Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°26

Février 2005

Le nucléaire n’est pas une énergie d’avenir, selon un rapport de l’ONU

Février 2005




Agence France Presse 28 février 1997

L’énergie nucléaire ne constitue pas une source d’énergie appropriée pour l’avenir, estime un rapport de l’ONU, qui prône le développement d’autres solutions

respectueuses de l’environnement.

Ce rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a été publié avant la réunion destinée à dresser un état des lieux du sommet mondial de la Terre de Rio, qui s’est tenu en juin 1997, à New York.

Selon cette étude, l’énergie nucléaire devrait servir uniquement à produire l’électricité jusqu’alors engendrée par des combustibles fossiles, si des réponses étaient apportées aux questions telles que la prolifération nucléaire, le transport des déchets radioactifs ou la sécurité au niveau des réacteurs.

“L’énergie nucléaire pose des défis en matière de sécurité à cause du lien entre l’énergie nucléaire et les armes nucléaires”, estime encore le rapport, intitulé “L’énergie après Rio : perspectives et défis”.

L’énergie nucléaire représente jusqu’à présent environ 5 % de l’énergie mondiale et quelque 15 % de son électricité, mais certains pays industrialisés comme la France en dépendent beaucoup plus fortement.

“Si à long terme l’énergie nucléaire vient à produire une proportion encore plus importante de l’énergie mondiale, la protection de matériaux utilisables dans la production d’armes deviendra encore plus décourageante”, poursuit le rapport.

Selon le texte, la nécessité de s’assurer que les matériaux nucléaires ne sont pas consacrés à la production d’armes coûte “considérablement plus cher que développer une énergie renouvelable”.

Les combustibles fossiles, qui fournissent actuellement 76 % de l’énergie primaire mondiale, ont en outre de lourdes conséquences écologiques : pollution atmosphérique, notamment pluies acides. La dépendance des pays en développement à leur égard grève aussi leur dette extérieure.

Selon le rapport, les avancées technologiques devrait permettre aux pays en développement de réaliser des économies d’énergie allant jusqu’à 70 % ou plus à long terme, en réduisant la consommation de ces combustibles fossiles traditionnels.

D’autres sources telles que l’énergie solaire ou éolienne devraient également constituer des solutions de remplacement viables, estime le rapport.
En bref

Cinq morts dans une centrale nucléaire au Japon

Cinq personnes sont décédées le 9 août 2004 à la suite d’une fuite de vapeur dans une centrale nucléaire de l’ouest du Japon.

Ces victimes figuraient parmi la dizaine de personnes hospitalisées après l’accident survenu à la centrale de Mihama, dans la préfecture de Fukui, à 320 km au nord-ouest de Tokyo.

Loi sur l’énergie : adoption au 1er semestre 2005 ?

Le ministre de l’Industrie, Patrick Devedjian, a prédit que le projet de loi d’orientation sur l’énergie serait adopté au cours du premier semestre 2005.

Le projet, adopté en première lecture par l’Assemblée le 1er juin et par le Sénat le 10 juin 2004, fixe les priorités énergétiques du pays pour les 30 ans à venir. Il maintient l’option nucléaire ouverte en confirmant le lancement de l’EPR, le réacteur nucléaire de 3e génération.

Source : AFP - 13 octobre 2004

Tchernobyl ou EDF, il a fallu choisir

Histoire d’une petite censure. Cette année, la Fête des lumières, à Lyon, avait donné carte blanche à Pierre Bongiovanni, qui proposait notamment d’installer une sculpture interactive sur la place des Célestins. Pour l’illuminer, il fallait appeler un numéro de téléphone. Les appels permettaient de récolter des fonds :

Bongiovanni avait choisi de destiner cet argent à un hôpital de Tchernobyl. Une façon de rappeler que « les gâteries lumineuses ont un coût ». D’inciter, aussi, « les passants et les politiques à réfléchir sur cette débauche d’électricité, luxe inouï ». Mais voilà : à Lyon, EDF est l’un des principaux partenaires de la Fête des lumières. Elle verse 80 000 euros et fait partie du « comité de direction », au côté de la ville, en tant que « partenaire fondateur ». Et selon l’artiste, l’entreprise publique a menacé de se désengager si le nom de Tchernobyl était évoqué. Il aurait cédé à la demande des organisateurs, car des artistes étaient déjà engagés et le projet, bien entamé.

Source : Libération du 13 décembre 2004

Espagne : solaire obligatoire en 2005 !

Le gouvernement espagnol envisage de rendre obligatoire à partir de 2005 l’installation de panneaux solaires thermiques dans les nouveaux immeubles et dans ceux qui seront rénovés. Il s’agit d’étendre à toute l’Espagne les « ordonnances » qui sont déjà en vigueur dans de nombreuses régions (Catalogne, Madrid...). L’objectif du gouvernement est de multiplier par 10 la superficie de panneaux solaires d’ici à 2010. Pour cela, un dispositif d’aide, non encore dévoilé, devrait être mis en place.

