Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Campagnes et mobilisations 2010

Campagnes et mobilisations nationales du Réseau "Sortir du nucléaire" en 2010


27 avril - 7 mai 2010 : Jeûne-action pour l’abolition des armes nucléaires

Les jeûneurs devant le Ministère de la Défense et place St Michel




Vendredi 30 avril, une journée chargée pour les jeûneurs avec une présence devant le Ministère de la Défense et place St Michel



Vendredi matin Rendez-vous des jeûneurs devant le ministère de la Défense pour demander une entrevue avec le Ministre. Nous nous retrouvons à 11 heures 30 devant le ministère de la Défense, lieu de rendez-vous de l’association « Armes nucléaires Stop » tous les 1er vendredi du mois. De très nombreux CRS et de policiers en civil sont également venus au rendez-vous et nous bloquent empêchant toute déambulation devant le ministère. Les salariés sont invités à sortir par une autre sortie du ministère et ne nous verront pas. Ne pouvant dérouler de banderoles, nous nous alignons et dansons et chantons, histoire de mettre un peu de jeu dans cet accueil peu convivial. Pierre et Serge demandent demande l’accès au ministère pour déposer une lettre au commandant et obtenir une entrevue. Ils en obtiennent l’autorisation. Mais, le bureau du commandant est à l’Ecole militaire. Après quelques échanges houleux entre les jeûneurs et ceux qui les entourent, Michel, Geoffrey et Nadine partent à l’Ecole Militaire rencontrer l’adjoint du commandant. Celui-ci nous accueille très gentiment et avec beaucoup d’ouverture. Dommage, le domaine nucléaire n’est pas le sien et nous repartons septique quant à l’efficacité de notre démarche. Obtiendrons-nous vraiment un rendez-vous avant le 7 mai ?

Vendredi après-midi, permanence à Saint-Michel Nous sommes tous fatigués par les événements du matin et par les trois premiers jours de jeûne. Notre stand est moins entouré d’affichage et les bénévoles manquent pour nous aider. Heureusement Raymond, de Pax Christie est venu rejoindre notre action pour nous soutenir. Pourtant, nous avons la chance de rencontrer des passants qui s’interrogent, des jeunes le plus souvent et qui semblent avoir déjà beaucoup réfléchi au risque nucléaire, qu’il soit militaire ou civil. L’orchestre « MACHIN » s’installe devant la fontaine. Mais l’enthousiasme d’hier est absent. Le temps gris peut-être ? On range tout vers six heures sous les premières gouttes de pluie.

Vendredi matin Rendez-vous des jeûneurs devant le ministère de la Défense pour demander une entrevue avec le Ministre. Nous nous retrouvons à 11 heures 30 devant le ministère de la Défense, lieu de rendez-vous de l’association « Armes nucléaires Stop » tous les 1er vendredi du mois. De très nombreux CRS et de policiers en civil sont également venus au rendez-vous et nous bloquent empêchant toute déambulation devant le ministère. Les salariés sont invités à sortir par une autre sortie du ministère et ne nous verront pas. Ne pouvant dérouler de banderoles, nous nous alignons et dansons et chantons, histoire de mettre un peu de jeu dans cet accueil peu convivial. Pierre et Serge demandent demande l’accès au ministère pour déposer une lettre au commandant et obtenir une entrevue. Ils en obtiennent l’autorisation. Mais, le bureau du commandant est à l’Ecole militaire. Après quelques échanges houleux entre les jeûneurs et ceux qui les entourent, Michel, Geoffrey et Nadine partent à l’Ecole Militaire rencontrer l’adjoint du commandant. Celui-ci nous accueille très gentiment et avec beaucoup d’ouverture. Dommage, le domaine nucléaire n’est pas le sien et nous repartons septique quant à l’efficacité de notre démarche. Obtiendrons-nous vraiment un rendez-vous avant le 7 mai ?

Vendredi après-midi, permanence à Saint-Michel Nous sommes tous fatigués par les événements du matin et par les trois premiers jours de jeûne. Notre stand est moins entouré d’affichage et les bénévoles manquent pour nous aider. Heureusement Raymond, de Pax Christie est venu rejoindre notre action pour nous soutenir. Pourtant, nous avons la chance de rencontrer des passants qui s’interrogent, des jeunes le plus souvent et qui semblent avoir déjà beaucoup réfléchi au risque nucléaire, qu’il soit militaire ou civil. L’orchestre « MACHIN » s’installe devant la fontaine. Mais l’enthousiasme d’hier est absent. Le temps gris peut-être ? On range tout vers six heures sous les premières gouttes de pluie.


MENU