Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Juillet 2017 / Le Progrès

Victime de Tchernobyl, une jeune Biélorusse vient se ressourcer à Lons-le-Saunier



Plus de trente ans après la catastrophe nucléaire, les populations subissent toujours les conséquences de ce terrible accident. Leur taux de Césium 137 dans le sang est trop élevé.

Le 25/07/2017 mis à jour à 16:27
 
Pour Christèle et Hanna, ce mercredi, c’est direction le
          Haut-Jura ! Photo Denis COURDIER
Pour Christèle et Hanna, ce mercredi, c’est direction le Haut-Jura ! Photo Denis COURDIER
 

Hanna Nikitsina a 12 ans. Elle est Biélorusse. Elle vit à 300 km au nord de Tchernobyl. Comme beaucoup d’autres habitants du secteur, ses analyses sanguines ne sont pas bonnes. L’éloignement de son lieu habituel de vie, aidé par un traitement à la pectine, fait rapidement chuter le taux de Césium 137.

« C’est pour cette raison que je suis à Lons-le-Saunier pendant trois semaines », explique-t-elle. « Et puis j’aime la France, c’est la liberté, la beauté. » Elle est accueillie par Christèle Bièvre, qui fait partie de l’association Alsace-Biélorussie, destinée à venir en aide aux victimes biélorusses de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl.

 

> Voir la source


Thèmes
Tchernobyl