Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

La sortie du nucléaire marque des points

Pologne - Le programme nucléaire devrait être "ré-examiné" à la lumière de la décision allemande

24 juin 2011 |




Le 30 mai 2011, l’Allemagne a décidé de sortir du nucléaire en 2022. La Pologne, qui avait pourtant confirmé son programme nucléaire après le déclenchement de la catastrophe de Fukushima, déclare devoir "ré-examiner" ses projets nucléaires suite à la décision allemande.



Romandie.com / 30 mai 2011

VARSOVIE - La Pologne, qui envisage le lancement de sa première centrale nucléaire en 2020, devrait réexaminer ses projets après la décision allemande de renoncer au nucléaire, a déclaré lundi le ministre polonais de l’Economie, Waldemar Pawlak.

La décision de l’Allemagne devrait nous inciter à réexaminer nos plans, a déclaré M. Pawlak à la télévision publique TVP.

L’accident de Fukushima au Japon avait déjà posé la question de la sécurité et maintenant ce sont nos voisins directs qui ont pris une décision, a-t-il noté.

L’Allemagne a décidé lundi d’arrêter ses derniers réacteurs en 2022, devenant la première grande puissance industrielle à renoncer à l’énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima.

Après cette catastrophe, la Pologne avait toutefois fait savoir qu’elle maintenait ses projets concernant l’énergie nucléaire.

Nous ne devons pas succomber à l’hystérie : les menaces radiologiques au Japon n’ont pas été engendrées par une panne de centrale nucléaire, mais par un séisme et un tsunami, avait alors insisté le Premier ministre polonais Donald Tusk.

La Pologne, 38 millions d’habitants, ne dispose actuellement d’aucune centrale nucléaire et produit 94% de son électricité à partir du charbon. Elle veut en construire deux de 3.000 MW chacune, le premier réacteur devant être mis en service en 2020.

Romandie.com / 30 mai 2011

VARSOVIE - La Pologne, qui envisage le lancement de sa première centrale nucléaire en 2020, devrait réexaminer ses projets après la décision allemande de renoncer au nucléaire, a déclaré lundi le ministre polonais de l’Economie, Waldemar Pawlak.

La décision de l’Allemagne devrait nous inciter à réexaminer nos plans, a déclaré M. Pawlak à la télévision publique TVP.

L’accident de Fukushima au Japon avait déjà posé la question de la sécurité et maintenant ce sont nos voisins directs qui ont pris une décision, a-t-il noté.

L’Allemagne a décidé lundi d’arrêter ses derniers réacteurs en 2022, devenant la première grande puissance industrielle à renoncer à l’énergie nucléaire depuis la catastrophe de Fukushima.

Après cette catastrophe, la Pologne avait toutefois fait savoir qu’elle maintenait ses projets concernant l’énergie nucléaire.

Nous ne devons pas succomber à l’hystérie : les menaces radiologiques au Japon n’ont pas été engendrées par une panne de centrale nucléaire, mais par un séisme et un tsunami, avait alors insisté le Premier ministre polonais Donald Tusk.

La Pologne, 38 millions d’habitants, ne dispose actuellement d’aucune centrale nucléaire et produit 94% de son électricité à partir du charbon. Elle veut en construire deux de 3.000 MW chacune, le premier réacteur devant être mis en service en 2020.


Menu