Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Vidéos

Pas de tourisme noir à Fukushima

8 mars 2016 | 75 vues






Faire visiter la centrale nucléaire de Fukushima sans masque ni combinaison d’ici 2036. Ce projet défendu par une poignée d’intellectuels japonais ne verra pour l’instant pas le jour. Opération commerciale morbide pour les uns, devoir de mémoire pour les autres, cinq ans après la catastrophe, Fukushima reste un sujet sensible. Et les défenseurs du projet ont dû reculer : “La plupart des Japonais ne sont tout simplement pas capables d‘être favorables ou même de comprendre qu’il est possible de transformer une catastrophe majeure en quelque chose qui va permettre d’aller de l’avant ou que la construction d’un musée montrant la catastrophe peut fournir une bonne leçon pour les générations futures” explique Hiroki Azuma, à l’origine du projet.

Faire visiter la centrale nucléaire de Fukushima sans masque ni combinaison d’ici 2036. Ce projet défendu par une poignée d’intellectuels japonais ne verra pour l’instant pas le jour. Opération commerciale morbide pour les uns, devoir de mémoire pour les autres, cinq ans après la catastrophe, Fukushima reste un sujet sensible. Et les défenseurs du projet ont dû reculer : “La plupart des Japonais ne sont tout simplement pas capables d‘être favorables ou même de comprendre qu’il est possible de transformer une catastrophe majeure en quelque chose qui va permettre d’aller de l’avant ou que la construction d’un musée montrant la catastrophe peut fournir une bonne leçon pour les générations futures” explique Hiroki Azuma, à l’origine du projet.




Thèmes
Fukushima