Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°62

Août 2014

En bref

La sortie du nucléaire marque des points !

Août 2014




Victoire des Aborigènes d’Australie contre l’enfouissement !

Sous la pression des Aborigènes, l’Australie a définitivement abandonné un projet d’enfouissement de déchets radioactifs près d’un sanctuaire aborigène dans le nord du pays. Muckaty Station, localité du Territoire du Nord, avait été choisie en 2007 pour accueillir des déchets nucléaires de faible et moyenne activité, issus du seul réacteur nucléaire australien, utilisé à des fins de recherche et de production d’isotopes médicaux (que l’on sait fabriquer... sans réacteur et quasi sans déchets nucléaires, voir sur notre site web l’article "La médecine nucléaire n’a pas besoin de réacteurs").

En concertation avec le Northern Land Council (NLC), organisation aborigène chargée de l’administration de la partie septentrionale du Territoire du Nord, le gouvernement avait reçu l’accord de la tribu des Ngapa. Mais quatre autres clans s’opposaient au projet, arguant de la proximité d’un site sacré, et avaient saisi la justice fédérale.

Après des années de bataille, les responsables du NLC ont décidé de renoncer et le gouvernement l’a aussitôt suivi. Le dossier a été formellement rejeté, le gouvernement va devoir chercher un autre site pour ses déchets...

Source : AFP, 19 juin 2014

Japon : premier succès contre le redémarrage de la centrale d’Ohi

La Cour du district de Fukui a jugé le 21 mai qu’aucune mesure de sûreté ne pourrait jamais garantir que les réacteurs 3 et 4 de la centrale japonaise d’Ohi, exploitée par l’entreprise Kansai Electric Power Company (KEPCO), résisteraient à un séisme de forte magnitude. Le juge Hideaki Higuchi a déclaré que "Le droit des personnes à la vie est la fondation des droits personnels, qui sont protégés par la constitution. Ce droit doit donc être considéré avec le plus grand respect dans le champ de la loi."

La décision de la cour indique que "Si les réacteurs nucléaires sont importants pour la société, ils ne sont qu’une façon parmi d’autres de générer de l’électricité, et sont donc subordonnés aux droits personnels."

Pour Kazuki Koketsu, professeur de séismologie à l’Université de Tokyo, qui a participé à des examens de sûreté de centrales japonaises, "Le jugement pointe avec raison la limitation de la précision des prédictions sismiques aujourd’hui."

KEPCO a décidé de faire appel de cette décision, la première rendue par un tribunal au Japon en réponse à une plainte cherchant à obtenir la suspension de l’exploitation de réacteurs nucléaires après la survenue de la catastrophe de Fukushima.

Une victoire en appel contre le redémarrage n’est pas du tout acquise. KEPCO a le soutien du gouvernement, et déjà deux fois dans le passé une cour d’appel japonaise a cassé un jugement initialement défavorable à l’industrie nucléaire.

Sources : Bloomberg, Asahi Shimbun

Allemagne : la transition est largement rentable !

Une étude de l’Institut Fraunhofer IWES montre que l’Energiewende (la transition énergétique) est un vrai atout économique pour l’Allemagne. D’ici 15 à 20 ans, le montant annuel de l’investissement nécessaire sera inférieur aux économies réalisées sur les importations d’énergies fossiles (voir graphique ci-dessus). Une fois ce point de rentabilité atteint, les coûts de l’énergie diminueront de manière continue. Pour l’heure, la facture énergétique du pays s’élève à 83 milliards d’euros, mais elle va diminuer au cours des 40 prochaines années au point de quasiment effacer l’ardoise."

Tous nos calculs démontrent que la transition énergétique représente, même sous des hypothèses très conservatrices, une affaire économiquement très attrayante, en particulier pour les investisseurs institutionnels, a déclaré le directeur de l’institut, Clemens Hoffmann. L’argument du coût ne doit par conséquent pas déterminer la politique climatique." Il faudrait investir de 300 à 380 milliards d’euros pour atteindre le point de rentabilité, qui seront amortis dans les décennies suivantes. Même sous l’hypothèse d’un prix stable des énergies fossiles, le rapport établit un taux de retour sur investissement de 2,3 % d’ici à 2050, pouvant aller de 4 à 7 % si les prix du gaz et du pétrole augmentent.

Source : Le journal des énergies renouvelables

Théâtre : la tournée 2015 de "L’impossible procès"

Depuis deux ans, la compagnie Brut de Béton propose la représentation de "L’impossible procès" partout en France, déjà accueillie dans de nombreuses villes.

Dans cette pièce de théâtre, nous sommes en 2020, 6 ans après un accident majeur sur la centrale du Blayais en Gironde. Nous tentons lors d’un procès en responsabilité de comprendre le processus qui a permis que ce drame advienne. La 2e partie du spectacle est interactive : des spectateurs de la ville où nous jouons, des témoins, des experts, des victimes peuvent s’exprimer à la barre.

Prochaine tournée : entre le 11 mars (Fukushima) et le 26 avril (Tchernobyl) de 2015 (le spectacle est disponible le reste de l’année, en particulier en été 2015). Faites le procès du nucléaire dans votre ville !

