Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°43

Eté 2009

En bref

Les bonnes nouvelles !

Eté 2009




Les Allemands à 66 %
pour la fin du nucléaire

Deux-tiers (66%) de la population allemande souhaiterait maintenir la sortie programmée du nucléaire voire même l’accélérer.

C’est ce que l’Institut de sondage d’opinion Forsa a déterminé dans le cadre d’un sondage représentatif concernant la sûreté des centrales nucléaires et la sortie de l’énergie nucléaire, établi entre le 20 et 22 avril 2009 à la demande du ministère fédéral de
l’Environnement (BMU). Ceci représente une
augmentation par rapport à 2006 : en août 2006, le même sondage avait indiqué que 62 % des citoyens souhaitaient que la cadence de sortie du nucléaire soit conservée ou même accélérée.

Selon le sondage, 70 % des Allemands considèreraient le risque d’accident lié aux centrales nucléaires comme trop élevé. Seulement 4 %
estimeraient que les centrales nucléaires sont aujourd’hui sûres et qu’aucun danger d’accident
ne persiste.

Le sondage FORSA (en allemand) :
http://redirectix.bulletins-electroniques.com/p2The


Une nouvelle génération
photovoltaïque sans silicium ?

Des baies, des oranges, et des épluchures d’aubergine sont les ingrédients nécessaires à la recette la plus technologiquement sophistiquée au monde.

C’est la nouvelle génération de panneaux photovoltaïques qui n’a plus besoin du silicium pour convertir la lumière en énergie mais exploite seulement les pigments organiques biologiquement synthétisés. L’innovation naît de l’université de Tor Vergata de Rome au sein du Pôle Solaire Organique. C’est ici qu’a été baptisé le premier projet pour les panneaux
photovoltaïques semi transparents et colorés,
capables d’absorber la lumière sans avoir recours au silicium. Leur fonctionnement est complexe
mais naturel car il s’inspire de la photosynthèse
chlorophyllienne avec un mélange de matériaux qui absorbent la radiation solaire.

Le fruit des recherches des scientifiques et techniciens est prêt à se transformer en produit industriel et les premiers panneaux seront mis sur la marché en 2010. La conséquence positive en termes de marché découle de l’importante économie réalisée grâce à l’absence de silicium, responsable d’une différence de prix de plus 60 %. Son élimination permettrait aux nouveaux modèles de réduire le prix de 4 euros à 1 euro par watt. À ceci s’ajoute une économie sur les machines de production des panneaux, qui coûteront 1 million d’euros contre les 15 millions nécessaires pour les machines actuelles.
Seules les énergies
renouvelables créeront des emplois

L’économie mondiale ne sortira de la crise et ne créera des emplois qu’en investissant dans les
énergies renouvelables, a affirmé mi avril, au G8 de Syracuse, Achim Steiner, directeur général du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP). Le potentiel de création d’emplois dans l’économie verte est “énorme" et même "exponentiel”, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse.
“Personne ne réalise que 2,2 millions d’emplois dépendent déjà directement de la production des énergies renouvelables et que ce chiffre est équivalent à l’ensemble des emplois dans les secteurs du pétrole, du gaz et du charbon”, a-t-il précisé. En Corée du Sud, les investissements dans “l’économie verte” ont
permis de créer 350 000 emplois, notamment pour assurer l’approvisionnement en eau potable de la population et défendre les écosystèmes. Si l’Europe et d’autres pays faisaient de même, “cela permet de penser que nous assisterions à une explosion de la création d’emplois dans le monde”, a-t-il dit.

“Nous sommes à un moment de l’Histoire où il nous faut décider si notre futur est marron ou vert”, a encore affirmé M. Steinger.

Source : AFP - 24.04.09


Des panneaux solaires
souples pour les toitures

Les scientifiques de la Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) ont développé une nouvelle méthode pour intégrer des modules solaires flexibles dans un film transparent qui était jusque là utilisé pour protéger de l’humidité les téléviseurs à écran plat.
Grâce au photovoltaïque intégré au bâtiment, les panneaux solaires souples pourraient remplacer les installations rigides montées sur des armatures métalliques, amenant le coût de l’électricité par watt à seulement 1 dollar.
“Il y a beaucoup d’espace sous-exploité sur les toits, qui pourrait effectivement être employé pour
produire de l’électricité”, a déclaré Mark Gross,
chercheur au PNNL. “Les panneaux solaires flexibles peuvent facilement s’intégrer dans l’architecture
des bâtiments commerciaux et d’habitations. Les panneaux solaires ont eu un succès limité parce qu’ils sont restés difficiles et coûteux à installer.”

