Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Abolition des armes nucléaires

Loin d’assurer la sécurité générale, les armes atomiques préparent des crimes contre l’humanité. Cet été, agissons partout en France du 1er juillet au 9 août pour l’élimination des armes nucléaires. Les mobilisations seront au rendez-vous : actions contre les financeurs de la bombe, interpellations d’élus pour l’organisation d’un référendum, jeûnes-actions entre les dates commémorant les bombardements de Hiroshima et Nagasaki...


Compte-rendus des actions 2016


Retour sur le jeûne-actions de Paris




Du 6 au 9 août 2016, une cinquantaine de militants se sont retrouvés à Paris lors d’un jeûne-actions à l’occasion des 71 ans des bombardements de Hiroshima et Nagasaki, pour réclamer l’abolition des armes nucléaires.



Jour 4 - mardi 9 août :

Le quatrième et dernier jour des commémorations a commencé par une cérémonie en mémoire des victimes de Nagasaki, ponctuée de chants en japonais et de lectures de textes. Ensuite les jeûneurs se sont rendus à la mairie du deuxième arrondissement de Paris pour le repas de rupture du jeûne.

Un grand merci à tous les militants et sympathisants qui ont participé à ces quatre jours de jeûne-action : le combat continue !

Vidéo Jour 4 :

Jour 3 - lundi 8 août :

La troisième journée de jeûne a été ponctuée de deux die-in sur la place de la République, puis d’un concert de la parisienne libérée en fin d’après-midi. Le soir, une projection-débat été organisée au CICP. Larbi Benchiha, le réalisateur de "Bons baisers de Moruroa" est venu présenter son film, une cinquantaine de personnes étaient présentes dans la salle. Puis Patrice Bouveret de l’observatoire des armements a parlé de la situation actuelle sur l’armement nucléaire.

Vidéo Jour 3 :

Jour 2 - dimanche 7 août :

Les 2 militants contre l’armement nucléaire qui avaient été interpellés la veille, samedi 6 août à 11H30 devant le siège du parti politique "Les Républicains", ont été relâchés à 16h ce dimanche 7 août.

Après 24h de garde à vue au commissariat du 15è arrondissement de Paris, 250 rue de Vaugirard, c’est donc une rétention de 28h30 pour l’application de quelques autocollants anti nucléaires et 2 phrases écrites à la craie sur la vitrine. Le procès verbal de convocation accuse de "dommage grave, en l’espèce inscriptions et collage, cette destruction ayant été commise par plusieurs personnes agissant en qualité d’auteur ou de complice".

Leur convocation est fixée au 7 novembre 2016 à 9:00 à la 29è chambre correctionnelle de Paris.

Le marquage et les auto collants ont été enlevé dès la fin de l’action par des membres du parti politique, et chacun peut constater l’absence de dégradation sur la vitre.

La réaction disproportionnée des forces de police, entraînant plus d’un journée complète d’interpellation pour nos deux militants semble montrer l’hyper sensibilité du monde politique aux critiques de la société civile face à leur politique, et en particulier face au nucléaire, qu’il soit civil ou militaire.

Le soir, HK était présent sur la place de la République pour un concert festif.

Vidéo Jour 2 :

Jour 1 - samedi 6 août :

Le samedi matin à 8h15, heure de l’explosion de la bombe sur Hiroshima il y a 71 ans, des militants contre l’armement nucléaire se sont retrouvé sur la place de la République lors d’une cérémonie de commémoration en mémoire des victimes. Prises de parole, lecture de textes et poèmes, minute de silence, danse et musique japonaise étaient au programme. Une partie du groupe s’est ensuite rendue devant le siège du parti Les Républicains, avenue Vaugirard, pour dénoncer les investissements dans la conception et modernisation des bombes atomiques, qui s’élèvent à 4 milliards d’euros par an. En vue des présidentielles 2017, l’idée était d’interpeller Les Républicains, qui se sont toujours positionné en faveur de l’armement nucléaire, sur ces financements, qui pourraient être utilisés pour autre chose : éducation, emploi...

