Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Tchernobyl : la catastrophe dure depuis 29 ans

Des militants se mobilisent partout en France pour refuser un nouvel accident

Communiqué du 24 avril 2015



Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait. 29 ans après, la catastrophe est toujours là, et pour longtemps. Au nom de toutes les victimes passées, présentes et à venir, à l’appel du Réseau “Sortir du nucléaire“, des milliers de personnes se mobiliseront ce week-end pour rappeler sa terrible actualité et exiger la sortie du nucléaire.



Une catastrophe toujours d’actualité

Le réacteur éventré constitue toujours une menace : le sarcophage de béton construit à la va-vite au-dessus de ses ruines est en cours de remplacement par une arche métallique géante de 92 mètres de haut et 245 mètres de long. Ce chantier pharaonique, qui coûtera plus de 2 milliards d’euros, ne constitue qu’une protection éphémère… et qui ne permettra jamais d’éliminer définitivement l’importante masse de combustible nucléaire restante après l’explosion !

Les particules de césium 137 et de strontium 90 sont toujours présentes dans les sols et les végétaux, et chaque feu de forêt les remet en circulation. Contrairement à l’idée abondamment répandue d’une nature florissante, la faune et la flore de la zone sont également victimes de l’exposition à la radioactivité.

Plus de huit millions de personnes vivent toujours en zone contaminée, absorbant quotidiennement des radioéléments dans leur alimentation. Cancers, pathologies cardiovasculaires et malformations congénitales entraînent toujours une morbidité et une mortalité accrues en Biélorussie, en Russie et en Ukraine.

Alors que l’instabilité politique perdure en Ukraine (la proximité de la centrale de Zaporija avec les zones d’affrontement laissant d’ailleurs craindre de nouveaux risques), la crise sanitaire n’a fait qu’empirer. En difficulté, le système de santé ukrainien peine à répondre aux besoins. Quant à l’Institut Belrad de Minsk, au Bélarus, seul organisme indépendant à apporter des soins et une mesure globale de la radioactivité des enfants, sa survie est compromise.

En France aussi, des dizaines de milliers de malades de la thyroïde souffrent des retombées du nuage radioactif qui s’est répandu sur l’Europe, accompagné d’une désinformation généralisée.

Des actions partout en France pour l’arrêt du nucléaire avant un nouveau Tchernobyl

Les centrales françaises vieillissantes menacent toute l’Europe et plus de la moitié ont dépassé les 30 ans de fonctionnement ; cependant l’État tergiverse même pour fermer la seule centrale de Fessenheim !

Partout en France, des militants se mobiliseront ce week-end pour réclamer une sortie du nucléaire. Des centaines de personnes sont attendues à la manifestation trinationale de Fessenheim le 26 avril, jour anniversaire de la catastrophe. Un rassemblement suivi d’une chaîne humaine aura également lieu ce même jour à Paris à partir de 15h place de la Bastille.

Plus d’informations sur la situation dans les zones contaminées : http://www.sortirdunucleaire.org/La-situation-a-Tchernobyl-29-ans-apres-la

Information sur l’action de radioprotection de l’Institut Belrad auprès des enfants des régions les plus contaminées du Belarus : http://enfants-tchernobyl-belarus.org

Informations sur la manifestation à Fessenheim : http://www.sortirdunucleaire.org/Grand-rassemblement-devant-la-centrale-de

Information sur le rassemblement à Paris : http://www.sortirdunucleaire.org/Rassemblement-Tchernobyl-ca-continue

Liste des rassemblements : http://www.sortirdunucleaire.org/Agenda?datetmp=2015-04-01&id_mot=350

Contacts presse :

Pour un aperçu sur la situation dans les zones contaminées : Yves Lenoir (Président d’Enfants de Tchernobyl Bélarus) - 01 45 88 63 08

Marc Saint Aroman - 05 61 35 11 06

Pour un aperçu des actions qui auront lieu ce week-end : Mélisande Seyzériat - 07 60 15 01 23

