Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Agenda

2
nov
Projection

Projection du DOSSIER PLOGOFF

Montreuil (93) - Ile-de-France


Jeudi 2 novembre 2017


Jeudi 2 novembre 2017

 20h : Concert de Jeanne Added

 21h : Le Cinéma Voyageur présente le Dossier Plogoff

La Parole Errante - 9 rue François Debergue - Montreuil (93) - Métro Croix de Chavaux



Dans le cadre d’une soirée de soutien aux inculpé.es de l’affaire Tarnac, nous projetons avec le Cinéma Voyageur et en avant première, la restauration d’un film de 1980 - LE DOSSIER PLOGOFF réalisé par François Jacquemain - Ciné Informations - Synaps Collectif audiovisuel - ISKRA

Fin des années 1970 après Jésus-Christ. Toute la Gaule est mise au pas de la suprématie de l’énergie nucléaire et de son monde. Toute ? Non !

Car un village peuplé d’irréductibles bretons.nes résiste encore et toujours à l’envahisseur et son projet de central nucléaire. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de gardes mobiles des camps retranchés alentour. Ainsi, sans potion magique mais avec pierres, cris et recours administratifs, les habitants de Plogoff défient consciencieusement l’État Français. Dans Le dossier Plogoff, réalisé par François Jacquemain en 1980 et dépoussiéré par Synaps Collectif Audiovisuel en 2017, leurs gestes et leurs mots enjambent quelques décennies pour venir nous offrir une indispensable caisse de résonance aux luttes actuelles contre tous les saccages environnementaux. Ceux-là même qui, à Plogoff hier et ailleurs aujourd’hui, sont servis sur leur lit d’exactions diverses et perpétrés avec ferveur par les États et leurs fidèles nervis, comme autant d’offrandes au Dieu croissance.

Le comité de Toulouse organise deux soirées, les 2 et 3 novembre, à La Parole errante en soutien à des inculpés de l’affaire Tarnac qui passent en procès du 14 au 26 janvier 2018 à Paris.

Il y a 9 ans, le 11 novembre 2008, 10 personnes sont arrêtées et accusées d’avoir posés des caténaires sur des voies ferrées lors du passage d’un train castor transporteur de déchets nucléaires, en relation avec une entreprise terroriste.

Après 9 ans d’instruction et de dépôt de plaintes, notamment pour usage de faux, « l’entreprise terroriste » n’est plus retenue, deux des inculpés obtiennent un non-lieu et 8 des mis en examens sont renvoyés devant le tribunal correctionnel.

Dans le cadre d’une soirée de soutien aux inculpé.es de l’affaire Tarnac, nous projetons avec le Cinéma Voyageur et en avant première, la restauration d’un film de 1980 - LE DOSSIER PLOGOFF réalisé par François Jacquemain - Ciné Informations - Synaps Collectif audiovisuel - ISKRA

Fin des années 1970 après Jésus-Christ. Toute la Gaule est mise au pas de la suprématie de l’énergie nucléaire et de son monde. Toute ? Non !

Car un village peuplé d’irréductibles bretons.nes résiste encore et toujours à l’envahisseur et son projet de central nucléaire. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de gardes mobiles des camps retranchés alentour. Ainsi, sans potion magique mais avec pierres, cris et recours administratifs, les habitants de Plogoff défient consciencieusement l’État Français. Dans Le dossier Plogoff, réalisé par François Jacquemain en 1980 et dépoussiéré par Synaps Collectif Audiovisuel en 2017, leurs gestes et leurs mots enjambent quelques décennies pour venir nous offrir une indispensable caisse de résonance aux luttes actuelles contre tous les saccages environnementaux. Ceux-là même qui, à Plogoff hier et ailleurs aujourd’hui, sont servis sur leur lit d’exactions diverses et perpétrés avec ferveur par les États et leurs fidèles nervis, comme autant d’offrandes au Dieu croissance.

Le comité de Toulouse organise deux soirées, les 2 et 3 novembre, à La Parole errante en soutien à des inculpés de l’affaire Tarnac qui passent en procès du 14 au 26 janvier 2018 à Paris.

Il y a 9 ans, le 11 novembre 2008, 10 personnes sont arrêtées et accusées d’avoir posés des caténaires sur des voies ferrées lors du passage d’un train castor transporteur de déchets nucléaires, en relation avec une entreprise terroriste.

Après 9 ans d’instruction et de dépôt de plaintes, notamment pour usage de faux, « l’entreprise terroriste » n’est plus retenue, deux des inculpés obtiennent un non-lieu et 8 des mis en examens sont renvoyés devant le tribunal correctionnel.




Proposer votre événement