Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Campagnes et mobilisations 2004

Campagnes et mobilisations nationales du Réseau "Sortir du nucléaire" en 2004


En 2004, le Réseau "Sortir du nucléaire" lançait une grande campagne en faveur d’un service public de l’électricité sans nucléaire. La privatisation d’EDF n’ayant pas encore été amorcée, cette campagne insistait sur la volonté de développer un service public proche de ses utilisateurs par la mise en place de système tarifaires progressifs en fonction des revenus. Elle avertissait par ailleurs des risques d’accidents accrus par le souci de rentabilité créé par la privatisation. L’accent était également mis sur la promotion de la sobriété énergétique et l’accroissement de la mise en place de nouvelles solutions de production basées sur les énergies renouvelables.

La campagne s’appuyait sur un document, une "facture idéale", visant à interpeller l’opinion de la nécessité de consommer moins d’énergie. Par ailleurs, des cartes postales ont été diffusées auprès des militants à destination de leurs agences EDF respectives.

Appel de 2004 pour cette campagne :

L’énergie et l’électricité sont des éléments vitaux pour l’être humain : y avoir accès est un droit fondamental. Le service public est indispensable pour garantir à tous l’égalité d’accès à l’énergie à un tarif adapté. Or, EDF est menacée de privatisation avec une ouverture totale du marché d’ici à 2007. Conséquences : risques accrus d’accidents nucléaires (pour accroître sa rentabilité, EDF réduit déjà les dépenses de maintenance des centrales), hausse du prix du kWh à moyen terme pour les petit consommateurs, discrimination entre les usagers en défaveur des plus modestes, coupures de courant dégradation des conditions de travail des agents EDF et des sous-traitants, suppressions d’emplois...

EDF n’est pas encore privatisée, mais il y a des domaines où elle ne remplit déjà plus son rôle de servie public. Où est l’intérêt des usagers, lorsqu’EDF pousse à toujours plus de consommation d’électricité (chauffage électrique, climatisation...) dans le seul but d’accroître sa rentabilité financière ?

Pourquoi EDF continue-t-elle à privilégier le nucléaire, énergie dangereuse et coûteuse, contre l’avis d’une majorité de l’opinion publique ?

Relancer le nucléaire avec la construction du réacteur EPR est inacceptable. Ce choix stérilisera durablement l’innovation et le développement des énergies les plus respectueuses de l’environnement.

Un vrai service public, au service du public, devrait avoir comme mission essentielle de favoriser les énergies qui ne mettent pas en danger les générations présentes et futures. Son rôle est de développer les économies d’énergie et les énergies renouvelables dans l’intérêt de tous.

Alors, oui, exigeons ensemble un vrai service public sans nucléaire.

Relance du nucléaire avec l’EPR, privatisation d’EDF, c’est le moment de vous faire entendre en participant à cette grande campagne nationale.

En 2004, le Réseau "Sortir du nucléaire" lançait une grande campagne en faveur d’un service public de l’électricité sans nucléaire. La privatisation d’EDF n’ayant pas encore été amorcée, cette campagne insistait sur la volonté de développer un service public proche de ses utilisateurs par la mise en place de système tarifaires progressifs en fonction des revenus. Elle avertissait par ailleurs des risques d’accidents accrus par le souci de rentabilité créé par la privatisation. L’accent était également mis sur la promotion de la sobriété énergétique et l’accroissement de la mise en place de nouvelles solutions de production basées sur les énergies renouvelables.

La campagne s’appuyait sur un document, une "facture idéale", visant à interpeller l’opinion de la nécessité de consommer moins d’énergie. Par ailleurs, des cartes postales ont été diffusées auprès des militants à destination de leurs agences EDF respectives.

