Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

L’EPR en bref

Le couloir de lignes THT qui partira de l’EPR, à Flamanville, n’est pas justifié et comporte des risques pour l’environnement et la santé




 Les risques et inconvénients des lignes à très haute tension (400 000 Volts) d’évacuation du courant qui serait produit par le réacteur EPR de Flamanville vers les Pays de Loire s’ajoutent à ceux de la centrale elle- même et des industries associées du combustible nucléaire.

 La longueur de ce couloir de lignes, le coût, les nuisances et les pertes d’électricité en ligne qu’il causerait, sont en particulier liés au choix du site dont l’opportunité n’a pas été démontrée, même dans la logique du commanditaire EDF. Il y a là des coûts supplémentaires qui seront payés par le consommateur.

 Tant du point de vue des exploitations d’élevage que de la santé humaine, les lignes THT sont loin d’être inoffensives et peuvent provoquer des nuisances graves. [1]

Rien ne justifie d’ajouter une nuisance supplémentaire au fardeau déjà lourd des réseaux THT sur le territoire français en termes d’environne- ment et de santé. Les solutions alternatives sont nombreuses et le refus des populations locales parfaitement justifié, car cohérent avec le rejet global d’un projet EPR "inutile et dangereux".Pourtant, l’enquête publique, aussi peu démocratique que celle sur l’EPR lui-même, a été diligentée du 2 juin au 3 juillet 2009. Après 30 000 manifestants à Cherbourg en 2006, 40 000 à Rennes en 2007, plus de la moitié des maires des communes concernées, en accord avec leurs administrés, ont pris des arrêtés contre le passages de ces lignes THT. La lutte continue à Flamanville, solidaire de celle qui commence début 2009 à Penly.


Notes

[1Voir l’étude Draper qui établit un lien de causalité entre leucémie infantile et proximité des lieux de vie et THT : http://www.debatpublic-thtcotentin-maine.org/docs/pdf/etudes/etude-draper-fr.pdf

 Les risques et inconvénients des lignes à très haute tension (400 000 Volts) d’évacuation du courant qui serait produit par le réacteur EPR de Flamanville vers les Pays de Loire s’ajoutent à ceux de la centrale elle- même et des industries associées du combustible nucléaire.

 La longueur de ce couloir de lignes, le coût, les nuisances et les pertes d’électricité en ligne qu’il causerait, sont en particulier liés au choix du site dont l’opportunité n’a pas été démontrée, même dans la logique du commanditaire EDF. Il y a là des coûts supplémentaires qui seront payés par le consommateur.

 Tant du point de vue des exploitations d’élevage que de la santé humaine, les lignes THT sont loin d’être inoffensives et peuvent provoquer des nuisances graves. [1]

Rien ne justifie d’ajouter une nuisance supplémentaire au fardeau déjà lourd des réseaux THT sur le territoire français en termes d’environne- ment et de santé. Les solutions alternatives sont nombreuses et le refus des populations locales parfaitement justifié, car cohérent avec le rejet global d’un projet EPR "inutile et dangereux".Pourtant, l’enquête publique, aussi peu démocratique que celle sur l’EPR lui-même, a été diligentée du 2 juin au 3 juillet 2009. Après 30 000 manifestants à Cherbourg en 2006, 40 000 à Rennes en 2007, plus de la moitié des maires des communes concernées, en accord avec leurs administrés, ont pris des arrêtés contre le passages de ces lignes THT. La lutte continue à Flamanville, solidaire de celle qui commence début 2009 à Penly.