Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Belleville-sur-Loire : Arrêt automatique de la turbine du réacteur 2




19 septembre 2017


Trois jours après l’annonce de la mise sous surveillance renforcée de la centrale par l’Autorité de sûreté nucléaire en raison d’une dégradation importante de la sûreté sur le site nucléaire, la turbine du réacteur 2 s’est arrêtée automatiquement. Alors que des tests étaient en cours, un dispositif de sécurité s’est enclenché et a arrêté la turbine, sans que l’exploitant ne sache pourquoi. Trois jours auront été nécessaires pour réaliser diagnostic, réparations et remise en route du réacteur.


Le 13 septembre 2017, l’Autorité de sûreté nucléaire annonce qu’elle place la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire sous surveillance renforcée. Les raisons ? Une dégradation du niveau de sûreté sur ce site depuis 2016 et l’absence d’améliorations notables de la part de son exploitant EDF.

En 2016, l’ASN a constaté une hausse du nombre d’événements significatifs (8 classés au niveau 1 de l’échelle INES), en particulier ceux ayant pour origine un défaut de surveillance dans la conduite des réacteurs. L’ASN a également relevé plusieurs défaillances de l’exploitant dans l’identification et l’analyse des conséquences des anomalies affectant certains équipements importants pour la sûreté (état apparent dégradé de certains matériels, ne permettant pas de garantir leur bon fonctionnement en l’absence d’analyse supplémentaire). Enfin, elle a noté une dégradation dans la qualité des réponses qui lui sont fournies, ainsi qu’une réactivité insuffisante de l’exploitant.

En 2017, l’ASN a conduit, avec l’appui de l’IRSN, une inspection renforcée de plusieurs jours en avril afin d’évaluer l’organisation de l’exploitant pour la détection et le traitement des anomalies pouvant affecter les matériels importants pour la sûreté. Cette inspection a révélé des carences dans la mise en œuvre de l’organisation définie par l’exploitant pour la surveillance et l’entretien de ses installations.

Le 7 septembre 2017, le directeur de la centrale de Belleville a été convoqué par le directeur général de l’ASN afin de lui présenter son plan d’action.

La mise sous surveillance renforcée se traduira notamment par des contrôles supplémentaires et par une attention particulière portée à la mise en œuvre des ajustements nécessaires en matière d’organisation. L’ASN contrôlera régulièrement l’efficacité du plan d’action déployé par EDF. Et une inspection de contrôle permettant de faire le bilan des dispositions spécifiquement prises par la centrale de Belleville à la suite de l’inspection d’avril 2017 sera menée en 2018.

Alors même que l’exploitant est censé mettre en place des actions permettant d’améliorer sa manière de gérer l’installation nucléaire, 3 jours après l’annonce officielle de l’ASN, la turbine du réacteur 2 s’arrête toute seule. Des tests étaient en cours sur celle-ci et sans que l’exploitant ne sache pourquoi, un dispositif de sécurité s’est enclenché, entrainant l’arrêt de la turbine. Le réacteur 2 a dû être mis à l’arrêt. Un arrêt de 3 jours pour identifier le problème, le réparer et relancer le réacteur.

Évidemment, la communication de l’exploitant sur ce nouvel incident s’est faite du bout des lèvres, sous un intitulé bien lissé : " L’unité de production n°2 de la centrale de Belleville-sur-Loire a été mise à l’arrêt ".

Ce que dit EDF :

  • Le 16/09/17

L’unité de production n°2 de la centrale de Belleville-sur-Loire a été mise à l’arrêt

Ce samedi 16 septembre à 17h50, l’unité de production n°2 de la centrale EDF de Belleville-sur-Loire a été mise à l’arrêt. Un essai a été réalisé sur la turbine, élément du circuit secondaire situé sur la partie non nucléaire de l’installation. Lors de ce test, un des dispositifs de mise en sécurité de la turbine s’est déclenché automatiquement. Les équipes techniques de la centrale sont actuellement mobilisées pour effectuer un diagnostic précis des raisons de ce déclenchement automatique.

Cet évènement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement. L’Autorité de Sûreté Nucléaire et les pouvoirs publics ont été informés de l’événement.

L’unité de production n°1 de la centrale de Belleville-sur-Loire est actuellement en arrêt programmé.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-belleville/actualites/l-unite-de-production-ndeg2-de-la-centrale-de-belleville-sur-loire-a-ete-mise-a-l-arret-0

  • Le 19/09/17

L’unité de production n°2 est à la disposition du réseau électrique national

L’unité de production n°2 a été reconnectée au réseau électrique national le dimanche 17 septembre à 22h40 et a atteint sa pleine puissance dans la nuit du lundi 18 au mardi 19 septembre.

Elle avait été mise à l’arrêt samedi 16 septembre à 17h50, suite à l’arrêt de la turbine lors d’un essai périodique. Un essai avait été réalisé samedi sur la turbine, située dans la partie non nucléaire de l’installation. Lors de ce test, un des dispositifs de mise en sécurité de la turbine s’était déclenché automatiquement.

Cette mise à l’arrêt a permis d’effectuer un diagnostic précis et de réaliser des essais pour s’assurer de la disponibilité des circuits. Le même test a été à nouveau réalisé et s’est avéré concluant.

Cet événement n’a eu aucune conséquence sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement.

L’unité de production n°1 de la centrale de Belleville-sur-Loire est actuellement en arrêt programmé pour maintenance et rechargement de combustible.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-belleville/actualites/l-unite-de-production-ndeg2-est-a-la-disposition-du-reseau-electrique-national-1