Cette technologie appliquée aux panneaux solaires fabriqués en CIGS (cuivre indium gallium selenide) ou CdTe (tellurure de cadmium) prolongerait la durée de vie de l’installation à 25 ans.

A7Source : PNNL


États-Unis : Obama
relance la géothermie et le solaire

Le Président américain a annoncé le déblocage de 467 millions de dollars pour relancer la filière Géothermie (qui recevra 350 millions de dollars) et soutenir les projets solaires (117 millions de dollars). Débloquée grâce au plan de relance de l’économie voté en début d’année, cette manne permettra de caractériser des zones favorables à la valorisation de l’énergie de la terre et d’améliorer des techniques d’exploration. La seconde partie de l’enveloppe sera utilisée pour améliorer le rendement du photovoltaïque et lever toutes les barrières techniques freinant le déploiement du solaire (raccordement au réseau notamment).

Source : Enerpresse - 2 juin 2009
Le plus grand parc éolien
d’Europe en projet en Suède

Le plus grand parc éolien d’Europe et sans doute mondial est en projet d’implantation dans le nord de la Suède où un conseil régional a donné son feu vert. Si le gouvernement suédois, dont la décision est attendue d’ici 12 mois, l’approuve à son tour, 1 101 éoliennes seront installées pour ce projet d’un
montant de 55 milliards de couronnes suédoises
(5,1 milliards d’euros).
“Ce serait le plus grand parc éolien d’Europe sinon du monde”, a déclaré à l’AFP Caj Norén, porte-parole du conseil du comté. Sa construction pourrait débuter dans deux ans et demi et être achevée dans une dizaine d’années, a-t-il précisé.

Ce champ éolien géant, qui s’étendrait sur 450 km2, serait implanté à Markbygden, à l’ouest de la ville de Piteaa. Il doit produire à terme entre 8 et 12 térawattheure (millions de mégawatts) par an. Le seul projet de Markbygden pourrait ainsi produire suffisamment d’énergie pour atteindre l’objectif du plan national suédois éolien pour 2015 de 10 térawattheure par an.

Source : AFP - 06.04.09.


Un tribunal allemand confirme la
fermeture de deux centrales nucléaires

Le tribunal administratif fédéral d’Allemagne a confirmé jeudi la fermeture de deux centrales nucléaires, conformément à la législation toujours en vigueur dans le pays qui prévoit l’abandon progressif de cette source d’énergie. Les groupes d’énergie Vattenfall et RWE tentaient devant la justice de faire prolonger les centrales de Biblis A (centre-ouest) et Brunsbüttel (nord), qui approchent du terme qui leur a été assigné par la loi.

La législation d’abandon du nucléaire a assigné à chaque réacteur allemand un quota d’électricité maximal qu’il est encore autorisé à produire, sachant que les 17 centrales existantes ne doivent pas dépasser une durée de vie d’une trentaine d’années, de façon à fermer d’ici 2020.

Source : AFP - 26 mars 2009 - BERLIN -


Première centrale hybride
expérimentée en Allemagne

L’Allemagne a mis en service le 20 avril 2009 une
centrale d’un nouveau genre : à partir du vent et de biogaz, elle génère de la chaleur et de l’électricité. Lorsque la production éolienne est plus forte que la demande, de l’hydrogène est produit pour stocker l’électricité.

Inaugurant cette centrale pilote dans le Brandenbourg, la chancelière Angela Merkel a parlé d’un “projet d’avenir” : “Pour relever le défi d’une alimentation adaptée aux besoins des énergies renouvelables, la centrale électrique hybride est la solution toute trouvée.”

Les trois éoliennes offriront une puissance de 6 MW. Lorsque la production sera supérieure à la demande, un électrolyseur de 500 kw sera mis en marche pour produire de l’hydrogène. Celui-ci sera utilisé, en complément du biogaz, pour pallier aux insuffisances de la production électrique et garantir la continuité de la production électrique.


