Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°34

Mars à mai 2007

Climat

Un rapport dénonce la promotion du nucléaire

Mars à mai 2007




La promotion de l’énergie nucléaire comme solution au réchauffement climatique est peu judicieuse et pourrait aboutir à des conséquences extrêmement dangereuses, a prévenu un organisme indépendant de réflexion sur les questions de sécurité internationale.



L’énergie nucléaire émet peu de gaz à effets de serre, notamment de dioxyde de carbone, principaux responsables du réchauffement climatique. Dans un rapport intitulé "Energie sûre, nucléaire civil, sécurité et réchauffement climatique", l’Oxford Research Group affirme cependant que l’uranium nécessaire à ce processus n’est pas disponible en quantité suffisante sur la planète et que les puissances nucléaires seront donc tentées de retraiter du combustible nucléaire pour obtenir du plutonium.
"Une multiplication des activités de retraitement et le commerce international de matériau à usage militaire qui en résulterait augmenteraient les occasions pour les Etats, les organisations criminelles et les terroristes d’acquérir du matériau à usage militaire", souligne ce rapport.

Dans une préface à ce document, l’ancien ministre allemand de l’Environnement et de la Sécurité nucléaire Jürgen Trittin écrit que le développement de l’énergie nucléaire conduira automatiquement à une prolifération menaçant la sécurité internationale.

"L’une des pires idées, largement répandue dans le débat international, est l’appel en faveur d’un développement de l’énergie nucléaire comme moyen de préservation du climat", écrit Trittin.

Risques incontrôlables

"Cette recommandation est un exemple parfait de lutte contre un risque par le biais d’un risque encore plus élevé. Les risques liés à la prolifération et au terrorisme nucléaire aussi bien par des Etats que par des acteurs non étatiques sont tout simplement incontrôlables", ajoute-t-il.
Outre cet aspect, l’extraction et la purification de l’uranium contribuent à l’émission de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, même si les centrales nucléaires en émettent peu elles-mêmes, et il faudrait construire des milliers de réacteurs pour obtenir un effet significatif sur le changement climatique, relève l’Oxford Research Group.

L’énergie nucléaire fournit environ 80% de l’électricité consommée en France et de nombreux pays dans le monde paraissent tentés de suivre cet exemple. Les détracteurs du nucléaire affirment que les énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire ou l’hydraulique sont moins polluantes, notamment au regard du danger posé à très long terme par les déchets nucléaires, et moins risquées en terme de sécurité.

Le lobby nucléaire rejette ces arguments et assure qu’aucune énergie renouvelable n’a la capacité de production du nucléaire.
Seuls quelques pays, notamment la France, la Grande-Bretagne et le Japon, retraitent actuellement du combustible nucléaire. Une explosion de la demande d’énergie nucléaire pourrait cependant entraîner un brusque développement de ces activités dans le monde et déborder les procédures de contrôle, prévient le rapport de l’Oxford Research Group.

Parallèlement, le réchauffement climatique risque de provoquer des inondations, des famines et d’autres perturbations favorisant l’instabilitépolitique dans les zones les plus vulnérables. "L’énergie nucléaire ne peut pas apporter une contribution importante à la réduction mondiale des émissions de dioxyde de carbone, tandis que ses effets sur l’insécurité mondiale et les risques de conflits catastrophiques et de terrorisme sont parfaitement connus", conclut ce rapport.

Source : Londres, 26 mars 2007 - Reuters

L’énergie nucléaire émet peu de gaz à effets de serre, notamment de dioxyde de carbone, principaux responsables du réchauffement climatique. Dans un rapport intitulé "Energie sûre, nucléaire civil, sécurité et réchauffement climatique", l’Oxford Research Group affirme cependant que l’uranium nécessaire à ce processus n’est pas disponible en quantité suffisante sur la planète et que les puissances nucléaires seront donc tentées de retraiter du combustible nucléaire pour obtenir du plutonium.
"Une multiplication des activités de retraitement et le commerce international de matériau à usage militaire qui en résulterait augmenteraient les occasions pour les Etats, les organisations criminelles et les terroristes d’acquérir du matériau à usage militaire", souligne ce rapport.

Dans une préface à ce document, l’ancien ministre allemand de l’Environnement et de la Sécurité nucléaire Jürgen Trittin écrit que le développement de l’énergie nucléaire conduira automatiquement à une prolifération menaçant la sécurité internationale.

"L’une des pires idées, largement répandue dans le débat international, est l’appel en faveur d’un développement de l’énergie nucléaire comme moyen de préservation du climat", écrit Trittin.

Risques incontrôlables

"Cette recommandation est un exemple parfait de lutte contre un risque par le biais d’un risque encore plus élevé. Les risques liés à la prolifération et au terrorisme nucléaire aussi bien par des Etats que par des acteurs non étatiques sont tout simplement incontrôlables", ajoute-t-il.
Outre cet aspect, l’extraction et la purification de l’uranium contribuent à l’émission de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, même si les centrales nucléaires en émettent peu elles-mêmes, et il faudrait construire des milliers de réacteurs pour obtenir un effet significatif sur le changement climatique, relève l’Oxford Research Group.

L’énergie nucléaire fournit environ 80% de l’électricité consommée en France et de nombreux pays dans le monde paraissent tentés de suivre cet exemple. Les détracteurs du nucléaire affirment que les énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire ou l’hydraulique sont moins polluantes, notamment au regard du danger posé à très long terme par les déchets nucléaires, et moins risquées en terme de sécurité.

Le lobby nucléaire rejette ces arguments et assure qu’aucune énergie renouvelable n’a la capacité de production du nucléaire.
Seuls quelques pays, notamment la France, la Grande-Bretagne et le Japon, retraitent actuellement du combustible nucléaire. Une explosion de la demande d’énergie nucléaire pourrait cependant entraîner un brusque développement de ces activités dans le monde et déborder les procédures de contrôle, prévient le rapport de l’Oxford Research Group.

Parallèlement, le réchauffement climatique risque de provoquer des inondations, des famines et d’autres perturbations favorisant l’instabilitépolitique dans les zones les plus vulnérables. "L’énergie nucléaire ne peut pas apporter une contribution importante à la réduction mondiale des émissions de dioxyde de carbone, tandis que ses effets sur l’insécurité mondiale et les risques de conflits catastrophiques et de terrorisme sont parfaitement connus", conclut ce rapport.

Source : Londres, 26 mars 2007 - Reuters


MENU

Thèmes
Politique énergétique