Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°61

Mai 2014

En bref

Vite, des infos !

Mai 2014




Des nouvelles de la maison de Bure

La maison de la résistance souhaite ouvrir le plus rapidement possible sa salle multi-activités, pour pouvoir y accueillir de manière officielle des discussions, expositions, concerts et réunions. Pour le moment, 95% des travaux ont été faits par des bénévoles : on continue sur cette lancée ! Nous avons désormais une belle stabulation où élever des antinucléaires de toutes variétés clin d’oeil Cette salle, nous sert déjà couramment, même sans être vraiment terminée.

Nous réitérons nos remerciements à tous ceux qui, depuis 2009, ont donné un jour ou un mois pour passer un coup de serpillère, tirer une gaine électrique, pousser une brouette, donner un coup de pinceau ou simplement posté un chèque. Nous devons à la dernière folle équipe d’avoir maintenant le chauffage au sol, totalement renouvelables : bois bûche/solaire.

Mais le “THE END” n’est pas pour tout de suite. Il reste à y faire de la pose de cloisons, de la peinture, du carrelage, installer des sanitaires attenants à la salle, fabriquer une rampe d’accès handicapé... et continuer le jardin ! Nous posons donc des collets a bénévoles tout au long de l’année.

Les chantiers auront lieu pendant le printemps et l’été. Les dates précises ne sont pas encore fixées. Mais comme il y a toujours des choses à faire à la maison, téléphonez-nous pour nous dire quand vous êtes disponible, et on voit ce qu’on peut faire. Si on cale des dates de chantiers fixes d’ici là, les dates seront communiquées sur l’agenda du Réseau (www.sortirdunucleaire.org/Agenda).

Infos : www.sortirdunucleaire.org/Bure-Maison-de-resistance

Contact :
leherissonvengeur @gmail.com
Tél : 03 29 45 41 77
(Demandez les habitants permanents de la maison !)

Partout en France, du 6 au 9 août, agissons contre le nucléaire militaire

Du 6 au 9 août, entre les dates commémorant les bombardements des villes de Hiroshima et Nagasaki, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à organiser des actions contre le nucléaire militaire.

Depuis trois ans, un "jeûne-action" est organisé à Paris. En 2013, cette action a rassemblé plus d’une centaine de jeûneurs et d’activistes, jeûneurs et non-jeûneurs, pour exiger l’abolition des armes nucléaires. Cette année encore, mobilisons- nous afin de rappeler que le nucléaire civil s’est développé grâce aux technologies militaires : nucléaire civil et nucléaire militaire sont inséparables. Si vous souhaitez participer au jeûne en 2014, contactez-nous :
www.vigilancehiroshimanagasaki.com
maisondevigilance@orange.fr
06 32 71 69 90.

La France possède le troisième arsenal du monde avec 300 bombes nucléaires chacune d’une puissance 10 fois supérieure à celle d’Hiroshima. Cette industrie génère des transports incessants, notamment de plutonium, qui tombent sous le secret-défense et mettent en danger les populations. Prétendre que la bombe atomique est garante de la paix est un mensonge destiné à protéger des intérêts industriels et des volontés de pouvoirs politiques. Par erreur, par accident ou par folie une explosion de bombe nucléaire est possible à tout moment. L’état d’urgence actuel est le même que pendant la guerre froide : un tir peut être décidé en quelques minutes. Les conséquences humanitaires et environnementales qu’aurait l’explosion d’une seule bombe sont dénoncées par la Croix rouge et le Croissant rouge qui demandent l’interdiction des armes nucléaires.

Exigeons l’abolition des armes nucléaires, mobilisons-nous partout en France du 6 au 9 août 2014 !

Victoire : relaxes en série pour les militant-e-s

Le 14 avril 2014, la militante anti-THT Annick Philippe a été relaxée. Lors de sa garde à vue, après une manifestation où un pylône avait été dégradé, elle avait refusé un prélèvement ADN. Le tribunal de Mans lui a donné raison.

Le 23 janvier 2014, trois militants opposés à la ligne THT s’étaient retrouvés devant le tribunal de Laval pour avoir refusé lors d’une audition pour de simples soupçons, leurs inscriptions au FNAEG (fichier national automatisé des empreintes génétiques) ainsi que leurs relevés anthropométriques (empreintes digitales et photos). Ils se sont vus relaxés sans autres précisions par ce même tribunal.

