Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°23

Décembre 2003

Opposition

Une ligne THT (Très Haute Tension) en Catalogne Nord

Décembre 2003




Le projet de construction d’une ligne THT de 400 000 volts pour vendre de l’électricité à la Péninsule Ibérique s’est promené depuis 20 ans le long de la chaîne des Pyrénées.. Il a surgi depuis un an en Catalogne Nord et a donné lieu à un débat public de quatre mois. Le débat est terminé depuis fin juin et le résultat reste suspendu à la décision de la Ministre de l’Industrie Mme Nicole Fontaine. L’unanimité de l’opposition au projet s’est faite dans le département des Pyrénées Orientales. Toute la classe politique, droite et gauche, les instances institutionnelles, les milieux socioprofessionnels, les syndicats, les habitants, se sont farouchement prononcés contre ce projet qui prévoit une ligne double terne (c’est-à-dire deux fois 400 000 volts) de 40 km de longueur soutenue par des pylônes de 50 m de hauteur et de 100 m2 d’emprise au sol, tous les 500 m. Dans une région à dominante agricole et touristique, qui a la chance de posséder un environnement protégé surtout dans l’arrière-pays, le projet suscite un front de refus. Aucun bénéfice pour les habitants. Les Catalans l’ont surnommé la cicatrice, la balafre !

L’opposition s’est organisée autour de trois collectifs : le collectif “Non à la THT” constitué des associations et habitants des 41 communes de l’aire d’étude du projet, le Collectif des maires, constitué du regroupement des maires des 41 communes, de l’Association des maires du département, et le collectif “400 000 volts NO !! gràcies”.

Ce Collectif est constitué de partis politiques catalans : ERC, Unitat Catalana, d’une association culturelle catalane : Casals Jaume 1er, des Verts, LCR, et d’associations de jeunes catalans : Agasalla, Els Maulets. Tous sont membres du Rézo

Une manifestation de 10 000 personnes s’est déroulée le 31 mai à Perpignan. Pour une ville comme Perpignan ce fut un immense succès qui a radicalisé les positions.

Le collectif “NO !! gràcies” dénonce pour sa part la politique énergétique de la France et les accords européens de libéralisation du marché de l’énergie… la France devenant dans un futur très proche le fournisseur nucléaire de l’Europe. Ce projet s’inclut dans un grand réseau européen de Très Haute Tension qui ira de la Pologne jusqu’au Maroc. Le passage à travers les Pyrénées est un véritable goulet d’étranglement. Pour cette raison Bruxelles le considère comme prioritaire.

Actuellement le volume d’échange entre la France et l’Espagne est de 1400 MW, il passerait à 2800 MW selon l’accord conclu et à 4000MW à moyen terme afin de respecter les critères européens de l’UCTE. C’est cette donnée qui sert de référence au projet.

L’enjeu de ce dossier est donc réellement majeur pour l’Europe. Pour la population le fait que la ligne ne soit pas techniquement justifiée est un élément important du refus. Car aucun des arguments avancés par RTE n’est crédible, ni la sécurité d’alimentation du département, ni la demande des Catalans du Sud, ni l’alimentation du futur TGV. La seule cohérence du projet est bien la mise en place du marché unique de l’énergie. En fait l’Espagne sera indépendante au niveau électrique dès 2005 grâce à la construction de centrales à turbines à gaz. Il ne s’agit pas alors d’un besoin en énergie comme nous pourrions le croire mais bien d’un volume d’échange de 10% de la puissance installée, fixé arbitrairement par Bruxelles, et qui permettra le lissage des prix et la régulation du marché.

L’issue du Débat sera connue à l’automne. Déjà nous savons que RTE (Réseau de Transport Electrique) a renoncé au tracé initial. Ce qu’il faut comprendre dans cette affaire c’est que RTE qui restera dans le domaine public investit aujourd’hui dans les infrastructures d’interconnections afin de préparer la privatisation d’EDF prévue en 2004. Tant qu’à faire autant laisser une affaire bien juteuse pour les futurs actionnaires !

