie nucléaire est propre, de l’extraction de l’uranium au retraitement de déchets”.

Selon eux, ce slogan laissait penser que “le nucléaire est une énergie propre, terme communément employé pour les énergies renouvelables” et “pas approprié pour l’atome”.

Les publicitaires avaient signé en avril 2008 une charte prônant une publicité “éco-responsable”, qui ne vante pas les vertus écologiques d’un produit qui ne l’est pas ou qui ne promeut pas des comportements néfastes pour l’environnement.

Source : AFP - 07.01.09


Un nouveau géant du nucléaire est né

Siemens et Rosatom formeront une co-entreprise dont l’objet est de promouvoir la construction de réacteurs VVER de nouvelle génération (la Russie, l’Iran et la Turquie sont principalement visés), la joint-venture russo-allemande se pose en concurrente directe d’Areva. Car, contrairement aux tandems General Electric-Hitachi et Westinghouse-Toshiba, le duo de l’est européen est le seul, avec Areva-Mitsubishi, à offrir toutes les prestations du cycle : de l’exploitation des mines, à la fabrication du combustible en passant par la construction des réacteurs nucléaires.

Mieux, le nouvel ensemble entend même se positionner sur les marchés du démantèlement (encore balbutiant) et de l’exploitation des centrales sur lesquels le groupe français n’est pas positionné.

Le rapprochement germano- russe laisse encore sans réponses de nombreuses questions. A commencer par la suite du pacte d’actionnaire entre Areva et Siemens.

Source : Enerpresse - 05.03.09


Une maison “zéro-carbone” en kit

Elle s’appelle RuralZed. C’est une maison en kit à très haute performance énergétique, préfabriquée en usine et assemblée en six semaines. Ses concepteurs, les architectes de BedZed, un écoquartier anglais pionnier situé au sud de Londres, devenu, depuis son achèvement en 2002, une référence en matière d’architecture “verte”, se sont attaqués à la maison individuelle en 2008 pour proposer un modèle facile à construire partout.

On peut juger du résultat sur pièce à Grande-Synthe (Nord), où un prototype de RuralZed a été bâti, en préfiguration d’un futur écoquartier de 400 logements zéro carbone.

Cette maison à ossature en bois, orientée nord-sud, est rendue hermétique, afin d’éviter les pertes d’énergie, par une isolation drastique et une membrane respirante. La température intérieure est régulée par une forte masse thermique absorbant chaleur et fraîcheur, un système de ventilation naturelle à récupération de chaleur et une grande véranda faisant office d’espace tampon.

Eau chaude et électricité sont fournies grâce à l’énergie solaire, mais on peut également ajouter une éolienne, fixée sur le toit... Sur l’année, la consommation électrique hivernale et l’excédent estival, revendu à EDF, sont censés s’équilibrer.

Source : Le Monde - 03.02.09
Site : http://www.ruralzed.com/


La Chine, leader mondial des énergies propres

Qu’il s’agisse de production d’éoliennes, de panneaux solaires et maintenant de batteries pour voitures électriques (voire de voitures électriques elles-mêmes), la Chine est désormais le leader mondial toutes catégories. Elle devrait profiter ainsi au premier chef des plans de relance "verts" des Etats-Unis, de l’Europe et du Japon.

Côté éolien, les fabricants chinois de composants pour éoliennes sont désormais les leaders mondiaux : ils ont fourni plus de 56% des équipements mondiaux fin 2007. La Chine veut, d’ici 2010, plus que doubler sa production d’énergie éolienne par rapport aux 12 GW installés à la fin 2008, ce qui ferait d’elle le numéro 2 mondial derrière les Etats-Unis, devant l’Allemagne et l’Espagne.

Pour ce qui concerne le solaire, la Chine est déjà le numéro un, et de nouveaux producteurs se lancent sans arrêt sur ce marché. Le pays est devenu premier producteur mondial de modules photovoltaïques dès 2007 avec une production de 1,18 GW.

BE Chine numéro 59 (13.03.2009)
Ambassade de France en Chine / ADIT
www.bulletins-electroniques.com/actualites/58182.htm


Des éoliennes productrices d’eau potable, à partir de l’air

Partant du principe que l’air est toujours chargé d’eau, l’entreprise Dutch Rainmaker, originaire de la région de la Frise aux Pays-Bas, a créé une éolienne capable de produire de l’eau potable à partir de l’air.

La totalité de l’énergie créée par les pales de l’éolienne est consacrée à la production d’eau. La turbine actionne un compresseur relié à un système frigorifique installé dans le pylône. Un ventilateur aspire l’air par le bas et l’amène à traverser ce système, entraînant la condensation de l’eau présente dans l’air. Les gouttes d’eau produites coulent alors le long des parois et sont stockées dans un réservoir. L’eau ainsi recueillie peut être utilisée comme eau potable ou d’irrigation.

Une éolienne de ce type a déjà été construite à Wetsalt (Harlingen) afin de vérifier la quantité d’eau produite. Le prototype produit environ 500 litres d’eau par jour, mais une installation plus imposante est déjà à l’étude et pourra produire de 7 à 8 m3 d’eau par jour. Dans les régions arides du globe, cela pourrait devenir une solution au manque d’eau, en sachant que si aux Pays-Bas l’utilisation moyenne d’eau par jour et par habitant est de l’ordre de 140 litres, elle n’est par contre que de 20 litres dans les régions où l’eau est plus rare. Une seule éolienne serait alors suffisante pour alimenter un village de 2000 habitants. Cependant, l’éolienne de Dutch Rainmaker n’est pas adaptée par exemple aux conditions extrêmes du Sahara, car l’air y est tout simplement trop aride.

