Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

Image / illustration
France : Cattenom : Indisponibilité de deux vannes du circuit de recirculation




5 juin 2016


Le 5 juin 2016, le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Cattenom était en arrêt pour maintenance dans le cadre de sa visite décennale. L’exploitant, lors de contrôles nécessitant l’ouverture d’une des vannes du circuit de recirculation, a constaté l’impossibilité de manœuvrer celle-ci depuis la salle de commande.


Ce que dit EDF :

Dépassement de délai d’indisponibilité de matériels sur l’unité de production n° 1
Publié le 07/06/2016

L’unité de production n° 1 de la centrale nucléaire de Cattenom est en arrêt programmé pour visite décennale et renouvellement d’une partie de son combustible depuis le 28 mai 2016.

Dans le cadre des opérations de maintenance, de nombreux contrôles sont réalisés régulièrement, destinés à tester la disponibilité et le bon fonctionnement de matériels importants pour la sûreté.

Le 5 juin, une de ces opérations de maintenance a permis de détecter un dysfonctionnement sur l’alimentation électrique de deux vannes du système d’injection de sécurité*, qui les rendait indisponibles depuis la salle de commande. L’intervention des équipes de la centrale a permis de remettre le matériel en conformité le jour même. Les vannes restaient néanmoins pleinement manœuvrables depuis les locaux électriques de l’unité de production n° 1.

L’ouverture, le 3 juin, d’un disjoncteur dans le cadre de la préparation d’une intervention de maintenance sur un autre matériel était à l’origine de ce dysfonctionnement.

Cette indisponibilité du matériel n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations ni sur l’environnement.

L’analyse approfondie de cet événement a mis en évidence une durée d’indisponibilité supérieure à celle fixée par les règles d’exploitation. Cet écart a donc été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire le 7 juin 2016, au niveau 1 de l’échelle INES, qui en compte 7.

*Le système d’injection de sécurité est conçu pour assurer l’injection de bore et de refroidissement du cœur, notamment en cas de brèche sur le circuit primaire.

https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-nucleaire-de-cattenom/actualites/depassement-de-delai-d-indisponibilite-de-materiels-sur-l-unite-de-production-ndeg1

Ce que dit l’ASN :

Indisponibilité de deux vannes du circuit de recirculation
21/06/2016

 Centrale nucléaire de Cattenom - Réacteurs de 1300 MWe - EDF

Le 7 juin 2016, l’exploitant de la centrale nucléaire de Cattenom a déclaré à l’Autorité de sûreté nucléaire un événement significatif pour la sûreté relatif à l’indisponibilité des deux voies du circuit de recirculation du réacteur n° 1 suite à une erreur de maintenance.

Le circuit de recirculation permet, en cas de fuite importante du circuit primaire, de récupérer l’eau collectée dans les puisards du bâtiment réacteur. Cette eau peut alors :

 soit être réinjectée dans le réacteur via le système d’injection de sécurité (RIS) ;
 soit servir à diminuer la pression et la température de l’enceinte de confinement via le système d’aspersion (EAS).

Par ailleurs, la sûreté des réacteurs nucléaires à eau sous pression exploités par EDF est assurée par des circuits et des matériels doublés. Le circuit de recirculation est ainsi constitué de deux voies (A et B) redondantes, distinctes et indépendantes.

Le 5 juin 2016, le réacteur n° 1 de la centrale nucléaire de Cattenom était en arrêt pour maintenance dans le cadre de sa visite décennale. L’exploitant, lors de contrôles nécessitant l’ouverture d’une des vannes du circuit de recirculation, a constaté l’impossibilité de manœuvrer celle-ci depuis la salle de commande.

Après analyse, l’exploitant a détecté que le dispositif d’alimentations électriques de deux vannes des voies A et B du circuit de recirculation a été mis hors service le 3 juin 2016 dans le cadre d’opérations de maintenance associée à la visite décennale. Cependant, les deux vannes sont restées manœuvrables en local et auraient pu être ouvertes en cas de besoin.

Dès la détection de cet écart, l’exploitant a mené les opérations nécessaires afin remettre en service ces alimentations.

Cet incident n’a pas eu de conséquence réelle sur le fonctionnement de l’installation. Néanmoins, il aurait pu conduire à retarder la mise en service du circuit de recirculation en cas de situation accidentelle liée à une perte de réfrigérant primaire. Cependant, compte tenu du fait que le réacteur était à l’arrêt, les risques d’un accident de ce type sont faibles.

En raison de la durée d’indisponibilité du circuit de recirculation, l’événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

http://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Indisponibilite-de-deux-vannes-du-circuit-de-recirculation