Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°21

Avril 2003

Editorial

Le nucléaire en débat(s)

Avril 2003




Le 25 février, sept ONG dont le Réseau « Sortir du nucléaire » ont lancé à Paris le « Vrai débat » sur l’énergie, qui se poursuit depuis un peu partout en France. Le 18 mars, le gouvernement a ouvert son propre débat, que nous appelons le « débat bidon » car il n’est organisé que pour donner une apparence démocratique à des décisions qui ont déjà été prises (relance du nucléaire en France...). Au cours du second semestre 2003, ce débat sera suivi par une loi d’orientation énergétique au Parlement qui portera notamment sur la question de la mise en œuvre d’un réacteur nucléaire EPR. Le lobby sait qu’il doit faire très vite et « passer en force » s’il veut obtenir satisfaction : l’opinion publique est en passe de rejeter définitivement le nucléaire. Les faux arguments tombent les uns après les autres, par exemple la lutte contre l’effet de serre : cette lutte doit effectivement être menée, mais le nucléaire n’est ni adapté - qui croit sérieusement « sauver la planète » avec le nucléaire ? - ni même efficace, tant l’industrie, l’agriculture et surtout les transports sont les premiers responsables du réchauffement climatique.

Ainsi, le 24 février, le gouvernement britannique a annoncé pour 2050 une baisse de 60% des émissions de gaz à effet de serre sans recourir au nucléaire.

Fin avril, les ministres de l’environnement du G8 - les 8 pays les plus puissants - seront réunis à Angers pour un sommet dont la date centrale sera le samedi 26 avril ! En cet anniversaire de Tchernobyl, une manifestation, à laquelle le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle à participer en nombre, dénoncera la destruction de l’environnement. A Angers comme ailleurs en France, la quatrième semaine nationale d’initiatives verra les nombreux groupes fédérés par notre Réseau décliner les différents aspects de la lutte anti-nucléaire et de la promotion des alternatives énergétiques.

Le débat sur les énergies ne saurait être franco-français, ni même seulement européen : il est mondial, car c’est l’avenir de la planète qui est aujourd’hui en jeu. Deux options principales s’offrent à l’humanité : une société toujours plus vorace en énergies, condamnée à l’étouffement, ou bien une société sobre et pérenne.

Les divers études et rapports, dont les travaux de la très officielle Agence Internationale de l’Energie, confirment que les pays riches peuvent facilement et rapidement économiser la moitié de leur consommation énergétique, sans même restreindre le confort de vie. Ces économies, combinées avec le nécessaire essor des énergies renouvelables, voilà la seule porte de sortie pour laisser une chance à la fois aux pays du Sud et aux générations futures.

Bien entendu, le nucléaire gaspilleur et pollueur n’a pas sa place dans ce scénario de l’espoir et de la solidarité.

Ensemble, redoublons d’efforts pour convaincre l’opinion qu’il est temps de sortir de l’âge du nucléaire et d’entrer dans une ère de respect de l’environnement… et de la démocratie.
Premiers plutoniums d’or 2003

(l’annonce a été faite lors de l’Assemblée générale 2002 du Réseau « Sortir du nucléaire » début février 2003)

Plutonium d’or - Catégorie « Politiques » : Ex equo :

- Mme la Ministre de l’écologie, Roselyne Bachelot pour sa déclaration « L’industrie nucléaire est l’industrie la moins polluante » (mardi 7 mai 2002, France inter).

- M. le Ministre de l’éducation nationale, Luc Ferry pour sa collaboration avec EDF pour imposer l’idéologie pro-nucléaire dans les écoles, collèges et lycées.

Plutonium d’or - Catégorie « Entreprises »

- AREVA (leader mondial des déchets nucléaires), pour s’être offert le voilier français de la Coupe de l’America et avoir suscité l’hilarité générale avec des résultats catastrophiques.

Plutonium d’or - Catégorie « Scientifiques »

- Georges Charpak, prix Nobel de Physique, qui veut « sauver » la planète de l’effet de serre… en la contaminant pour des centaines de milliers d’années avec le nucléaire !