L’entreprise a aussi créé une autre version de son éolienne, qui produit également de l’eau potable mais cette fois à partir d’eau salée ou polluée.
Cette dernière est pompée et réchauffée par un échangeur de chaleur actionné grâce aux pales de l’éolienne. La vapeur ainsi créée est ensuite refroidie, produisant de l’eau pure qui coule vers un réservoir de stockage. Le rendement de ce système atteint 50 à 60 m3 d’eau par jour, soit beaucoup plus que le premier type d’éolienne.

Source : http://www.enerzine.com/
BE Pays-Bas numéro 31 (22.12.2008)
Ambassade de France aux Pays-Bas / ADIT


Lignes électriques à très haute tension et santé

C’est une première, le tribunal de Tulle à condamné RTE, le réseau de transport d’électricité (filiale d’EDF), à verser près de 400 000 euros à une famille d’éleveurs pour le préjudice “direct, matériel et certain” subi par son élevage. Au début des années 1990, la ligne électrique de 225 000 volts qui surplombe l’exploitation passe à 400 000 volts. Les problèmes des animaux ne cessent de s’aggraver : hémorragies, ulcères, avortements, myopathie, arthrite, cannibalisme… Située à 50 m de la ligne, la porcherie doit être abandonnée. La famille qui souffre également de problèmes de santé, finit par porter plainte et obtient pour la première fois un jugement favorable. Les associations qui luttent contre les nouveaux projets de lignes THT espèrent que ce jugement fera jurisprudence et recommandent un éloignement des constructions à au moins 400 mètres des lignes.

Coordination Stop THT
Tel. 06 85 80 91 93 - www.stop-tht.org


Insolite : Une ville chauffée au crématorium

L’idée peut paraître saugrenue et ne manquera pas d’en choquer plus d’un. Les maisons de la ville suédoise d’Halmstad seront bientôt chauffées grâce à la chaleur du crématorium local. Les fours sont alimentés en énergie pour atteindre de très hautes températures (1000°C). Cette chaleur sera évacuée et réintroduite dans le circuit de chauffage municipal. La majorité des 55 000 citoyens de cette ville ont accepté l’idée et le système devrait être mis en place en 2010. Le conseil régional de Timesade, dans le nord de l’Angleterre, étudie un projet similaire et a déjà obtenu l’accord de plusieurs
pasteurs.


Areva suspend sa publicité “L’énergie au sens propre”

L’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) a obtenu du groupe nucléaire Areva qu’il suspende sa signature publicitaire “L’énergie au sens propre”.

L’ARPP (anciennement BVP) avait été saisie le 23 décembre 2008 par les Verts, qui dénonçaient cette signature comme étant “conçue pour tromper le public en lui faisant croire que l’énergie nucléaire est propre, de l’extraction de l’uranium au retraitement de déchets”.

Selon eux, ce slogan laissait penser que “le nucléaire est une énergie propre, terme communément employé pour les énergies renouvelables” et “pas approprié pour l’atome”.

Les publicitaires avaient signé en avril 2008 une charte prônant une publicité “éco-responsable”, qui ne vante pas les vertus écologiques d’un produit qui ne l’est pas ou qui ne promeut pas des comportements néfastes pour l’environnement.

Source : AFP - 07.01.09


Un nouveau géant du nucléaire est né

Siemens et Rosatom formeront une co-entreprise dont l’objet est de promouvoir la construction de réacteurs VVER de nouvelle génération (la Russie, l’Iran et la Turquie sont principalement visés), la joint-venture russo-allemande se pose en concurrente directe d’Areva. Car, contrairement aux tandems General Electric-Hitachi et Westinghouse-Toshiba, le duo de l’est européen est le seul, avec Areva-Mitsubishi, à offrir toutes les prestations du cycle : de l’exploitation des mines, à la fabrication du combustible en passant par la construction des réacteurs nucléaires.

Mieux, le nouvel ensemble entend même se positionner sur les marchés du démantèlement (encore balbutiant) et de l’exploitation des centrales sur lesquels le groupe français n’est pas positionné.

Le rapprochement germano- russe laisse encore sans réponses de nombreuses questions. A commencer par la suite du pacte d’actionnaire entre Areva et Siemens.

Source : Enerpresse - 05.03.09


Une maison “zéro-carbone” en kit

Elle s’appelle RuralZed. C’est une maison en kit à très haute performance énergétique, préfabriquée en usine et assemblée en six semaines. Ses concepteurs, les architectes de BedZed, un écoquartier anglais pionnier situé au sud de Londres, devenu, depuis son achèvement en 2002, une référence en matière d’architecture “verte”, se sont attaqués à la maison individuelle en 2008 pour proposer un modèle facile à construire partout.

On peut juger du résultat sur pièce à Grande-Synthe (Nord), où un prototype de RuralZed a été bâti, en préfiguration d’un futur écoquartier de 400 logements zéro carbone.

Cette maison à ossature en bois, orientée nord-sud, est rendue hermétique, afin d’éviter les pertes d’énergie, par une isolation drastique et une membrane respirante. La température intérieure est régulée par une forte masse thermique absorbant chaleur et fraîcheur, un système de ventilation naturelle à récupération de chaleur et une grande véranda faisant office d’espace tampon.

Eau chaude et électricité sont fournies grâce à l’énergie solaire, mais on peut également ajouter une éolienne, fixée sur le toit... Sur l’année, la consommation électrique hivernale et l’excédent estival, revendu à EDF, sont censés s’équilibrer.

Source : Le Monde - 03.02.09
Site : http://www.ruralzed.com/