Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

2012 : Global Zero : un monde sans arme nucléaire, c’est possible !

GLOBAL ZERO : un monde sans arme nucléaire, c’est possible !




Lancée en septembre 2008, GLOBAL ZERO est une campagne internationale qui milite pour un désarmement nucléaire global.



Elle est aujourd’hui soutenue par plus de 450 000 citoyens à travers le monde dont de nombreuses personnalités issues de l’univers militaire juridique ou politique - parmi lesquels Jimmy Carter, Michael Gorbatchev, Michel Rocard, Paul Quilès…

Global Zéro propose un scénario de sortie progressif et contrôlé du nucléaire militaire en privilégiant la mobilisation des opinions publiques pour faire pression sur les gouvernements.

Le 20 mai prochain se tiendra à Chicago le sommet annuel de l’OTAN. Les gouvernements membres examineront le sort des centaines d’armes américaines encore stationnées en Europe depuis la fin de la guerre froide. Les pays concernés- Belgique,Pays Bas, Italie, Allemagne- demandent le retrait définitif de ces armes tandis que la France s’y oppose. Global Zéro demande aux citoyens d’interpeller François Hollande, le nouveau président de la République française afin que celle-ci approuve enfin le retrait de ces armes.

Aussi le Réseau « Sortir du Nucléaire » apporte son soutien à cette pétition de Global Zéro que nous vous encourageons à signer.

 Signer la pétition

Le Réseau « Sortir du nucléaire » rappelle que la France en maintenant et modernisant sa « force de dissuasion atomique » fait preuve d’hypocrisie et d’autisme et ne respecte pas ses obligations internationales :

Rappelons qu’en 1992 la France a ratifié le Traité de Non Prolifération (TNP) dont l’article VI fait obligation aux Etats membres détenteurs de l’arme nucléaire de stopper la course aux armements et de s’engager dans un processus de désarmement général. Cette obligation a été rappelée par la Cour Internationale de Justice en 1996.

En septembre 2009 le conseil de sécurité de l’ONU- dont les 5 membres sont tous dépositaires de l’arme atomique- adopte à l’unanimité une résolution approuvant des négociations sur l’élaboration d’un traité de désarmement général et total sous un contrôle international strict.

En 2010 lors de la dernière conférence d’examen du TNP (voir à ce sujet notre article sur le désarmement nucléaire en 2011) la grande majorité des Etats non détenteurs de l’arme atomique ainsi que la Chine soutenaient le projet de Convention d’élimination des Armes atomiques. Les Etats-Unis, la Grande- Bretagne, la Russie… et la France s’y sont vigoureusement opposés.

Et si l’Etat français, sous la pression du mouvement antinucléaire, a arrêté depuis 1996 la production de nouvelles armes atomiques ; l’armée poursuit toujours ses recherches dans le but de perfectionner son arsenal. Le réaménagement de la base de sous-marin de l’île Longue est estimé à 5 milliards d’euros, le remplacement des missiles M51 par les nouveaux M45 est sensé s’achever en 2016 pour un coût total de 6 milliards et le seul laser Mégajoule qui sera opérationnel en 2014 aura coûté près de 3 milliards. Des sommes exorbitantes et indécentes à l’heure des restrictions budgétaires- à titre de comparaison le budget du ministère de la Justice en 2011 s’élevait à 7,14 milliards d’euros- qui seraient plus utiles au maintien des services publics nécessaires aux besoins des citoyens. D’autant que ces sommes n’ont évidemment fait l’objet d’aucun débat public.

L’Etat français dévoile ainsi sa volonté politique de garder indéfiniment l’arme atomique en dépit de ses engagements internationaux.

Le récent sondage du Mouvement de la Paix en mars 2012 démontre que 81% de la population désire que la France s’engage concrètement vers un désarmement nucléaire total. En opposition avec la société civile les partis majoritaires PS et UMP restent arc-boutés sur la doctrine irrationnelle de la « dissuasion nucléaire comme assurance vie de la nation » alors même que la guerre froide est finie depuis 20 ans. Les armes nucléaires sont dangereuses, coûteuses, immorales et surtout inutiles. Elles ne règlent en rien les problèmes géopolitiques actuels, au contraire elles aggravent l’insécurité mondiale.

Le développement de la filière nucléaire est directement issue des recherches effectuées dans le domaine militaire. La « force française de dissuasion » est aujourd’hui rendue possible grâce à l’énergie fournie par nos centrales. Derrière la production de notre électricité se cache le spectre de la bombe atomique. C’est pourquoi il est nécessaire de sortir du nucléaire aussi bien sur le plan civil que militaire.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" réitère son soutien à Global Zéro dans son combat pour le retrait des armes atomiques du sol européen. Nous rappelons notre engagement et notre détermination dans la lutte pour l’abolition totale des armes nucléaires.