Plutonium d’or - Catégorie « International »

- M. le Président de la République de Bélarus, Alexandre Loukachenko pour l’envoi au goulag du Professeur Bandajevsky, « coupable » d’avoir révélé l’impact réel de la catastrophe de Tchernobyl sur la santé.
Stéphane Lhomme

Le 25 février, sept ONG dont le Réseau « Sortir du nucléaire » ont lancé à Paris le « Vrai débat » sur l’énergie, qui se poursuit depuis un peu partout en France. Le 18 mars, le gouvernement a ouvert son propre débat, que nous appelons le « débat bidon » car il n’est organisé que pour donner une apparence démocratique à des décisions qui ont déjà été prises (relance du nucléaire en France...). Au cours du second semestre 2003, ce débat sera suivi par une loi d’orientation énergétique au Parlement qui portera notamment sur la question de la mise en œuvre d’un réacteur nucléaire EPR. Le lobby sait qu’il doit faire très vite et « passer en force » s’il veut obtenir satisfaction : l’opinion publique est en passe de rejeter définitivement le nucléaire. Les faux arguments tombent les uns après les autres, par exemple la lutte contre l’effet de serre : cette lutte doit effectivement être menée, mais le nucléaire n’est ni adapté - qui croit sérieusement « sauver la planète » avec le nucléaire ? - ni même efficace, tant l’industrie, l’agriculture et surtout les transports sont les premiers responsables du réchauffement climatique.

Ainsi, le 24 février, le gouvernement britannique a annoncé pour 2050 une baisse de 60% des émissions de gaz à effet de serre sans recourir au nucléaire.

Fin avril, les ministres de l’environnement du G8 - les 8 pays les plus puissants - seront réunis à Angers pour un sommet dont la date centrale sera le samedi 26 avril ! En cet anniversaire de Tchernobyl, une manifestation, à laquelle le Réseau « Sortir du nucléaire » appelle à participer en nombre, dénoncera la destruction de l’environnement. A Angers comme ailleurs en France, la quatrième semaine nationale d’initiatives verra les nombreux groupes fédérés par notre Réseau décliner les différents aspects de la lutte anti-nucléaire et de la promotion des alternatives énergétiques.

Le débat sur les énergies ne saurait être franco-français, ni même seulement européen : il est mondial, car c’est l’avenir de la planète qui est aujourd’hui en jeu. Deux options principales s’offrent à l’humanité : une société toujours plus vorace en énergies, condamnée à l’étouffement, ou bien une société sobre et pérenne.

Les divers études et rapports, dont les travaux de la très officielle Agence Internationale de l’Energie, confirment que les pays riches peuvent facilement et rapidement économiser la moitié de leur consommation énergétique, sans même restreindre le confort de vie. Ces économies, combinées avec le nécessaire essor des énergies renouvelables, voilà la seule porte de sortie pour laisser une chance à la fois aux pays du Sud et aux générations futures.

Bien entendu, le nucléaire gaspilleur et pollueur n’a pas sa place dans ce scénario de l’espoir et de la solidarité.

Ensemble, redoublons d’efforts pour convaincre l’opinion qu’il est temps de sortir de l’âge du nucléaire et d’entrer dans une ère de respect de l’environnement… et de la démocratie.
Premiers plutoniums d’or 2003

(l’annonce a été faite lors de l’Assemblée générale 2002 du Réseau « Sortir du nucléaire » début février 2003)

Plutonium d’or - Catégorie « Politiques » : Ex equo :

- Mme la Ministre de l’écologie, Roselyne Bachelot pour sa déclaration « L’industrie nucléaire est l’industrie la moins polluante » (mardi 7 mai 2002, France inter).

- M. le Ministre de l’éducation nationale, Luc Ferry pour sa collaboration avec EDF pour imposer l’idéologie pro-nucléaire dans les écoles, collèges et lycées.

Plutonium d’or - Catégorie « Entreprises »

- AREVA (leader mondial des déchets nucléaires), pour s’être offert le voilier français de la Coupe de l’America et avoir suscité l’hilarité générale avec des résultats catastrophiques.

Plutonium d’or - Catégorie « Scientifiques »

- Georges Charpak, prix Nobel de Physique, qui veut « sauver » la planète de l’effet de serre… en la contaminant pour des centaines de milliers d’années avec le nucléaire !

Plutonium d’or - Catégorie « International »

- M. le Président de la République de Bélarus, Alexandre Loukachenko pour l’envoi au goulag du Professeur Bandajevsky, « coupable » d’avoir révélé l’impact réel de la catastrophe de Tchernobyl sur la santé.
Stéphane Lhomme



Thèmes
Nucléaire et démocratie