Appel de 2004 pour cette campagne :

L’énergie et l’électricité sont des éléments vitaux pour l’être humain : y avoir accès est un droit fondamental. Le service public est indispensable pour garantir à tous l’égalité d’accès à l’énergie à un tarif adapté. Or, EDF est menacée de privatisation avec une ouverture totale du marché d’ici à 2007. Conséquences : risques accrus d’accidents nucléaires (pour accroître sa rentabilité, EDF réduit déjà les dépenses de maintenance des centrales), hausse du prix du kWh à moyen terme pour les petit consommateurs, discrimination entre les usagers en défaveur des plus modestes, coupures de courant dégradation des conditions de travail des agents EDF et des sous-traitants, suppressions d’emplois...

EDF n’est pas encore privatisée, mais il y a des domaines où elle ne remplit déjà plus son rôle de servie public. Où est l’intérêt des usagers, lorsqu’EDF pousse à toujours plus de consommation d’électricité (chauffage électrique, climatisation...) dans le seul but d’accroître sa rentabilité financière ?

Pourquoi EDF continue-t-elle à privilégier le nucléaire, énergie dangereuse et coûteuse, contre l’avis d’une majorité de l’opinion publique ?

Relancer le nucléaire avec la construction du réacteur EPR est inacceptable. Ce choix stérilisera durablement l’innovation et le développement des énergies les plus respectueuses de l’environnement.

Un vrai service public, au service du public, devrait avoir comme mission essentielle de favoriser les énergies qui ne mettent pas en danger les générations présentes et futures. Son rôle est de développer les économies d’énergie et les énergies renouvelables dans l’intérêt de tous.

Alors, oui, exigeons ensemble un vrai service public sans nucléaire.

Relance du nucléaire avec l’EPR, privatisation d’EDF, c’est le moment de vous faire entendre en participant à cette grande campagne nationale.



Pourquoi cette campagne ?
L’énergie et l’électricité sont des éléments vitaux pour l’être humain : y avoir accès est un droit fondamental. Le service public est indispensable pour garantir à tous l’égalité d’accès à l’énergie à un tarif adapté. Or, EDF est menacée de privatisation avec une ouverture totale du marché d’ici à 2007. (...)
Pourquoi EDF n’est pas vraiment un service public ?
Un vrai service public devrait avoir comme souci principal le respect de l’intérêt général. Pourtant, qu’en est-il vraiment ? EDF dépense des budgets publicitaires colossaux pour faire consommer toujours plus d’électricité en faisant la promotion du chauffage électrique et de la climatisation. Sa (...)
Quel avenir pour EDF ?
Sous la pression de la libéralisation, EDF est menacée de privatisation pour, nous dit on, faire face à la concurrence et conquérir de nouveaux marchés en Europe et ailleurs, Ainsi EDF s’est-elle lancée dans une stratégie d’expansion internationale par acquisition d’opérateurs étrangers. Elle a perdu (...)
Alors un vrai service public de l’électricité, ce serait quoi ?
Nous considérons que les ressources énergétiques de la planète constituent un bien commun de l’humanité, et doivent être gérées comme tel. Comme l’eau, l’énergie répond à un besoin vital de l’humanité qui nécessite une régulation, à l’opposé de la déréglementation actuelle. De ce point de vue, il est grand (...)
Pourquoi sortir du nucléaire ?
Un accident nucléaire, c’est une région entière inhabitable pendant des milliers d’années, et des victimes innombrables. Peut-on se permettre de courir un tel risque ? Il n’existe aucune possibilité d’élimination des déchets nucléaires : ils sont dangereux aujourd’hui et pour des dizaines de milliers (...)
Comment sortir du nucléaire ?
Le nucléaire n’est pas le seul moyen de produire de l’électricité. Dans une période de transition, il faut développer centrales thermiques classiques, centrales au gaz à cycle combiné, installations de cogénération, piles à combustible, etc., en favorisant les moins polluantes et les plus efficaces. Il (...)
#TITRE
La facture idéale
Et si on rêvait un peu ? Voici un exemple de ce que pourrait être la facture idéale d’un vrai service public de l’électricité... sur la voie de la sortie du nucléaire. Un service public qui ne pousserait pas à la consommation, mais au contraire inciterait aux économies d’énergie. Un service public (...)