Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Sortir du nucléaire n°57

Printemps 2013

Déchets nucléaires

Indispensable acceptabilité sociale

Printemps 2013




Pas simple de refiler un stockage nucléaire. Pour conseiller les éboueurs de l’atome, le Forum de l’Agence de l’Énergie Nucléaire (AEN) sur la Confiance des Parties Prenantes a produit en 2009 un fascicule réjouissant : "Vers des installations de gestion des déchets radioactifs devenant un élément durable et séduisant pour leur voisinage / Qualités requises".

Les populations, si on ne leur demande pas leur avis AVANT l’installation des stockages, ont dans ce programme un rôle majeur à jouer mais APRÈS, pour les préserver.

Déjà, tout faire pour séduire et rendre fier

Le gros morceau, c’est de la faire accepter, voire aimer, la poubelle radioactive. Selon l’AEN, pour assurer une gestion sûre des déchets radioactifs à long terme, il est crucial que la population locale ait accepté de vivre avec et d’aider à la préserver au cours du temps. Comment les stockages peuvent-ils rester séduisants sur le long terme ? Conseil : faire de la poubelle atomique un bel objet dont on sera fier : "L’installation est attrayante, reconnaissable et à nulle autre pareille, belle à voir et agréable à vivre. L’installation devient un symbole connu, emblématique et objet d’admiration de la région, un élément positif de l’identité locale. Les résidents peuvent tirer fierté de l’existence de l’installation."

Le site doit être facile d’accès et convivial afin que "les gens aillent vers le site avec enthousiasme et tirent satisfaction de son utilisation". Le site doit se fondre dans le paysage et respecter l’esprit du lieu, s’intègrer dans le paysage et le compléter, apprend-on... Comme le bâtiment des archives EDF à Bure, qui reflète le ciel et les champs alentour ? Ou celui des archives d’AREVA customisé par un artiste dans le village voisin ? AREVA et EDF appliquent à la lettre la consigne en Meuse... Rien n’est laissé au hasard, pour piéger des riverains supposés bien naïfs.

Pas simple de refiler un stockage nucléaire. Pour conseiller les éboueurs de l’atome, le Forum de l’Agence de l’Énergie Nucléaire (AEN) sur la Confiance des Parties Prenantes a produit en 2009 un fascicule réjouissant : "Vers des installations de gestion des déchets radioactifs devenant un élément durable et séduisant pour leur voisinage / Qualités requises".

Les populations, si on ne leur demande pas leur avis AVANT l’installation des stockages, ont dans ce programme un rôle majeur à jouer mais APRÈS, pour les préserver.

Déjà, tout faire pour séduire et rendre fier

Le gros morceau, c’est de la faire accepter, voire aimer, la poubelle radioactive. Selon l’AEN, pour assurer une gestion sûre des déchets radioactifs à long terme, il est crucial que la population locale ait accepté de vivre avec et d’aider à la préserver au cours du temps. Comment les stockages peuvent-ils rester séduisants sur le long terme ? Conseil : faire de la poubelle atomique un bel objet dont on sera fier : "L’installation est attrayante, reconnaissable et à nulle autre pareille, belle à voir et agréable à vivre. L’installation devient un symbole connu, emblématique et objet d’admiration de la région, un élément positif de l’identité locale. Les résidents peuvent tirer fierté de l’existence de l’installation."

Le site doit être facile d’accès et convivial afin que "les gens aillent vers le site avec enthousiasme et tirent satisfaction de son utilisation". Le site doit se fondre dans le paysage et respecter l’esprit du lieu, s’intègrer dans le paysage et le compléter, apprend-on... Comme le bâtiment des archives EDF à Bure, qui reflète le ciel et les champs alentour ? Ou celui des archives d’AREVA customisé par un artiste dans le village voisin ? AREVA et EDF appliquent à la lettre la consigne en Meuse... Rien n’est laissé au hasard, pour piéger des riverains supposés bien naïfs.



Thèmes
Déchets radioactifs