Elle est aujourd’hui soutenue par plus de 450 000 citoyens à travers le monde dont de nombreuses personnalités issues de l’univers militaire juridique ou politique - parmi lesquels Jimmy Carter, Michael Gorbatchev, Michel Rocard, Paul Quilès…

Global Zéro propose un scénario de sortie progressif et contrôlé du nucléaire militaire en privilégiant la mobilisation des opinions publiques pour faire pression sur les gouvernements.

Le 20 mai prochain se tiendra à Chicago le sommet annuel de l’OTAN. Les gouvernements membres examineront le sort des centaines d’armes américaines encore stationnées en Europe depuis la fin de la guerre froide. Les pays concernés- Belgique,Pays Bas, Italie, Allemagne- demandent le retrait définitif de ces armes tandis que la France s’y oppose. Global Zéro demande aux citoyens d’interpeller François Hollande, le nouveau président de la République française afin que celle-ci approuve enfin le retrait de ces armes.

Aussi le Réseau « Sortir du Nucléaire » apporte son soutien à cette pétition de Global Zéro que nous vous encourageons à signer.

 Signer la pétition

Le Réseau « Sortir du nucléaire » rappelle que la France en maintenant et modernisant sa « force de dissuasion atomique » fait preuve d’hypocrisie et d’autisme et ne respecte pas ses obligations internationales :

Rappelons qu’en 1992 la France a ratifié le Traité de Non Prolifération (TNP) dont l’article VI fait obligation aux Etats membres détenteurs de l’arme nucléaire de stopper la course aux armements et de s’engager dans un processus de désarmement général. Cette obligation a été rappelée par la Cour Internationale de Justice en 1996.

En septembre 2009 le conseil de sécurité de l’ONU- dont les 5 membres sont tous dépositaires de l’arme atomique- adopte à l’unanimité une résolution approuvant des négociations sur l’élaboration d’un traité de désarmement général et total sous un contrôle international strict.

En 2010 lors de la dernière conférence d’examen du TNP (voir à ce sujet notre article sur le désarmement nucléaire en 2011) la grande majorité des Etats non détenteurs de l’arme atomique ainsi que la Chine soutenaient le projet de Convention d’élimination des Armes atomiques. Les Etats-Unis, la Grande- Bretagne, la Russie… et la France s’y sont vigoureusement opposés.

Et si l’Etat français, sous la pression du mouvement antinucléaire, a arrêté depuis 1996 la production de nouvelles armes atomiques ; l’armée poursuit toujours ses recherches dans le but de perfectionner son arsenal. Le réaménagement de la base de sous-marin de l’île Longue est estimé à 5 milliards d’euros, le remplacement des missiles M51 par les nouveaux M45 est sensé s’achever en 2016 pour un coût total de 6 milliards et le seul laser Mégajoule qui sera opérationnel en 2014 aura coûté près de 3 milliards. Des sommes exorbitantes et indécentes à l’heure des restrictions budgétaires- à titre de comparaison le budget du ministère de la Justice en 2011 s’élevait à 7,14 milliards d’euros- qui seraient plus utiles au maintien des services publics nécessaires aux besoins des citoyens. D’autant que ces sommes n’ont évidemment fait l’objet d’aucun débat public.

L’Etat français dévoile ainsi sa volonté politique de garder indéfiniment l’arme atomique en dépit de ses engagements internationaux.

Le récent sondage du Mouvement de la Paix en mars 2012 démontre que 81% de la population désire que la France s’engage concrètement vers un désarmement nucléaire total. En opposition avec la société civile les partis majoritaires PS et UMP restent arc-boutés sur la doctrine irrationnelle de la « dissuasion nucléaire comme assurance vie de la nation » alors même que la guerre froide est finie depuis 20 ans. Les armes nucléaires sont dangereuses, coûteuses, immorales et surtout inutiles. Elles ne règlent en rien les problèmes géopolitiques actuels, au contraire elles aggravent l’insécurité mondiale.

Le développement de la filière nucléaire est directement issue des recherches effectuées dans le domaine militaire. La « force française de dissuasion » est aujourd’hui rendue possible grâce à l’énergie fournie par nos centrales. Derrière la production de notre électricité se cache le spectre de la bombe atomique. C’est pourquoi il est nécessaire de sortir du nucléaire aussi bien sur le plan civil que militaire.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" réitère son soutien à Global Zéro dans son combat pour le retrait des armes atomiques du sol européen. Nous rappelons notre engagement et notre détermination dans la lutte pour l’abolition totale des armes nucléaires.