Les Allemands à 66 %
pour la fin du nucléaire

Deux-tiers (66%) de la population allemande souhaiterait maintenir la sortie programmée du nucléaire voire même l’accélérer.

C’est ce que l’Institut de sondage d’opinion Forsa a déterminé dans le cadre d’un sondage représentatif concernant la sûreté des centrales nucléaires et la sortie de l’énergie nucléaire, établi entre le 20 et 22 avril 2009 à la demande du ministère fédéral de
l’Environnement (BMU). Ceci représente une
augmentation par rapport à 2006 : en août 2006, le même sondage avait indiqué que 62 % des citoyens souhaitaient que la cadence de sortie du nucléaire soit conservée ou même accélérée.

Selon le sondage, 70 % des Allemands considèreraient le risque d’accident lié aux centrales nucléaires comme trop élevé. Seulement 4 %
estimeraient que les centrales nucléaires sont aujourd’hui sûres et qu’aucun danger d’accident
ne persiste.

Le sondage FORSA (en allemand) :
http://redirectix.bulletins-electroniques.com/p2The


Une nouvelle génération
photovoltaïque sans silicium ?

Des baies, des oranges, et des épluchures d’aubergine sont les ingrédients nécessaires à la recette la plus technologiquement sophistiquée au monde.

C’est la nouvelle génération de panneaux photovoltaïques qui n’a plus besoin du silicium pour convertir la lumière en énergie mais exploite seulement les pigments organiques biologiquement synthétisés. L’innovation naît de l’université de Tor Vergata de Rome au sein du Pôle Solaire Organique. C’est ici qu’a été baptisé le premier projet pour les panneaux
photovoltaïques semi transparents et colorés,
capables d’absorber la lumière sans avoir recours au silicium. Leur fonctionnement est complexe
mais naturel car il s’inspire de la photosynthèse
chlorophyllienne avec un mélange de matériaux qui absorbent la radiation solaire.

Le fruit des recherches des scientifiques et techniciens est prêt à se transformer en produit industriel et les premiers panneaux seront mis sur la marché en 2010. La conséquence positive en termes de marché découle de l’importante économie réalisée grâce à l’absence de silicium, responsable d’une différence de prix de plus 60 %. Son élimination permettrait aux nouveaux modèles de réduire le prix de 4 euros à 1 euro par watt. À ceci s’ajoute une économie sur les machines de production des panneaux, qui coûteront 1 million d’euros contre les 15 millions nécessaires pour les machines actuelles.
Seules les énergies
renouvelables créeront des emplois

L’économie mondiale ne sortira de la crise et ne créera des emplois qu’en investissant dans les
énergies renouvelables, a affirmé mi avril, au G8 de Syracuse, Achim Steiner, directeur général du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (UNEP). Le potentiel de création d’emplois dans l’économie verte est “énorme" et même "exponentiel”, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse.
“Personne ne réalise que 2,2 millions d’emplois dépendent déjà directement de la production des énergies renouvelables et que ce chiffre est équivalent à l’ensemble des emplois dans les secteurs du pétrole, du gaz et du charbon”, a-t-il précisé. En Corée du Sud, les investissements dans “l’économie verte” ont
permis de créer 350 000 emplois, notamment pour assurer l’approvisionnement en eau potable de la population et défendre les écosystèmes. Si l’Europe et d’autres pays faisaient de même, “cela permet de penser que nous assisterions à une explosion de la création d’emplois dans le monde”, a-t-il dit.

“Nous sommes à un moment de l’Histoire où il nous faut décider si notre futur est marron ou vert”, a encore affirmé M. Steinger.

Source : AFP - 24.04.09


Des panneaux solaires
souples pour les toitures

Les scientifiques de la Pacific Northwest National Laboratory (PNNL) ont développé une nouvelle méthode pour intégrer des modules solaires flexibles dans un film transparent qui était jusque là utilisé pour protéger de l’humidité les téléviseurs à écran plat.
Grâce au photovoltaïque intégré au bâtiment, les panneaux solaires souples pourraient remplacer les installations rigides montées sur des armatures métalliques, amenant le coût de l’électricité par watt à seulement 1 dollar.
“Il y a beaucoup d’espace sous-exploité sur les toits, qui pourrait effectivement être employé pour
produire de l’électricité”, a déclaré Mark Gross,
chercheur au PNNL. “Les panneaux solaires flexibles peuvent facilement s’intégrer dans l’architecture
des bâtiments commerciaux et d’habitations. Les panneaux solaires ont eu un succès limité parce qu’ils sont restés difficiles et coûteux à installer.”