Contact Compagnie Brut de Béton : cokoller@bluewin.ch / 06 08 23 60 20

Victoire des Aborigènes d’Australie contre l’enfouissement !

Sous la pression des Aborigènes, l’Australie a définitivement abandonné un projet d’enfouissement de déchets radioactifs près d’un sanctuaire aborigène dans le nord du pays. Muckaty Station, localité du Territoire du Nord, avait été choisie en 2007 pour accueillir des déchets nucléaires de faible et moyenne activité, issus du seul réacteur nucléaire australien, utilisé à des fins de recherche et de production d’isotopes médicaux (que l’on sait fabriquer... sans réacteur et quasi sans déchets nucléaires, voir sur notre site web l’article "La médecine nucléaire n’a pas besoin de réacteurs").

En concertation avec le Northern Land Council (NLC), organisation aborigène chargée de l’administration de la partie septentrionale du Territoire du Nord, le gouvernement avait reçu l’accord de la tribu des Ngapa. Mais quatre autres clans s’opposaient au projet, arguant de la proximité d’un site sacré, et avaient saisi la justice fédérale.

Après des années de bataille, les responsables du NLC ont décidé de renoncer et le gouvernement l’a aussitôt suivi. Le dossier a été formellement rejeté, le gouvernement va devoir chercher un autre site pour ses déchets...

Source : AFP, 19 juin 2014

Japon : premier succès contre le redémarrage de la centrale d’Ohi

La Cour du district de Fukui a jugé le 21 mai qu’aucune mesure de sûreté ne pourrait jamais garantir que les réacteurs 3 et 4 de la centrale japonaise d’Ohi, exploitée par l’entreprise Kansai Electric Power Company (KEPCO), résisteraient à un séisme de forte magnitude. Le juge Hideaki Higuchi a déclaré que "Le droit des personnes à la vie est la fondation des droits personnels, qui sont protégés par la constitution. Ce droit doit donc être considéré avec le plus grand respect dans le champ de la loi."

La décision de la cour indique que "Si les réacteurs nucléaires sont importants pour la société, ils ne sont qu’une façon parmi d’autres de générer de l’électricité, et sont donc subordonnés aux droits personnels."

Pour Kazuki Koketsu, professeur de séismologie à l’Université de Tokyo, qui a participé à des examens de sûreté de centrales japonaises, "Le jugement pointe avec raison la limitation de la précision des prédictions sismiques aujourd’hui."

KEPCO a décidé de faire appel de cette décision, la première rendue par un tribunal au Japon en réponse à une plainte cherchant à obtenir la suspension de l’exploitation de réacteurs nucléaires après la survenue de la catastrophe de Fukushima.

Une victoire en appel contre le redémarrage n’est pas du tout acquise. KEPCO a le soutien du gouvernement, et déjà deux fois dans le passé une cour d’appel japonaise a cassé un jugement initialement défavorable à l’industrie nucléaire.

Sources : Bloomberg, Asahi Shimbun

Allemagne : la transition est largement rentable !

Une étude de l’Institut Fraunhofer IWES montre que l’Energiewende (la transition énergétique) est un vrai atout économique pour l’Allemagne. D’ici 15 à 20 ans, le montant annuel de l’investissement nécessaire sera inférieur aux économies réalisées sur les importations d’énergies fossiles (voir graphique ci-dessus). Une fois ce point de rentabilité atteint, les coûts de l’énergie diminueront de manière continue. Pour l’heure, la facture énergétique du pays s’élève à 83 milliards d’euros, mais elle va diminuer au cours des 40 prochaines années au point de quasiment effacer l’ardoise."

Tous nos calculs démontrent que la transition énergétique représente, même sous des hypothèses très conservatrices, une affaire économiquement très attrayante, en particulier pour les investisseurs institutionnels, a déclaré le directeur de l’institut, Clemens Hoffmann. L’argument du coût ne doit par conséquent pas déterminer la politique climatique." Il faudrait investir de 300 à 380 milliards d’euros pour atteindre le point de rentabilité, qui seront amortis dans les décennies suivantes. Même sous l’hypothèse d’un prix stable des énergies fossiles, le rapport établit un taux de retour sur investissement de 2,3 % d’ici à 2050, pouvant aller de 4 à 7 % si les prix du gaz et du pétrole augmentent.

Source : Le journal des énergies renouvelables

Théâtre : la tournée 2015 de "L’impossible procès"

Depuis deux ans, la compagnie Brut de Béton propose la représentation de "L’impossible procès" partout en France, déjà accueillie dans de nombreuses villes.

Dans cette pièce de théâtre, nous sommes en 2020, 6 ans après un accident majeur sur la centrale du Blayais en Gironde. Nous tentons lors d’un procès en responsabilité de comprendre le processus qui a permis que ce drame advienne. La 2e partie du spectacle est interactive : des spectateurs de la ville où nous jouons, des témoins, des experts, des victimes peuvent s’exprimer à la barre.

Prochaine tournée : entre le 11 mars (Fukushima) et le 26 avril (Tchernobyl) de 2015 (le spectacle est disponible le reste de l’année, en particulier en été 2015). Faites le procès du nucléaire dans votre ville !

Contact Compagnie Brut de Béton : cokoller@bluewin.ch / 06 08 23 60 20