Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Nogent : Arrêt automatique du réacteur 2, 3ème incident déclaré en quelques jours




4 juin 2018


Le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine s’est arrêté automatiquement ce lundi 4 juin 2018 pour des raisons inconnues des équipes d’exploitation. Un arrêt automatique n’est jamais anodin, puisque ce dispositif de sûreté se déclenche automatiquement lorsqu’une anomalie est détectée. Il s’est avéré qu’il a fait suite à un problème sur le système de contrôle des grappes de commande. C’est le 3ème incident déclaré en seulement quelques jours par l’exploitant du site nucléaire qui n’est qu’à 120 km de la capitale, site que l’Autorité de sûreté pointe du doigt pour ses insuffisances en matière de radioprotection et de préservation de l’environnement.


Il semble qu’il n’y ait pas que des problèmes de protection de l’environnement et des travailleurs à Nogent. Le 24 mai 2018, l’exploitant de la centrale nucléaire déclarait avoir découvert que depuis plus de 2 ans, les signaux de détection incendie ne s’affichaient pas en salle de commande car lorsque le circuit a été refait en 2016, une erreur de câblage a été commise et n’a pas été détectée. Le lendemain, l’exploitant déclare dans un communiqué plus qu’obscur que les équipes, si elles ont bien mis en service des systèmes de secours pour pallier la déconnexion d’un système de sûreté lors d’une intervention, ont débranché ces systèmes de secours trop tôt, sans avoir attendu le bilan de l’intervention en question. Preuve que les procédures et les spécifications techniques ne sont pas ou mal connues par les intervenants. Quant à l’arrêt automatique du réacteur 2 qui s’est déclenché ce lundi 4 juin en pleine nuit, il reste pour le moment inexpliqué. Si l’Autorité de sûreté nucléaire pointe dans son appréciation 2017 le retrait du site en terme de protection de l’environnement et des travailleurs, ces derniers évènements semblent indiquer que la sûreté est également un gros point noir sur ce site nucléaire.

Ce que dit EDF :

  • Arrêt automatique réacteur unité de production n°2 - Le 04/06/18

Ce lundi 4 juin 2018 à 02h15, l’unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine s’est arrêtée automatiquement, conformément aux dispositifs de sûreté et de protection du réacteur.

Les équipes de la centrale sont mobilisées pour identifier les causes de cet arrêt automatique et pouvoir redémarrer l’unité de production en toute sûreté.

Cet événement n’a pas eu d’impact sur la sûreté des installations, la sécurité du personnel et l’environnement. L’unité de production n°1 est à disposition du réseau électrique.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-nogent-sur-seine/actualites/arret-automatique-reacteur-de-l-unite-de-production-ndeg2

  • L’unité de production n°2 est de nouveau à disposition du réseau électrique - Le 06/06/18

Mercredi 6 juin 2018, à 3h10, les équipes de la centrale ont redémarré l’unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine. Elle est de nouveau à la disposition du réseau électrique national.

Un défaut sur un matériel du système contrôlant les grappes de commande [1] a provoqué son arrêt automatique le lundi 4 juin 2018. Ce défaut a généré un signal non justifié déclenchant l’ordre d’arrêt automatique réacteur.

L’unité de production n°1 est également à disposition du réseau électrique national.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-nogent-sur-seine/actualites/l-unite-de-production-ndeg2-est-de-nouveau-a-disposition-du-reseau-electrique


Ce que dit l’ASN :

Appréciation 2017

L’ASN considère que les performances du site de Nogent-sur-Seine en matière de sûreté nucléaire rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF et que ses performances en matière de radioprotection et de protection de l’environnement sont en retrait.

En matière de sûreté nucléaire et de maintenance, l’ASN estime que les arrêts programmés des deux réacteurs ont été correctement gérés. L’ ASN note toutefois un manque de maîtrise des activités réalisées par des intervenants extérieurs et que des défauts de communication entre les acteurs impliqués dans la gestion des modifications de matériels sont à l’origine de plusieurs événements.

Sur le plan de la radioprotection, l’ASN considère que le site n’a pas corrigé les insuffisances de culture de la radioprotection déjà observées en 2015 et en 2016 lors des activités de maintenance programmées des réacteurs. Les défaillances dans les domaines de l’optimisation de l’exposition radiologique des travailleurs et du respect du zonage radiologique doivent conduire l’exploitant à réagir et à renforcer fermement la culture de la radioprotection de l’ensemble des agents, y compris des intervenants extérieurs.

Concernant la protection de l’environnement, l’ASN considère que le site doit améliorer ses performances par le renforcement de ses compétences et de ses moyens dans le domaine afin d’être en capacité de mettre en œuvre des décisions adéquates. L’ASN considère notamment que la gestion des déchets, y compris conventionnels, doit être significativement améliorée pour respecter les règles en vigueur.

https://www.asn.fr/L-ASN/L-ASN-en-region/Grand-Est/Installations-nucleaires/Centrale-nucleaire-de-Nogent-sur-Seine


[1Les grappes de commande, qui absorbent les neutrons, permettent de contrôler la réaction en chaîne dans le réacteur. Insérées dans le cœur du réacteur, elles peuvent être remontées ou extraites afin de contrôler la puissance du réacteur.