Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Juin 2017 / Romandie News

Un convoi de Mox (plutonium) en préparation pour le Japon (Areva)



 

©AFP / 29 juin 2017 17h23

Caen - Areva prépare un convoi maritime de combustible nucléaire Mox (mélange de plutonium et d'uranium, NDLR) au départ de Cherbourg et à destination du Japon, a annoncé jeudi le groupe, un projet très critiqué par les écologistes.

Selon Greenpeace, 8 tonnes de Mox doivent partir le 7 juillet de Cherbourg. Interrogé par l'AFP, Areva n'a pas souhaité confirmer ou infirmer cette date.

"Ce transport partira de Cherbourg et sera réalisé par les navires spécialisés Pacific Egret et Pacific Heron, de la compagnie maritime britannique PNTL", précise Areva dans un communiqué publié sur son site internet.

L'association Robin des bois a dénoncé jeudi ce transport dans un communiqué intitulé "MOXquitue".

"La capacité des modestes navires de la Pacific nuclear Transport Ltd à résister aux cyclones, aux tsunamis et aux missiles nord-coréens n'est pas démontrée", affirme l'association de défense de l'environnement marin. Le Mox contient 5 à 10% de plutonium et le reste d'uranium.

"Ce transport présente évidemment des risques de détournement à des fins militaires", le plutonium pouvant être utilisé pour la fabrication d'armes nucléaires, a affirmé de son côté jeudi à l'AFP Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires chez Greenpeace France.

Lors de précédents transports de Mox, Areva avait assuré qu'il était "quasi impossible" de fabriquer une bombe avec ce type de plutonium. Le groupe soulignait également "la grande robustesse des emballages" contenant le Mox (98 tonnes à vide pour 10 tonnes de matière transportée).

Selon M. Rousselet, ce Mox est destiné au réacteur 4 de la centrale de Takahama, dans le sud-ouest du Japon, qui a redémarré début juin.

"Il est scandaleux que la France continue ce +business+ avec un pays encore en crise (après Fukushima ndlr) dont la population est opposée au nucléaire", martèle-t-il.

Il y a actuellement 5 réacteurs actifs au Japon, sur un parc ramené à 42 unités, contre 54 avant l'accident de Fukushima, qui a de facto condamné les tranches concernées et entraîné l'arrêt définitif d'autres tranches.

Selon Areva, le Mox est un combustible qui permet de "recycler" le plutonium produit lors de l'irradiation de combustibles classiques (composés uniquement d'uranium) dans les centrales nucléaires. Les écologistes affirment eux que ce combustible pollue davantage.

Il s'agira du 6e transport de Mox de la France vers le Japon, le premier ayant eu lieu en 1999. Il faut en général environ 65 jours au Mox pour rejoindre le Japon par la mer.

clc/hdu/az

AREVA




> Voir la source


Thèmes
Transports radioactifs