Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Tricastin : Malgré des mois d’arrêt en 2017, les problèmes continuent en 2018 : Arrêt des réacteurs 2 et 4




6 février 2018


Malgré des mois d’arrêts entre octobre et décembre 2017, tout ne va pas bien sur le site du Tricastin. Les problèmes s’enchainent et les réacteurs 2 puis 4 viennent successivement d’être mis à l’arrêt.


Septembre 2017 : coup de tonnerre, l’ASN ordonne la fermeture temporaire mais immédiate des 4 réacteurs nucléaires EDF du Tricastin [1] (nombreux évènements significatifs survenus au premier semestre 2017, risque d’inondation en cas de séismes, défaut de surveillance des alarmes en salle de commande, difficultés de conduite du réacteur.... pour une revue des évènements ayant conduits à cette décision, consulter notre article "Pourquoi Tricastin est à l’arrêt"). EDF profitera de cet arrêt forcé pour réaliser des travaux de maintenance sur ses installations et les recharger en combustible. Le site redémarrera progressivement après autorisation de l’ASN délivrée le 4 décembre, à l’exception du réacteur 1 pour lequel un lourd programme de maintenance restait à mettre en œuvre [2]. Les réacteurs 2 et 4 seront les premiers redémarrés. Mais ces mois d’arrêts imposés et les travaux mis en œuvre par l’exploitant n’ont pour autant pas mis un terme aux divers problèmes qui surviennent sur le site nucléaire.

Lors du redémarrage du réacteur 3, c’est un des capteurs du niveau d’eau d’un générateur de vapeur qui dysfonctionne et n’est pas remis en état dans les temps. Inquiétant quand on sait que la mesure du niveau d’eau dans les générateurs de vapeur est essentielle pour la sûreté de l’installation en fonctionnement normal, mais aussi pour la conduite du réacteur en situation accidentelle. Quelques jours plus tard, évacuation du personnel du bâtiment auxiliaire n°9 et des bâtiments réacteurs 1 et 2. Une erreur lors de manœuvres sur les vannes du circuit de traitement du réservoir des effluents gazeux a provoqué des rejets de gaz radioactifs dans les bâtiments et dans l’environnement.

Et la série ne semble pas vouloir s’arrêter ! Début février 2018, les réacteurs 2 et 4 ont coup sur coup été arrêtés. Il faut croire que les mois d’arrêt imposés à l’automne 2017 n’ont pas suffit à l’exploitant pour réaliser toute la maintenance nécessaire sur ces installations. Un arrêt de réacteur n’est jamais anodin, et n’est pas une procédure simple et sans risques. Même à l’arrêt, un réacteur consomme de l’énergie et doit être en permanence refroidi et surveillé. Le réacteur 2 a été arrêté le 4 février pour une intervention sur le circuit de vidange d’eau d’une pompe située en salle des machines. Reconnecté le lendemain, le réacteur 4 a été arrêté dans la foulée, pour une intervention sur le circuit de graissage d’une pompe, toujours en salle des machines.

Ce que dit EDF :

  • L’unité de production N°2 déconnectée du réseau – Le 04/02/18

L’unité de production N°2 de la centrale du Tricastin a été déconnectée du réseau ce matin vers 9h00, pour intervenir sur le circuit de vidange d’eau d’une pompe en salle des machines, dans la partie non-nucléaire des installations.

Un panache de vapeur d’eau issu du circuit secondaire est visible, il permet d’évacuer la puissance résiduelle de la turbine.

Les unités de production N° 1,3 et 4 sont en production et connectées au réseau électrique national.

  • L’unité de production N°2 connectée au réseau électrique national – le 05/02/18

Ce lundi 5 février, l’unité de production n°2 de la centrale de Tricastin a été reconnectée au réseau électrique national. Elle avait été déconnectée le 4 février 2018 pour intervenir sur le circuit de vidange d’eau d’une pompe en salle des machines, dans la partie non-nucléaire des installations. Les unités de production n°1 et 3 sont en fonctionnement et alimentent le réseau électrique national.

  • L’unité de production N°4 déconnectée du réseau électrique – le 05/02/18

Ce lundi 5 février à 13h00, l’unité de production n°4 a été déconnectée du réseau électrique pour intervenir sur le circuit de graissage d’une pompe en salle des machines, dans la partie non-nucléaire des installations. Un panache de vapeur d’eau issu du circuit secondaire est visible, il permet d’évacuer la puissance résiduelle de la turbine. Les unités de production N° 1,2 et 3 sont en fonctionnement et alimentent le réseau électrique national.

  • L’unité de production n° 4 a redémarré et est connectée au réseau - le 09/02/18

L’unité de production n°4 de la centrale de Tricastin a été reconnectée au réseau électrique national. Elle avait été déconnectée en début de semaine pour intervenir sur le circuit de graissage d’une pompe en salle des machines, dans la partie non-nucléaire des installations. Toutes les unités de production de la centrale sont en fonctionnement et alimentent le réseau électrique national.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/l-unite-de-production-ndeg2-deconnectee-du-reseau

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/l-unite-de-production-ndeg2-connectee-au-reseau-electrique-national

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/l-unite-de-production-ndeg4-deconnectee-du-reseau-electrique

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-du-tricastin/actualites/l-unite-de-production-ndeg-4-a-redemarre-et-est-connectee-au-reseau