Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°26

Février 2005

En bref

Le saviez-vous ?

Février 2005




Atomic Park
Le petit frère allemand du surgénérateur Superphénix, Kalkar, 300 MW, n’a jamais été mis en route et a été transformé en parc d’attraction. La gestion de son combustible, même pas irradié, va quand même coûter 210 millions d’euros.

Solidarité internationale : le Réseau présent aux quatre coins du monde
- Autriche : congrès international en novembre 2003, puis en octobre 2004, où le Réseau a noué notamment des contacts pour la lutte internationale contre l’ITER.
- Corée du Sud : conférence sur les déchets en novembre 2003 en Corée du Sud, avec participation du Réseau... y compris en bouclier humain entre les manifestants et la police anti-émeute.
- Russie : participation, en avril 2004, à la première non-manifestation (banderoles et slogans ayant été interdits) de Saint-Pétersbourg contre la prolongation de vie de la centrale de Saint-Pétersbourg, la plus vieille centrale de type Tchernobyl.
- Finlande : rencontre en avril 2004 avec quatre ministres et chefs de cabinets finlandais, juste avant de lancer la pétition européenne « Un million d’européens demandent la sortie du nucléaire » (à signer sur : www.atompstopp.at)
Merci à Jean-Yvon Landrac, notre super chargé de mission (bénévole) des relations internationales.

Rideau de fumée
D’ici fin 2005, les centrales nucléaires allemandes seront protégées par un rideau de fumée contre les attaques terroristes.
Ce n’est pas un gag, c’est la réponse au risque terroriste. Le contrat de création de brouillard au phosphore sera rempli par une entreprise d’armement.
Ne rigolez pas, d’autres tentent bien de refroidir les centrales en les arrosant...

Au feu les pompiers !
C’est le prix d’un beau camion de pompiers censé pouvoir éteindre des incendies du type du 11 septembre. Il a été acheté en Belgique par Electrabel afin de protéger la centrale nucléaire de Tihange.
Nous n’avons pas réussi à savoir si les bouches à incendie à proximité permettront de débiter les 10 m3 d’eau que peut diffuser chaque minute la lance à 60 m...
En France le risque continue d’être nié.

Un corps médical radioactif ?
EDF ne lésine sur aucun moyen pour “informer” le corps médical des “bienfaits” du nucléaire. Elle édite deux fois par an, à 77 000 exemplaires, une très belle revue couleur de 16 pages intitulée “Santé et rayonnements ionisants”. Cette revue est dotée d’un important comité scientifique présidé par le Professeur Tubiana.
Une belle caution pour une revue qui minimise les conséquences réelles de la radioactivité sur la santé et les responsabilités de l’industrie nucléaire…

Héritage radioactif
Le 27 juin 1954, la première centrale nucléaire à être mise en route dans le monde : c’était à Obninsk, en Russie. Elle n’a fonctionné que deux ans ! Cinquante ans après, ses déchets sont toujours là.
Action :

Une action originale à soutenir. Samedi 23 avril 2005 : une fresque géante de 10 000 personnes en Bretagne.

Au printemps 2004, lors du passage du tour de France “Sortir du nucléaire” en Bretagne, 2 000 personnes constituaient une fresque sous forme de lettres géantes, “Sortons-en” surmontée d’un immense trèfle radioactif.
Le samedi 23 avril, 10 000 personnes sont attendues à Nantes pour constituer une nouvelle fresque géante, “Le nucléaire tue l’avenir”. Chacun est invité dès 13h pour constituer la fresque qui devra être terminée à 14h. La photo aérienne sera prise dans la foulée. A partir de 15h, une marche vers le centre ville de Nantes nous conduira jusqu’au conseil régional des Pays de la Loire. Si vous êtes intéressés pour y participer, n’hésitez pas à prendre contact avec les organisateurs (voir contact ci-dessous).

En soutien à ces initiatives originales, des cartes et affiches de la première action de 2004, “Sortons-en”, sont en vente.
- Cartes (par 10) : 4 € (port compris).
- Affiche (30 X 42 cm) : 3 € (port compris).

