Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°60

Février 2014

Editorial

Pour 2014, nos bonnes résolutions riment avec "actions" !

Février 2014




Pour l’environnement, la période est-elle à la gueule de bois ? Dans les médias, les informations sur les sujets environnementaux – dont en particulier le nucléaire - sont devenues plus rares. Dans notre société du spectacle, le risque nucléaire dans sa dangereuse banalité n’est pas vendeur. Et la vague de Fukushima, qui avait ouvert les vannes de l’information sur le sujet, s’est décidément retirée. Ce qui n’empêche pas les problèmes de s’accumuler. Les centrales vieillissent et fuient. Les travailleurs se font irradier en silence – la sous-traitance étant la meilleure arme d’EDF et Areva pour garder les mains propres… Alors qu’EDF fait pression pour obtenir l’autorisation de prolonger jusqu’à 50 ans la durée de fonctionnement des réacteurs, c’est l’omerta sur le risque.

L’indifférence, le silence, les idées reçues des conservateurs soucieux de préserver à tout prix le statu quo ? Ne les laissons pas s’imposer ! Nous sommes nombreux à nous battre pour fissurer ce mur de désinformation et rappeler les risques… et aussi l’espoir ! Pour faire connaître les faiblesses des vendeurs d’uranium ou de centrales, qui malgré leur arrogance voient que leur empire vacille : les coûts du nucléaire grimpent inexorablement tandis que ceux des renouvelables baissent, l’EPR s’enlise lamentablement...

Et... les coups portent ! Nous avons définitivement gagné en justice contre Areva-Socatri, qui avait déversé 74 kg d’uranium dans l’environnement. À Narbonne, les actions menées depuis des mois contre l’usine Comurhex de Malvési perturbent la communication bien huilée d’Areva. Et suite aux actions menées près des gares fin novembre, des milliers de passagers s’interrogent sur les risques des transports radioactifs. Contre la sinistrose ambiante, faisons connaître les solidarités et les alternatives qui se mettent en place en France et dans le monde. Oui, on peut produire et consommer de l’électricité autrement, sans polluer ni risquer le black-out. Il est temps de changer d’ère !

Alors on ne lâche rien ! Du 8 mars au 26 avril 2014, pendant 50 jours, on vous invite à agir, sensibiliser vos proches, vous rassembler. Des actions et chaînes humaines sur les ponts du Rhin, une manif et un festival à Chinon... et bien d’autres choses en préparation ! Plus d’info sur www.sortirdunucleaire.org/50jours

Meilleurs vœux et n’oubliez-pas : en 2014, on compte sur vous !

Le Réseau "Sortir du nucléaire"

Pour l’environnement, la période est-elle à la gueule de bois ? Dans les médias, les informations sur les sujets environnementaux – dont en particulier le nucléaire - sont devenues plus rares. Dans notre société du spectacle, le risque nucléaire dans sa dangereuse banalité n’est pas vendeur. Et la vague de Fukushima, qui avait ouvert les vannes de l’information sur le sujet, s’est décidément retirée. Ce qui n’empêche pas les problèmes de s’accumuler. Les centrales vieillissent et fuient. Les travailleurs se font irradier en silence – la sous-traitance étant la meilleure arme d’EDF et Areva pour garder les mains propres… Alors qu’EDF fait pression pour obtenir l’autorisation de prolonger jusqu’à 50 ans la durée de fonctionnement des réacteurs, c’est l’omerta sur le risque.

L’indifférence, le silence, les idées reçues des conservateurs soucieux de préserver à tout prix le statu quo ? Ne les laissons pas s’imposer ! Nous sommes nombreux à nous battre pour fissurer ce mur de désinformation et rappeler les risques… et aussi l’espoir ! Pour faire connaître les faiblesses des vendeurs d’uranium ou de centrales, qui malgré leur arrogance voient que leur empire vacille : les coûts du nucléaire grimpent inexorablement tandis que ceux des renouvelables baissent, l’EPR s’enlise lamentablement...

Et... les coups portent ! Nous avons définitivement gagné en justice contre Areva-Socatri, qui avait déversé 74 kg d’uranium dans l’environnement. À Narbonne, les actions menées depuis des mois contre l’usine Comurhex de Malvési perturbent la communication bien huilée d’Areva. Et suite aux actions menées près des gares fin novembre, des milliers de passagers s’interrogent sur les risques des transports radioactifs. Contre la sinistrose ambiante, faisons connaître les solidarités et les alternatives qui se mettent en place en France et dans le monde. Oui, on peut produire et consommer de l’électricité autrement, sans polluer ni risquer le black-out. Il est temps de changer d’ère !

Alors on ne lâche rien ! Du 8 mars au 26 avril 2014, pendant 50 jours, on vous invite à agir, sensibiliser vos proches, vous rassembler. Des actions et chaînes humaines sur les ponts du Rhin, une manif et un festival à Chinon... et bien d’autres choses en préparation ! Plus d’info sur www.sortirdunucleaire.org/50jours

Meilleurs vœux et n’oubliez-pas : en 2014, on compte sur vous !

Le Réseau "Sortir du nucléaire"