(Source : Journal El Pais du 8 novembre 2004)

Agence France Presse 28 février 1997

L’énergie nucléaire ne constitue pas une source d’énergie appropriée pour l’avenir, estime un rapport de l’ONU, qui prône le développement d’autres solutions

respectueuses de l’environnement.

Ce rapport du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a été publié avant la réunion destinée à dresser un état des lieux du sommet mondial de la Terre de Rio, qui s’est tenu en juin 1997, à New York.

Selon cette étude, l’énergie nucléaire devrait servir uniquement à produire l’électricité jusqu’alors engendrée par des combustibles fossiles, si des réponses étaient apportées aux questions telles que la prolifération nucléaire, le transport des déchets radioactifs ou la sécurité au niveau des réacteurs.

“L’énergie nucléaire pose des défis en matière de sécurité à cause du lien entre l’énergie nucléaire et les armes nucléaires”, estime encore le rapport, intitulé “L’énergie après Rio : perspectives et défis”.

L’énergie nucléaire représente jusqu’à présent environ 5 % de l’énergie mondiale et quelque 15 % de son électricité, mais certains pays industrialisés comme la France en dépendent beaucoup plus fortement.

“Si à long terme l’énergie nucléaire vient à produire une proportion encore plus importante de l’énergie mondiale, la protection de matériaux utilisables dans la production d’armes deviendra encore plus décourageante”, poursuit le rapport.

Selon le texte, la nécessité de s’assurer que les matériaux nucléaires ne sont pas consacrés à la production d’armes coûte “considérablement plus cher que développer une énergie renouvelable”.

Les combustibles fossiles, qui fournissent actuellement 76 % de l’énergie primaire mondiale, ont en outre de lourdes conséquences écologiques : pollution atmosphérique, notamment pluies acides. La dépendance des pays en développement à leur égard grève aussi leur dette extérieure.

Selon le rapport, les avancées technologiques devrait permettre aux pays en développement de réaliser des économies d’énergie allant jusqu’à 70 % ou plus à long terme, en réduisant la consommation de ces combustibles fossiles traditionnels.

D’autres sources telles que l’énergie solaire ou éolienne devraient également constituer des solutions de remplacement viables, estime le rapport.
En bref

Cinq morts dans une centrale nucléaire au Japon

Cinq personnes sont décédées le 9 août 2004 à la suite d’une fuite de vapeur dans une centrale nucléaire de l’ouest du Japon.

Ces victimes figuraient parmi la dizaine de personnes hospitalisées après l’accident survenu à la centrale de Mihama, dans la préfecture de Fukui, à 320 km au nord-ouest de Tokyo.

Loi sur l’énergie : adoption au 1er semestre 2005 ?

Le ministre de l’Industrie, Patrick Devedjian, a prédit que le projet de loi d’orientation sur l’énergie serait adopté au cours du premier semestre 2005.

Le projet, adopté en première lecture par l’Assemblée le 1er juin et par le Sénat le 10 juin 2004, fixe les priorités énergétiques du pays pour les 30 ans à venir. Il maintient l’option nucléaire ouverte en confirmant le lancement de l’EPR, le réacteur nucléaire de 3e génération.

Source : AFP - 13 octobre 2004

Tchernobyl ou EDF, il a fallu choisir

Histoire d’une petite censure. Cette année, la Fête des lumières, à Lyon, avait donné carte blanche à Pierre Bongiovanni, qui proposait notamment d’installer une sculpture interactive sur la place des Célestins. Pour l’illuminer, il fallait appeler un numéro de téléphone. Les appels permettaient de récolter des fonds :

Bongiovanni avait choisi de destiner cet argent à un hôpital de Tchernobyl. Une façon de rappeler que « les gâteries lumineuses ont un coût ». D’inciter, aussi, « les passants et les politiques à réfléchir sur cette débauche d’électricité, luxe inouï ». Mais voilà : à Lyon, EDF est l’un des principaux partenaires de la Fête des lumières. Elle verse 80 000 euros et fait partie du « comité de direction », au côté de la ville, en tant que « partenaire fondateur ». Et selon l’artiste, l’entreprise publique a menacé de se désengager si le nom de Tchernobyl était évoqué. Il aurait cédé à la demande des organisateurs, car des artistes étaient déjà engagés et le projet, bien entamé.

Source : Libération du 13 décembre 2004

Espagne : solaire obligatoire en 2005 !

Le gouvernement espagnol envisage de rendre obligatoire à partir de 2005 l’installation de panneaux solaires thermiques dans les nouveaux immeubles et dans ceux qui seront rénovés. Il s’agit d’étendre à toute l’Espagne les « ordonnances » qui sont déjà en vigueur dans de nombreuses régions (Catalogne, Madrid...). L’objectif du gouvernement est de multiplier par 10 la superficie de panneaux solaires d’ici à 2010. Pour cela, un dispositif d’aide, non encore dévoilé, devrait être mis en place.

(Source : Journal El Pais du 8 novembre 2004)



Thèmes
Risque nucléaire