Contact :
Sortir du nucléaire Redon
Simon Roullaud
Bourlinguette 44530 Guenrouët
Tel. 02 40 87 60 47
Mail : sdnredon@free.fr

Atomic Park
Le petit frère allemand du surgénérateur Superphénix, Kalkar, 300 MW, n’a jamais été mis en route et a été transformé en parc d’attraction. La gestion de son combustible, même pas irradié, va quand même coûter 210 millions d’euros.

Solidarité internationale : le Réseau présent aux quatre coins du monde
- Autriche : congrès international en novembre 2003, puis en octobre 2004, où le Réseau a noué notamment des contacts pour la lutte internationale contre l’ITER.
- Corée du Sud : conférence sur les déchets en novembre 2003 en Corée du Sud, avec participation du Réseau... y compris en bouclier humain entre les manifestants et la police anti-émeute.
- Russie : participation, en avril 2004, à la première non-manifestation (banderoles et slogans ayant été interdits) de Saint-Pétersbourg contre la prolongation de vie de la centrale de Saint-Pétersbourg, la plus vieille centrale de type Tchernobyl.
- Finlande : rencontre en avril 2004 avec quatre ministres et chefs de cabinets finlandais, juste avant de lancer la pétition européenne « Un million d’européens demandent la sortie du nucléaire » (à signer sur : www.atompstopp.at)
Merci à Jean-Yvon Landrac, notre super chargé de mission (bénévole) des relations internationales.

Rideau de fumée
D’ici fin 2005, les centrales nucléaires allemandes seront protégées par un rideau de fumée contre les attaques terroristes.
Ce n’est pas un gag, c’est la réponse au risque terroriste. Le contrat de création de brouillard au phosphore sera rempli par une entreprise d’armement.
Ne rigolez pas, d’autres tentent bien de refroidir les centrales en les arrosant...

Au feu les pompiers !
C’est le prix d’un beau camion de pompiers censé pouvoir éteindre des incendies du type du 11 septembre. Il a été acheté en Belgique par Electrabel afin de protéger la centrale nucléaire de Tihange.
Nous n’avons pas réussi à savoir si les bouches à incendie à proximité permettront de débiter les 10 m3 d’eau que peut diffuser chaque minute la lance à 60 m...
En France le risque continue d’être nié.

Un corps médical radioactif ?
EDF ne lésine sur aucun moyen pour “informer” le corps médical des “bienfaits” du nucléaire. Elle édite deux fois par an, à 77 000 exemplaires, une très belle revue couleur de 16 pages intitulée “Santé et rayonnements ionisants”. Cette revue est dotée d’un important comité scientifique présidé par le Professeur Tubiana.
Une belle caution pour une revue qui minimise les conséquences réelles de la radioactivité sur la santé et les responsabilités de l’industrie nucléaire…

Héritage radioactif
Le 27 juin 1954, la première centrale nucléaire à être mise en route dans le monde : c’était à Obninsk, en Russie. Elle n’a fonctionné que deux ans ! Cinquante ans après, ses déchets sont toujours là.
Action :

Une action originale à soutenir. Samedi 23 avril 2005 : une fresque géante de 10 000 personnes en Bretagne.

Au printemps 2004, lors du passage du tour de France “Sortir du nucléaire” en Bretagne, 2 000 personnes constituaient une fresque sous forme de lettres géantes, “Sortons-en” surmontée d’un immense trèfle radioactif.
Le samedi 23 avril, 10 000 personnes sont attendues à Nantes pour constituer une nouvelle fresque géante, “Le nucléaire tue l’avenir”. Chacun est invité dès 13h pour constituer la fresque qui devra être terminée à 14h. La photo aérienne sera prise dans la foulée. A partir de 15h, une marche vers le centre ville de Nantes nous conduira jusqu’au conseil régional des Pays de la Loire. Si vous êtes intéressés pour y participer, n’hésitez pas à prendre contact avec les organisateurs (voir contact ci-dessous).

En soutien à ces initiatives originales, des cartes et affiches de la première action de 2004, “Sortons-en”, sont en vente.
- Cartes (par 10) : 4 € (port compris).
- Affiche (30 X 42 cm) : 3 € (port compris).

Contact :
Sortir du nucléaire Redon
Simon Roullaud
Bourlinguette 44530 Guenrouët
Tel. 02 40 87 60 47
Mail : sdnredon@free.fr