Les opposants au projet sont très déterminés à ne pas laisser faire. Affaire à suivre donc…

Dominique Janin
Collectif “400 000 volts NO !! gràcies”

Casal jaume 1er

Centre Cultural Català

Rue Saint-Mathieu

66000 Perpignan

04 68 35 38 91

Courriel : c.c.c@wanadoo.fr

Le projet de construction d’une ligne THT de 400 000 volts pour vendre de l’électricité à la Péninsule Ibérique s’est promené depuis 20 ans le long de la chaîne des Pyrénées.. Il a surgi depuis un an en Catalogne Nord et a donné lieu à un débat public de quatre mois. Le débat est terminé depuis fin juin et le résultat reste suspendu à la décision de la Ministre de l’Industrie Mme Nicole Fontaine. L’unanimité de l’opposition au projet s’est faite dans le département des Pyrénées Orientales. Toute la classe politique, droite et gauche, les instances institutionnelles, les milieux socioprofessionnels, les syndicats, les habitants, se sont farouchement prononcés contre ce projet qui prévoit une ligne double terne (c’est-à-dire deux fois 400 000 volts) de 40 km de longueur soutenue par des pylônes de 50 m de hauteur et de 100 m2 d’emprise au sol, tous les 500 m. Dans une région à dominante agricole et touristique, qui a la chance de posséder un environnement protégé surtout dans l’arrière-pays, le projet suscite un front de refus. Aucun bénéfice pour les habitants. Les Catalans l’ont surnommé la cicatrice, la balafre !

L’opposition s’est organisée autour de trois collectifs : le collectif “Non à la THT” constitué des associations et habitants des 41 communes de l’aire d’étude du projet, le Collectif des maires, constitué du regroupement des maires des 41 communes, de l’Association des maires du département, et le collectif “400 000 volts NO !! gràcies”.

Ce Collectif est constitué de partis politiques catalans : ERC, Unitat Catalana, d’une association culturelle catalane : Casals Jaume 1er, des Verts, LCR, et d’associations de jeunes catalans : Agasalla, Els Maulets. Tous sont membres du Rézo

Une manifestation de 10 000 personnes s’est déroulée le 31 mai à Perpignan. Pour une ville comme Perpignan ce fut un immense succès qui a radicalisé les positions.

Le collectif “NO !! gràcies” dénonce pour sa part la politique énergétique de la France et les accords européens de libéralisation du marché de l’énergie… la France devenant dans un futur très proche le fournisseur nucléaire de l’Europe. Ce projet s’inclut dans un grand réseau européen de Très Haute Tension qui ira de la Pologne jusqu’au Maroc. Le passage à travers les Pyrénées est un véritable goulet d’étranglement. Pour cette raison Bruxelles le considère comme prioritaire.

Actuellement le volume d’échange entre la France et l’Espagne est de 1400 MW, il passerait à 2800 MW selon l’accord conclu et à 4000MW à moyen terme afin de respecter les critères européens de l’UCTE. C’est cette donnée qui sert de référence au projet.

L’enjeu de ce dossier est donc réellement majeur pour l’Europe. Pour la population le fait que la ligne ne soit pas techniquement justifiée est un élément important du refus. Car aucun des arguments avancés par RTE n’est crédible, ni la sécurité d’alimentation du département, ni la demande des Catalans du Sud, ni l’alimentation du futur TGV. La seule cohérence du projet est bien la mise en place du marché unique de l’énergie. En fait l’Espagne sera indépendante au niveau électrique dès 2005 grâce à la construction de centrales à turbines à gaz. Il ne s’agit pas alors d’un besoin en énergie comme nous pourrions le croire mais bien d’un volume d’échange de 10% de la puissance installée, fixé arbitrairement par Bruxelles, et qui permettra le lissage des prix et la régulation du marché.

L’issue du Débat sera connue à l’automne. Déjà nous savons que RTE (Réseau de Transport Electrique) a renoncé au tracé initial. Ce qu’il faut comprendre dans cette affaire c’est que RTE qui restera dans le domaine public investit aujourd’hui dans les infrastructures d’interconnections afin de préparer la privatisation d’EDF prévue en 2004. Tant qu’à faire autant laisser une affaire bien juteuse pour les futurs actionnaires !

Les opposants au projet sont très déterminés à ne pas laisser faire. Affaire à suivre donc…

Dominique Janin
Collectif “400 000 volts NO !! gràcies”

Casal jaume 1er

Centre Cultural Català

Rue Saint-Mathieu

66000 Perpignan

04 68 35 38 91

Courriel : c.c.c@wanadoo.fr



Thèmes
THT