Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Vidéos

Message de Kokoro Fujinami, 15 ans, égérie des anti-nucléaires japonais

11 mars 2012 | 168 vues




Une jeune activiste japonaise anti-nucléaire fait entendre sa voix. Lors de la manifestation pour la fermeture de la centrale Fessenheim, Kokoro Fujinami, 15 ans appelle la population à ouvrir les yeux sur la question du nucléaire et bouleverse tout un pays.



C’est une très jeune fille, la frange au dessus des yeux, vêtue de rose fluo – comme on peut en croiser des milliers dans les rues de Tokyo- qui s’avance sur l’estrade en sautillant. Mais Kokoro Fujimani n’est pas ordinaire. Sous cette allure d’ange se cache une rage et une révolte contre tout un gouvernement.

L’histoire raconte que l’engagement de la fillette est né après une discussion entre amis à propos des catastrophes qui ont touché le Japon le 11 mars 2011 et qui, on s’en souvient, ont fait 20 000 morts. Certains se disaient déçus que leurs programmes télé favoris aient été remplacés par les images du tsunami meurtrier.

Devant une telle ignorance, Kokoro décide d’ouvrir un blog pour sensibiliser la population.

Celui-ci rencontre un tel succès (plus de 3 millions de vues et 14 000 commentaires en seulement 3 jours) que la jeune fille se fait inviter sur les plateaux télé et publie un livre : Le cœur d’une enfant de 14 ans (malheureusement il n’est pas édité en France).

Dans son discours, le 11 mars 2012 (soit un an jour pour jour après la catastrophe) au parc Yoyogi de Tokyo, devant 12 000 personnes, Kokoro ne se laisse pas impressionner et bombe le torse. Sous les flashs des photographes, elle s’attaque directement au gouvernement japonais « Le gouvernement et les médias ont minimisé les graves conséquences de l’accident nucléaire [...] Des normes de radiations très laxistes ont été fixées pour protéger l’économie, même si l’inspection des aliments ne se fait que partiellement », lance-t-elle du haut de ses 15 ans.

Pendant près de 7 minutes, la fillette scotche le public en donnant une leçon de vie inattendue et en mettant chacun face à ses responsabilités écologiques, économiques et éthiques.

Celle que l’on appelle la "Jeanne d’Arc du mouvement antinucléaire" s’impose comme la porte parole d’une génération volontaire et consciente des efforts à fournir pour la reconstruction du Japon.

La crise nucléaire a changé les mentalités des jeunes.

Les choix professionnels des jeunes générations restent largement motivés par la recherche d’un statut social et – bien sûr – d’un haut salaire. Mais on peut s’apercevoir aujourd’hui que les filières sociales connaissent un réel engouement au Japon. Comme en témoigne la part élevée de jeunes bénévoles pour l’aide aux victimes des régions sinistrées.

Kokoro Fujinami illustre cette idée dans son discours qui a fait le tour de la toile « Je pense qu’il est temps maintenant de redéfinir ce qu’est le vrai bonheur et la vraie richesse », dit-elle. Faut-il donc que cela soit une enfant qui nous rappelle à nos devoirs d’adultes ?

C’est une très jeune fille, la frange au dessus des yeux, vêtue de rose fluo – comme on peut en croiser des milliers dans les rues de Tokyo- qui s’avance sur l’estrade en sautillant. Mais Kokoro Fujimani n’est pas ordinaire. Sous cette allure d’ange se cache une rage et une révolte contre tout un gouvernement.

L’histoire raconte que l’engagement de la fillette est né après une discussion entre amis à propos des catastrophes qui ont touché le Japon le 11 mars 2011 et qui, on s’en souvient, ont fait 20 000 morts. Certains se disaient déçus que leurs programmes télé favoris aient été remplacés par les images du tsunami meurtrier.

Devant une telle ignorance, Kokoro décide d’ouvrir un blog pour sensibiliser la population.

Celui-ci rencontre un tel succès (plus de 3 millions de vues et 14 000 commentaires en seulement 3 jours) que la jeune fille se fait inviter sur les plateaux télé et publie un livre : Le cœur d’une enfant de 14 ans (malheureusement il n’est pas édité en France).

Dans son discours, le 11 mars 2012 (soit un an jour pour jour après la catastrophe) au parc Yoyogi de Tokyo, devant 12 000 personnes, Kokoro ne se laisse pas impressionner et bombe le torse. Sous les flashs des photographes, elle s’attaque directement au gouvernement japonais « Le gouvernement et les médias ont minimisé les graves conséquences de l’accident nucléaire [...] Des normes de radiations très laxistes ont été fixées pour protéger l’économie, même si l’inspection des aliments ne se fait que partiellement », lance-t-elle du haut de ses 15 ans.

Pendant près de 7 minutes, la fillette scotche le public en donnant une leçon de vie inattendue et en mettant chacun face à ses responsabilités écologiques, économiques et éthiques.

Celle que l’on appelle la "Jeanne d’Arc du mouvement antinucléaire" s’impose comme la porte parole d’une génération volontaire et consciente des efforts à fournir pour la reconstruction du Japon.

La crise nucléaire a changé les mentalités des jeunes.

Les choix professionnels des jeunes générations restent largement motivés par la recherche d’un statut social et – bien sûr – d’un haut salaire. Mais on peut s’apercevoir aujourd’hui que les filières sociales connaissent un réel engouement au Japon. Comme en témoigne la part élevée de jeunes bénévoles pour l’aide aux victimes des régions sinistrées.

Kokoro Fujinami illustre cette idée dans son discours qui a fait le tour de la toile « Je pense qu’il est temps maintenant de redéfinir ce qu’est le vrai bonheur et la vraie richesse », dit-elle. Faut-il donc que cela soit une enfant qui nous rappelle à nos devoirs d’adultes ?




Thèmes
Fukushima