Un comble : malgré les 40000 clichés pris par les gendarmes présents sur place, aucun élément à charge n’a pu être retenu contre les accusés concernant les faits de dégradation et d’opposition à un chantier public pour lesquels ils avaient été convoqués, l’un d’eux n’étant même pas présent sur les lieux le jour des faits.

Par ces poursuites, le lobby électrico-nucléaire cherchepar moyens détournés à faire taire les opposants anti-nucléaire et anti-THT en les accusant de n’importe quoi pourvu qu’ils soient identifiés comme "délinquants".

Ces deux relaxes s’inscrivent dans la continuité des précédentes, obtenues pour des refus d’empreintes digitales ou de prélèvement ADN (5 juin, 3 juillet et 9 décembre 2013 à Caen ; 25 juillet 2013 à Rennes).

Sources : Stop-THT / Ouest-France

Anecdote révélatrice : le nucléaire (pas) à l’école...

JPEG - 95.2 ko
Anecdote révélatrice : le nucléaire (pas) à l’école... Jean-François, lecteur de la revue, nous a rapporté cette désolante anecdote, révélatrice de l’emprise de la propagande d’EDF en milieu scolaire. Sa fille Amandine, 10 ans, en CM2 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), devait répondre à la question "Quels sont les risques ou dangers qui menacent la planète ?". Jean-François nous écrit : "Fier de ma fille, qui a signalé à la maîtresse qu’elle oubliait le risque nucléaire. Moins fier de la maîtresse, qui n’a pas voulu l’ajouter à la liste..."

Jean-François, lecteur de la revue, nous a rapporté cette désolante anecdote, révélatrice de l’emprise de la propagande d’EDF en milieu scolaire. Sa fille Amandine, 10 ans, en CM2 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), devait répondre à la question "Quels sont les risques ou dangers qui menacent la planète ?". Jean-François nous écrit : "Fier de ma fille, qui a signalé à la maîtresse qu’elle oubliait le risque nucléaire. Moins fier de la maîtresse, qui n’a pas voulu l’ajouter à la liste..."

JPEG - 60.3 ko
Y’a pas photo ! : Extrait d’un sondage CSA pour France Énergie Éolienne : Si cela s’avérait nécessaire, parmi les centrales électriques possibles, quelles sont les deux types de centrales que vous souhaiteriez voir construite en priorité dans votre département ? (2 réponses obligatoires.)

Des nouvelles de la maison de Bure

La maison de la résistance souhaite ouvrir le plus rapidement possible sa salle multi-activités, pour pouvoir y accueillir de manière officielle des discussions, expositions, concerts et réunions. Pour le moment, 95% des travaux ont été faits par des bénévoles : on continue sur cette lancée ! Nous avons désormais une belle stabulation où élever des antinucléaires de toutes variétés clin d’oeil Cette salle, nous sert déjà couramment, même sans être vraiment terminée.

Nous réitérons nos remerciements à tous ceux qui, depuis 2009, ont donné un jour ou un mois pour passer un coup de serpillère, tirer une gaine électrique, pousser une brouette, donner un coup de pinceau ou simplement posté un chèque. Nous devons à la dernière folle équipe d’avoir maintenant le chauffage au sol, totalement renouvelables : bois bûche/solaire.

Mais le “THE END” n’est pas pour tout de suite. Il reste à y faire de la pose de cloisons, de la peinture, du carrelage, installer des sanitaires attenants à la salle, fabriquer une rampe d’accès handicapé... et continuer le jardin ! Nous posons donc des collets a bénévoles tout au long de l’année.

Les chantiers auront lieu pendant le printemps et l’été. Les dates précises ne sont pas encore fixées. Mais comme il y a toujours des choses à faire à la maison, téléphonez-nous pour nous dire quand vous êtes disponible, et on voit ce qu’on peut faire. Si on cale des dates de chantiers fixes d’ici là, les dates seront communiquées sur l’agenda du Réseau (www.sortirdunucleaire.org/Agenda).

Infos : www.sortirdunucleaire.org/Bure-Maison-de-resistance

Contact :
leherissonvengeur @gmail.com
Tél : 03 29 45 41 77
(Demandez les habitants permanents de la maison !)

Partout en France, du 6 au 9 août, agissons contre le nucléaire militaire

Du 6 au 9 août, entre les dates commémorant les bombardements des villes de Hiroshima et Nagasaki, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle à organiser des actions contre le nucléaire militaire.

