Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Agenda

21
sep
Conférences - Débats

Journée internationale de La Paix

Caen (14) - Basse-Normandie


Lundi 21 septembre 2015


Journée Internationale de la Paix Lundi 21 septembre au Mémorial de Caen Esplanade Général Eisenhower, 14050 Caen, France



Programme :

De 17h00 à 17h45 : Témoignages.

  • "6 et 9 août à Hiroshima et Nagasaki  : 70ème anniversaire des bombardements atomiques sur le Japon". Témoignage de Claude Ruelland, porte parole de la délégation du Mouvement de la Paix aux cérémonies officielles à Hiroshima et Nagasaki et à la Conférence Internationale contre les bombes A et H." Alors que le peuple japonais continue à débattre sur la qualification de ces bombardements (crime de masse, crime de guerre, crime contre l’humanité ?), les délégations pacifistes du monde entier ont déclaré l’urgence de l’élimination des armes nucléaires pour éviter à l’humanité de connaître un ultime épisode de "l’enfer sur terre".
  • Mai 2015 à New York  : Conférence d’examen du Traité de Non- Prolifération (des armes nucléaires). Témoignage de Jacques Véron-Bocquel qui a participé à cette conférence en tant que membre de la délégation du Mouvement de la Paix. La 9ème conférence d’examen du TNP n’a pas réussi à adopter un document final du fait de l’opposition des USA, du Royaume et du Canada à la proposition d’une conférence internationale pour un Moyen-Orient débarrassé des armes nucléaires et des autres armes de destruction massive.

Elle a cependant vu un nombre important d’avancées. A l’étape de l’élaboration du projet de document final, le besoin d’un traité pour interdire les armes nucléaires a été formulé pour la première fois, et la déclaration jointe sur les conséquences humanitaires des armes nucléaires a été soutenue par 159 États représentant 80% des États, réduisant à un petit carré le camp des États nucléaires.

De 18h00 à 19h30, conférence-débat : "70 ans après Hiroshima et Nagasaki, quelle sécurité pour les peuples : avec ou sans la dissuasion nucléaire ?" Avec Paul Quilès, ancien ministre de la Défense, du 20 septembre 1985 au 19 mars 1986, auteur en 2012 de "Nucléaire, un mensonge français : réflexions sur le désarmement nucléaire" puis, en 2013, de "Arrêtez la bombe !", avec le général Norlain et Jean-Marie Collin,

De 20h00 à 22h30, Projection-débat : Le film "Pluie Noire" de Shohei Imamura. Le 6 août 1945, les Américains larguent la première bombe atomique sur Hiroshima. Peu après l’explosion, la pluie noire radioactive tombe sur les passagers d’un ferry, dont Yasuto qui se rend chez son oncle. Quinze ans plus tard, on retrouve la jeune femme habitant la campagne avec son oncle et sa tante. Elle est en âge de se marier mais la rumeur court : on raconte qu’elle était sur les lieux de la tragédie peu après l’explosion...

Shohei Imamura : figurant parmi les trois cinéastes à avoir remporté deux palmes d’or (avec "La Ballade de Narayama" et "L’Anguille"), Imamura est un géant du cinéma... Confronté à la difficulté de représenter l’irreprésentable, Imamura a fait le choix de montrer l’absolue soudaineté de l’événement et ses concéquences sur des destins individuels. Ainsi "Pluie Noire" retrace le parcours d’hommes et de femmes, s’attachant aux détails de la vie quotienne pour mieux refuser l’anonymat de l’histoire. Il évite le spectaculaire pour recentrer l’attention du spectateur sur l’essentiel : l’humanité prise au piège d’un mal aussi invisible que durable.

Programme :

De 17h00 à 17h45 : Témoignages.

  • "6 et 9 août à Hiroshima et Nagasaki  : 70ème anniversaire des bombardements atomiques sur le Japon". Témoignage de Claude Ruelland, porte parole de la délégation du Mouvement de la Paix aux cérémonies officielles à Hiroshima et Nagasaki et à la Conférence Internationale contre les bombes A et H." Alors que le peuple japonais continue à débattre sur la qualification de ces bombardements (crime de masse, crime de guerre, crime contre l’humanité ?), les délégations pacifistes du monde entier ont déclaré l’urgence de l’élimination des armes nucléaires pour éviter à l’humanité de connaître un ultime épisode de "l’enfer sur terre".
  • Mai 2015 à New York  : Conférence d’examen du Traité de Non- Prolifération (des armes nucléaires). Témoignage de Jacques Véron-Bocquel qui a participé à cette conférence en tant que membre de la délégation du Mouvement de la Paix. La 9ème conférence d’examen du TNP n’a pas réussi à adopter un document final du fait de l’opposition des USA, du Royaume et du Canada à la proposition d’une conférence internationale pour un Moyen-Orient débarrassé des armes nucléaires et des autres armes de destruction massive.

Elle a cependant vu un nombre important d’avancées. A l’étape de l’élaboration du projet de document final, le besoin d’un traité pour interdire les armes nucléaires a été formulé pour la première fois, et la déclaration jointe sur les conséquences humanitaires des armes nucléaires a été soutenue par 159 États représentant 80% des États, réduisant à un petit carré le camp des États nucléaires.

De 18h00 à 19h30, conférence-débat : "70 ans après Hiroshima et Nagasaki, quelle sécurité pour les peuples : avec ou sans la dissuasion nucléaire ?" Avec Paul Quilès, ancien ministre de la Défense, du 20 septembre 1985 au 19 mars 1986, auteur en 2012 de "Nucléaire, un mensonge français : réflexions sur le désarmement nucléaire" puis, en 2013, de "Arrêtez la bombe !", avec le général Norlain et Jean-Marie Collin,

De 20h00 à 22h30, Projection-débat : Le film "Pluie Noire" de Shohei Imamura. Le 6 août 1945, les Américains larguent la première bombe atomique sur Hiroshima. Peu après l’explosion, la pluie noire radioactive tombe sur les passagers d’un ferry, dont Yasuto qui se rend chez son oncle. Quinze ans plus tard, on retrouve la jeune femme habitant la campagne avec son oncle et sa tante. Elle est en âge de se marier mais la rumeur court : on raconte qu’elle était sur les lieux de la tragédie peu après l’explosion...

Shohei Imamura : figurant parmi les trois cinéastes à avoir remporté deux palmes d’or (avec "La Ballade de Narayama" et "L’Anguille"), Imamura est un géant du cinéma... Confronté à la difficulté de représenter l’irreprésentable, Imamura a fait le choix de montrer l’absolue soudaineté de l’événement et ses concéquences sur des destins individuels. Ainsi "Pluie Noire" retrace le parcours d’hommes et de femmes, s’attachant aux détails de la vie quotienne pour mieux refuser l’anonymat de l’histoire. Il évite le spectaculaire pour recentrer l’attention du spectateur sur l’essentiel : l’humanité prise au piège d’un mal aussi invisible que durable.




Proposer votre événement