Cette technologie appliquée aux panneaux solaires fabriqués en CIGS (cuivre indium gallium selenide) ou CdTe (tellurure de cadmium) prolongerait la durée de vie de l’installation à 25 ans.

A7Source : PNNL


États-Unis : Obama
relance la géothermie et le solaire

Le Président américain a annoncé le déblocage de 467 millions de dollars pour relancer la filière Géothermie (qui recevra 350 millions de dollars) et soutenir les projets solaires (117 millions de dollars). Débloquée grâce au plan de relance de l’économie voté en début d’année, cette manne permettra de caractériser des zones favorables à la valorisation de l’énergie de la terre et d’améliorer des techniques d’exploration. La seconde partie de l’enveloppe sera utilisée pour améliorer le rendement du photovoltaïque et lever toutes les barrières techniques freinant le déploiement du solaire (raccordement au réseau notamment).

Source : Enerpresse - 2 juin 2009
Le plus grand parc éolien
d’Europe en projet en Suède

Le plus grand parc éolien d’Europe et sans doute mondial est en projet d’implantation dans le nord de la Suède où un conseil régional a donné son feu vert. Si le gouvernement suédois, dont la décision est attendue d’ici 12 mois, l’approuve à son tour, 1 101 éoliennes seront installées pour ce projet d’un
montant de 55 milliards de couronnes suédoises
(5,1 milliards d’euros).
“Ce serait le plus grand parc éolien d’Europe sinon du monde”, a déclaré à l’AFP Caj Norén, porte-parole du conseil du comté. Sa construction pourrait débuter dans deux ans et demi et être achevée dans une dizaine d’années, a-t-il précisé.

Ce champ éolien géant, qui s’étendrait sur 450 km2, serait implanté à Markbygden, à l’ouest de la ville de Piteaa. Il doit produire à terme entre 8 et 12 térawattheure (millions de mégawatts) par an. Le seul projet de Markbygden pourrait ainsi produire suffisamment d’énergie pour atteindre l’objectif du plan national suédois éolien pour 2015 de 10 térawattheure par an.

Source : AFP - 06.04.09.


Un tribunal allemand confirme la
fermeture de deux centrales nucléaires

Le tribunal administratif fédéral d’Allemagne a confirmé jeudi la fermeture de deux centrales nucléaires, conformément à la législation toujours en vigueur dans le pays qui prévoit l’abandon progressif de cette source d’énergie. Les groupes d’énergie Vattenfall et RWE tentaient devant la justice de faire prolonger les centrales de Biblis A (centre-ouest) et Brunsbüttel (nord), qui approchent du terme qui leur a été assigné par la loi.

La législation d’abandon du nucléaire a assigné à chaque réacteur allemand un quota d’électricité maximal qu’il est encore autorisé à produire, sachant que les 17 centrales existantes ne doivent pas dépasser une durée de vie d’une trentaine d’années, de façon à fermer d’ici 2020.

Source : AFP - 26 mars 2009 - BERLIN -


Première centrale hybride
expérimentée en Allemagne

L’Allemagne a mis en service le 20 avril 2009 une
centrale d’un nouveau genre : à partir du vent et de biogaz, elle génère de la chaleur et de l’électricité. Lorsque la production éolienne est plus forte que la demande, de l’hydrogène est produit pour stocker l’électricité.

Inaugurant cette centrale pilote dans le Brandenbourg, la chancelière Angela Merkel a parlé d’un “projet d’avenir” : “Pour relever le défi d’une alimentation adaptée aux besoins des énergies renouvelables, la centrale électrique hybride est la solution toute trouvée.”

Les trois éoliennes offriront une puissance de 6 MW. Lorsque la production sera supérieure à la demande, un électrolyseur de 500 kw sera mis en marche pour produire de l’hydrogène. Celui-ci sera utilisé, en complément du biogaz, pour pallier aux insuffisances de la production électrique et garantir la continuité de la production électrique.



MENU

Thèmes
Sortie du nucléaire Energies renouvelables