Lors de cette action non violente, deux militants ont été interpellés et mis en garde à vue. (cf article de Marianne ci-dessous :)

Le soir, un concert a eu lieu sur la place de la République avec Alee et DJ Ordoeuvre.

Vidéo Jour 1 :

Jour 4 - mardi 9 août :

Le quatrième et dernier jour des commémorations a commencé par une cérémonie en mémoire des victimes de Nagasaki, ponctuée de chants en japonais et de lectures de textes. Ensuite les jeûneurs se sont rendus à la mairie du deuxième arrondissement de Paris pour le repas de rupture du jeûne.

Un grand merci à tous les militants et sympathisants qui ont participé à ces quatre jours de jeûne-action : le combat continue !

Vidéo Jour 4 :

Jour 3 - lundi 8 août :

La troisième journée de jeûne a été ponctuée de deux die-in sur la place de la République, puis d’un concert de la parisienne libérée en fin d’après-midi. Le soir, une projection-débat été organisée au CICP. Larbi Benchiha, le réalisateur de "Bons baisers de Moruroa" est venu présenter son film, une cinquantaine de personnes étaient présentes dans la salle. Puis Patrice Bouveret de l’observatoire des armements a parlé de la situation actuelle sur l’armement nucléaire.

Vidéo Jour 3 :

Jour 2 - dimanche 7 août :

Les 2 militants contre l’armement nucléaire qui avaient été interpellés la veille, samedi 6 août à 11H30 devant le siège du parti politique "Les Républicains", ont été relâchés à 16h ce dimanche 7 août.

Après 24h de garde à vue au commissariat du 15è arrondissement de Paris, 250 rue de Vaugirard, c’est donc une rétention de 28h30 pour l’application de quelques autocollants anti nucléaires et 2 phrases écrites à la craie sur la vitrine. Le procès verbal de convocation accuse de "dommage grave, en l’espèce inscriptions et collage, cette destruction ayant été commise par plusieurs personnes agissant en qualité d’auteur ou de complice".

Leur convocation est fixée au 7 novembre 2016 à 9:00 à la 29è chambre correctionnelle de Paris.

Le marquage et les auto collants ont été enlevé dès la fin de l’action par des membres du parti politique, et chacun peut constater l’absence de dégradation sur la vitre.

La réaction disproportionnée des forces de police, entraînant plus d’un journée complète d’interpellation pour nos deux militants semble montrer l’hyper sensibilité du monde politique aux critiques de la société civile face à leur politique, et en particulier face au nucléaire, qu’il soit civil ou militaire.

Le soir, HK était présent sur la place de la République pour un concert festif.

Vidéo Jour 2 :

Jour 1 - samedi 6 août :

Le samedi matin à 8h15, heure de l’explosion de la bombe sur Hiroshima il y a 71 ans, des militants contre l’armement nucléaire se sont retrouvé sur la place de la République lors d’une cérémonie de commémoration en mémoire des victimes. Prises de parole, lecture de textes et poèmes, minute de silence, danse et musique japonaise étaient au programme. Une partie du groupe s’est ensuite rendue devant le siège du parti Les Républicains, avenue Vaugirard, pour dénoncer les investissements dans la conception et modernisation des bombes atomiques, qui s’élèvent à 4 milliards d’euros par an. En vue des présidentielles 2017, l’idée était d’interpeller Les Républicains, qui se sont toujours positionné en faveur de l’armement nucléaire, sur ces financements, qui pourraient être utilisés pour autre chose : éducation, emploi...

Lors de cette action non violente, deux militants ont été interpellés et mis en garde à vue. (cf article de Marianne ci-dessous :)

Le soir, un concert a eu lieu sur la place de la République avec Alee et DJ Ordoeuvre.

Vidéo Jour 1 :