André Hatz (Stop Fessenheim, sur place à Fessenheim) - 06 82 02 69 79

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23

Une catastrophe toujours d’actualité

Le réacteur éventré constitue toujours une menace : le sarcophage de béton construit à la va-vite au-dessus de ses ruines est en cours de remplacement par une arche métallique géante de 92 mètres de haut et 245 mètres de long. Ce chantier pharaonique, qui coûtera plus de 2 milliards d’euros, ne constitue qu’une protection éphémère… et qui ne permettra jamais d’éliminer définitivement l’importante masse de combustible nucléaire restante après l’explosion !

Les particules de césium 137 et de strontium 90 sont toujours présentes dans les sols et les végétaux, et chaque feu de forêt les remet en circulation. Contrairement à l’idée abondamment répandue d’une nature florissante, la faune et la flore de la zone sont également victimes de l’exposition à la radioactivité.

Plus de huit millions de personnes vivent toujours en zone contaminée, absorbant quotidiennement des radioéléments dans leur alimentation. Cancers, pathologies cardiovasculaires et malformations congénitales entraînent toujours une morbidité et une mortalité accrues en Biélorussie, en Russie et en Ukraine.

Alors que l’instabilité politique perdure en Ukraine (la proximité de la centrale de Zaporija avec les zones d’affrontement laissant d’ailleurs craindre de nouveaux risques), la crise sanitaire n’a fait qu’empirer. En difficulté, le système de santé ukrainien peine à répondre aux besoins. Quant à l’Institut Belrad de Minsk, au Bélarus, seul organisme indépendant à apporter des soins et une mesure globale de la radioactivité des enfants, sa survie est compromise.

En France aussi, des dizaines de milliers de malades de la thyroïde souffrent des retombées du nuage radioactif qui s’est répandu sur l’Europe, accompagné d’une désinformation généralisée.

Des actions partout en France pour l’arrêt du nucléaire avant un nouveau Tchernobyl

Les centrales françaises vieillissantes menacent toute l’Europe et plus de la moitié ont dépassé les 30 ans de fonctionnement ; cependant l’État tergiverse même pour fermer la seule centrale de Fessenheim !

Partout en France, des militants se mobiliseront ce week-end pour réclamer une sortie du nucléaire. Des centaines de personnes sont attendues à la manifestation trinationale de Fessenheim le 26 avril, jour anniversaire de la catastrophe. Un rassemblement suivi d’une chaîne humaine aura également lieu ce même jour à Paris à partir de 15h place de la Bastille.

Plus d’informations sur la situation dans les zones contaminées : http://www.sortirdunucleaire.org/La-situation-a-Tchernobyl-29-ans-apres-la

Information sur l’action de radioprotection de l’Institut Belrad auprès des enfants des régions les plus contaminées du Belarus : http://enfants-tchernobyl-belarus.org

Informations sur la manifestation à Fessenheim : http://www.sortirdunucleaire.org/Grand-rassemblement-devant-la-centrale-de

Information sur le rassemblement à Paris : http://www.sortirdunucleaire.org/Rassemblement-Tchernobyl-ca-continue

Liste des rassemblements : http://www.sortirdunucleaire.org/Agenda?datetmp=2015-04-01&id_mot=350

Contacts presse :

Pour un aperçu sur la situation dans les zones contaminées : Yves Lenoir (Président d’Enfants de Tchernobyl Bélarus) - 01 45 88 63 08

Marc Saint Aroman - 05 61 35 11 06

Pour un aperçu des actions qui auront lieu ce week-end : Mélisande Seyzériat - 07 60 15 01 23

André Hatz (Stop Fessenheim, sur place à Fessenheim) - 06 82 02 69 79

Chargée de communication : Charlotte Mijeon - 06 64 66 01 23





Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !





Thèmes
Luttes et actions Tchernobyl