Depuis trois ans, un "jeûne-action" est organisé à Paris. En 2013, cette action a rassemblé plus d’une centaine de jeûneurs et d’activistes, jeûneurs et non-jeûneurs, pour exiger l’abolition des armes nucléaires. Cette année encore, mobilisons- nous afin de rappeler que le nucléaire civil s’est développé grâce aux technologies militaires : nucléaire civil et nucléaire militaire sont inséparables. Si vous souhaitez participer au jeûne en 2014, contactez-nous :
www.vigilancehiroshimanagasaki.com
maisondevigilance@orange.fr
06 32 71 69 90.

La France possède le troisième arsenal du monde avec 300 bombes nucléaires chacune d’une puissance 10 fois supérieure à celle d’Hiroshima. Cette industrie génère des transports incessants, notamment de plutonium, qui tombent sous le secret-défense et mettent en danger les populations. Prétendre que la bombe atomique est garante de la paix est un mensonge destiné à protéger des intérêts industriels et des volontés de pouvoirs politiques. Par erreur, par accident ou par folie une explosion de bombe nucléaire est possible à tout moment. L’état d’urgence actuel est le même que pendant la guerre froide : un tir peut être décidé en quelques minutes. Les conséquences humanitaires et environnementales qu’aurait l’explosion d’une seule bombe sont dénoncées par la Croix rouge et le Croissant rouge qui demandent l’interdiction des armes nucléaires.

Exigeons l’abolition des armes nucléaires, mobilisons-nous partout en France du 6 au 9 août 2014 !

Victoire : relaxes en série pour les militant-e-s

Le 14 avril 2014, la militante anti-THT Annick Philippe a été relaxée. Lors de sa garde à vue, après une manifestation où un pylône avait été dégradé, elle avait refusé un prélèvement ADN. Le tribunal de Mans lui a donné raison.

Le 23 janvier 2014, trois militants opposés à la ligne THT s’étaient retrouvés devant le tribunal de Laval pour avoir refusé lors d’une audition pour de simples soupçons, leurs inscriptions au FNAEG (fichier national automatisé des empreintes génétiques) ainsi que leurs relevés anthropométriques (empreintes digitales et photos). Ils se sont vus relaxés sans autres précisions par ce même tribunal.

Un comble : malgré les 40000 clichés pris par les gendarmes présents sur place, aucun élément à charge n’a pu être retenu contre les accusés concernant les faits de dégradation et d’opposition à un chantier public pour lesquels ils avaient été convoqués, l’un d’eux n’étant même pas présent sur les lieux le jour des faits.

Par ces poursuites, le lobby électrico-nucléaire cherchepar moyens détournés à faire taire les opposants anti-nucléaire et anti-THT en les accusant de n’importe quoi pourvu qu’ils soient identifiés comme "délinquants".

Ces deux relaxes s’inscrivent dans la continuité des précédentes, obtenues pour des refus d’empreintes digitales ou de prélèvement ADN (5 juin, 3 juillet et 9 décembre 2013 à Caen ; 25 juillet 2013 à Rennes).

Sources : Stop-THT / Ouest-France

Anecdote révélatrice : le nucléaire (pas) à l’école...

JPEG - 95.2 ko
Anecdote révélatrice : le nucléaire (pas) à l’école... Jean-François, lecteur de la revue, nous a rapporté cette désolante anecdote, révélatrice de l’emprise de la propagande d’EDF en milieu scolaire. Sa fille Amandine, 10 ans, en CM2 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), devait répondre à la question "Quels sont les risques ou dangers qui menacent la planète ?". Jean-François nous écrit : "Fier de ma fille, qui a signalé à la maîtresse qu’elle oubliait le risque nucléaire. Moins fier de la maîtresse, qui n’a pas voulu l’ajouter à la liste..."

Jean-François, lecteur de la revue, nous a rapporté cette désolante anecdote, révélatrice de l’emprise de la propagande d’EDF en milieu scolaire. Sa fille Amandine, 10 ans, en CM2 au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), devait répondre à la question "Quels sont les risques ou dangers qui menacent la planète ?". Jean-François nous écrit : "Fier de ma fille, qui a signalé à la maîtresse qu’elle oubliait le risque nucléaire. Moins fier de la maîtresse, qui n’a pas voulu l’ajouter à la liste..."

JPEG - 60.3 ko
Y’a pas photo ! : Extrait d’un sondage CSA pour France Énergie Éolienne : Si cela s’avérait nécessaire, parmi les centrales électriques possibles, quelles sont les deux types de centrales que vous souhaiteriez voir construite en priorité dans votre département ? (2 réponses obligatoires.)


Thèmes
Sortie du nucléaire