Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°46

Eté 2010

Militaire

Jeûne-action pour l’abolition des armes nucléaires : 10 jours bien remplis

Eté 2010




Un jeûne-action pour l’abolition des armes nucléaires a été organisé du 27 avril au 7 mai 2010, à l’initiative de la Maison de vigilance de Taverny en partenariat avec le Réseau "Sortir du nucléaire", le collectif Armes nucléaires STOP et la Mairie du 2ème arrondissement de Paris.



Le 27 avril, quelques jours avant l’ouverture de la Conférence sur le Traité de Non-Prolifération (TNP) à New York, 15 personnes entamaient un jeûne : 7 à Paris, 5 près d’Alès (30), 1 en Picardie, 1 en Angleterre et 1 en Belgique. Elles avaient pour objectif de faire pression sur les décideurs politiques français par les médias et l’opinion publique pour que la France annonce sa décision d’accepter le principe d’une Convention d’élimination des armes nucléaires lors de la tenue de la Conférence d’examen du TNP.

Le programme des jeûneurs parisiens fut des plus intenses avec une présence quotidienne de 14h à 18h place St Michel et des rencontres et actions presque simultanées.
C’est ainsi que les militants jeûneurs ont reçu le soutien de Monseigneur Gaillot, Stefen Hessel, Cabu et l’équipe de Charlie Hebdo, Jacques Muller (sénateur-maire), Denis Baupin (Mairie de Paris)… Ils ont également été reçus en Mairie de Paris, ville adhérente à l’initiative "Maires pour la paix".
Le vendredi 7 mai, une délégation a été reçue au ministère de la Défense, avec un bien piètre résultat - il fallait s’y attendre.

Les 10 jours de jeûne ont été ponctués par de nombreuses actions coordonnées par les Désobéissants devant l’Assemblée Nationale, Areva, à l’Élysée, à Taverny ou à Notre-Dame…
Des rencontres ont également été organisées en soirée : conférence avec le Général Norlain, projection/débat autour du film "La Bombe" de P. Watkins, vidéo-conférence en direct avec New York le 2e jour de la conférence sur le TNP…

Au final, cette nouvelle forme d’action, le jeûne-activiste, a permis d’informer de nombreuses personnes sur le nucléaire militaire, de mobiliser plusieurs groupes militants antinucléaires et de voir une action plutôt paisible, le jeûne, se rejoindre avec des actions plus rythmées de désobéissance.
Mais encore une fois, la parole des antinucléaires a été peu relayée par les médias, certainement plus intéressés par le voyage de Sarkozy en Chine et sa position quant aux armes nucléaires : ni réduction ni abolition. Vive le nucléaire ! Vive la France !


Le 27 avril, quelques jours avant l’ouverture de la Conférence sur le Traité de Non-Prolifération (TNP) à New York, 15 personnes entamaient un jeûne : 7 à Paris, 5 près d’Alès (30), 1 en Picardie, 1 en Angleterre et 1 en Belgique. Elles avaient pour objectif de faire pression sur les décideurs politiques français par les médias et l’opinion publique pour que la France annonce sa décision d’accepter le principe d’une Convention d’élimination des armes nucléaires lors de la tenue de la Conférence d’examen du TNP.

Le programme des jeûneurs parisiens fut des plus intenses avec une présence quotidienne de 14h à 18h place St Michel et des rencontres et actions presque simultanées.
C’est ainsi que les militants jeûneurs ont reçu le soutien de Monseigneur Gaillot, Stefen Hessel, Cabu et l’équipe de Charlie Hebdo, Jacques Muller (sénateur-maire), Denis Baupin (Mairie de Paris)… Ils ont également été reçus en Mairie de Paris, ville adhérente à l’initiative "Maires pour la paix".
Le vendredi 7 mai, une délégation a été reçue au ministère de la Défense, avec un bien piètre résultat - il fallait s’y attendre.

Les 10 jours de jeûne ont été ponctués par de nombreuses actions coordonnées par les Désobéissants devant l’Assemblée Nationale, Areva, à l’Élysée, à Taverny ou à Notre-Dame…
Des rencontres ont également été organisées en soirée : conférence avec le Général Norlain, projection/débat autour du film "La Bombe" de P. Watkins, vidéo-conférence en direct avec New York le 2e jour de la conférence sur le TNP…

Au final, cette nouvelle forme d’action, le jeûne-activiste, a permis d’informer de nombreuses personnes sur le nucléaire militaire, de mobiliser plusieurs groupes militants antinucléaires et de voir une action plutôt paisible, le jeûne, se rejoindre avec des actions plus rythmées de désobéissance.
Mais encore une fois, la parole des antinucléaires a été peu relayée par les médias, certainement plus intéressés par le voyage de Sarkozy en Chine et sa position quant aux armes nucléaires : ni réduction ni abolition. Vive le nucléaire ! Vive la France !




Thèmes
Nucléaire militaire